UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


Le nouveau défi de l’agriculture et de l’alimentation 5/6


Qu’on le veuille ou non, la France, l’Europe et la planète sont en train d’entamer une troisième révolution agricole dont l’objectif est de protéger la production agricole et les exploitations contre le changement climatique et d’améliorer la qualité de notre alimentation.

Sommaire du dossier
- Santé de la terre, des agriculteurs et des consommateurs 1/6
- Un siècle d’évolution de l’agriculture 2/6
- Les maladies professionnelles 3/6
- La CFDT présente aux Pyrénéennes 2021 4/6
- Le nouveau défi de l’agriculture et de l’alimentation 5/6
- La transition agroécologique ne pourra réussir sans associer exigences sociales et environnementales 6/6

Répondre aux besoins alimentaires de la planète est un enjeu face au dérèglement climatique. Choisir de stopper la hausse des productions agricoles européennes paraît rationnel, car les derniers quintaux sont les plus coûteux en termes de développement durable. Pour autant, l’Europe ne pourra échapper à des questions d’éthique et d’équité. Dans les années à venir, l’impasse environnementale nous oblige à des choix collectifs.

Les propositions du Pacte pour le pouvoir de vivre

Parmi les quatre-vingt-dix propositions de la nouvelle version du Pacte, issue des travaux menés par soixante organisations, cinq d’entre elles sont consacrées au pouvoir de développer l’agroécologie.

Il s’agit, pour les partenaires du Pacte, de sortir des pesticides d’ici 2035 et des engrais de synthèse d’ici 2050, mais aussi de faire évoluer les systèmes agricoles vers l’agroécologie en formant et en aidant financièrement les agriculteurs, y compris avec le soutien de la Politique agricole commune (PAC). Il faut aussi favoriser l’installation d’un élevage non intensif, moins nocif pour l’environnement, et éviter la concurrence déloyale entre les pays européens en imposant, par un règlement, la réciprocité entre les normes de production et celles d’import.

À ces propositions s’ajoutent celle du « pouvoir de se nourrir sainement » qui préconise une restauration scolaire utilisant les produits issus de l’agroécologie et une redynamisation des commerces alimentaires de proximité. Le « pouvoir de préserver la biodiversité » propose, par exemple, de faire cohabiter milieu urbain et nature, ou encore de positionner la biodiversité au cœur de la gestion forestière.

Quelques questions « terre à terre »

Mais il est aussi question des hommes. Dans les vingt ans à venir, plus de la moitié des exploitations agricoles pourraient disparaître faute de candidats agriculteurs. Les industries agroalimentaires sont aussi confrontées à un défi générationnel. Faire (re)naître la passion pour les métiers agricoles et alimentaires est un enjeu économique et environnemental qui suppose, outre les questions de rémunération, des conditions de vie supportables et de la considération.

« Agriculture » est aujourd’hui un terme qui englobe une diversité de professions et concerne plusieurs domaines des sciences. Le défi de l’agriculture des vingt prochaines années ? Que le consommateur, le contribuable, l’urbain co-décident avec l’agriculteur, l’industriel, le grossiste, l’expert, l’élu, en prenant en compte davantage d’enjeux qu’autrefois, dans un contexte de changement climatique et de mondialisation.

Pouvoir se nourrir sainement, un objectif du Pacte du pouvoir de vivre.