UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre activité


Permettre une prise en charge de tous les patients


Questions au Docteur Claude Bronner, président de l’Union régionale des médecins libéraux du Grand Est, vice-président de la Fédération des médecins de France (FMF). Le système de santé nécessite une réforme et des moyens supplémentaires. Le manque de médecins n’explique pas tout.

Sommaire du dossier
- Les déserts médicaux, une inégalité de santé
- Les déserts médicaux gagnent du terrain
- S’opposer à la déprise médicale est possible
- Pour un accès aux soins partout et pour tous !
- Permettre une prise en charge de tous les patients

Fil Bleu : De nombreuses barrières empêchent les personnes les plus en difficultés de se soigner. Pourquoi en est-on arrivé là en France ?

Claude Bronner. Dans les années 1990, les autorités ont cherché à réduire le coût de la santé. Elles ont diminué avec le numerus clausus le nombre de médecins. Nous en subissons les conséquences. On n’a pas formé assez de médecins et ceux, relativement nombreux, du baby-boom, prennent leur retraite.

Le manque de médecins n’explique pas tout. La société a évolué. Les jeunes ont tendance à rechercher une qualité de vie dont les anciens se souciaient peu. Ils voient moins de patients. Excellents médecins, les femmes font moins d’actes que les hommes, ce que l’on comprend très bien. Toutes ces années, on n’a rien fait pour organiser différemment le travail des médecins et leur donner davantage de temps médical.

Fil Bleu : Au vu de la situation actuelle, quel diagnostic faites-vous ?

Claude Bronner. Pour les soins, la prise en charge et moyens de diagnostic, la France est bien placée. Elle n’a pas comme d’autres une médecine à deux vitesses. Il est possible de se soigner au tarif remboursé. Il y a néanmoins des aberrations. En Allemagne, par exemple, il y a deux fois plus d’IRM (imagerie par résonance magnétique) qu’en France.

Si l’on met de côté les dépassements d’honoraires, le remboursement est pratiquement à 100 % pour tous grâce aux mutuelles ou la prise en charge des maladies graves par l’Assurance maladie. Pourtant, les personnes en situation de précarité ont des difficultés d’accès aux soins. C’est lié à la peur d’aller chez le médecin et des facteurs culturels. Pour notre système de santé, l’informatique est aujourd’hui indispensable. C’est davantage un problème qu’une solution pour les patients qui n’ont plus d’interlocuteur humain pour régler leurs problèmes de santé. C’est absolument déplorable.

Fil Bleu : Quels remèdes permettraient de soigner, voire guérir les maladies qui rongent le monde de la santé ?

Claude Bronner. La répartition des soignants est très inégale. L’expression « déserts médicaux » n’est pas usurpée. Trouver un médecin traitant est impossible dans certains secteurs.
Faudrait-il installer un médecin comme on nomme le personnel de l’Éducation nationale ? Il entrerait alors dans une organisation du même type, avec des contraintes budgétaires insupportables pour les dépenses de santé. Une solution existe autour de la télémédecine. Avec une téléconsultation et l’aide d’un infirmier équipé, le patient peut être mis en relation avec le médecin et la participation de l’infirmier fait gagner du temps au médecin. Autre solution : mettre en place des systèmes incitatifs forts dans certains secteurs pour que le médecin accepte de s’y rendre lorsqu’on a besoin de lui.

Il faut réformer le système de manière importante avec les soignants et apporter des moyens supplémentaires. Un forfait suffisamment important permettrait une prise en charge des patients avec la télémédecine, avec des infirmiers, des assistants.
Augmenter la consultation à 30 ou 50 euros ne règlera pas les problèmes. Si on augmente juste les consultations, les médecins en feront encore moins. La loi pourrait obliger des médecins à s’installer dans tel ou tel secteur. Je dis aux patients qui ont le plus besoin du médecin, notamment les retraités, « ne poussez pas à des solutions qui ne résoudront pas vos problèmes mais poussez pour que ça bouge ».

Entretien réalisé par Denis Ritzenthaler