Notre activité


Aidant : une situation familiale inversée


Un Français sur trois a, ou a eu, dans son entourage une personne âgée en perte d’autonomie. Depuis les années 2000, une succession d’enquêtes a permis d’établir une meilleure connaissance des aidants familiaux ou « proches aidants » bénévoles qui assurent plus des trois quarts de l’accompagnement. Retraités et salariés sont concernés, les femmes sont les plus nombreuses. L’intergénérationnel est questionné. Il s’agit d’un fait social et économique majeur. Vues du terrain, point de vue d’un sociologue, les réponses de la future loi toujours reportée. Toute la CFDT est concernée. Voici un éclairage à partir de la situation des aidants retraités. Dossier réalisé par Danielle Rived et Jacques Rastoul

Les proches aidants sont 8,3 millions, d’après l’enquête « Handicap-santé ménages ». Leur moyenne d’âge est de 60 ans. 46 % sont des salariés.

Les proches aidants des personnes de plus de 60 ans sont 4,3 millions. Il s’agit le plus souvent de femmes à 57 %, de personnes membres de la famille à 79 % dont 44 % sont des conjoints. Les personnes sont à 33 % des retraités. Par ailleurs, 23 % ont entre 60 et 74 ans et 10 % ont 75 ans ou plus (in CNSA, Accompagner les proches aidants, ces acteurs invisibles, 2012).

77 % des heures consacrées à l’accompagnement sont assurées par des proches aidants, 23 % des heures par des professionnels, selon le Haut Conseil de la famille (1).

Le profil des aidants varie selon le type de handicap, la pathologie et l’âge de la personne aidée. Pour les personnes âgées de plus de 60 ans vivant à domicile aidées par une personne de leur entourage, il s’agit le plus souvent du conjoint dans un premier temps (80 % lorsqu’elles vivent en couple). Avec l’avancée en âge, l’aide est progressivement remplacée par celle des enfants. Lorsque la personne vie seule à domicile, plus de 10 % des aidants peuvent également être des amis ou des voisins.

(1) base bénéficiaires APA www.hcf-famille.fr/IMG/pdf/ANNEXES-17juin.pdf

Photo DD