UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Notre congrès


Questions à Benoit Prince, secrétaire général de la CFDT Retraités 5/5


Fil bleu a recueilli les enseignements que retire Benoit Prince de ce 26e congrès : « Un congrès réussi qui nous engage tous » a-t-il déclaré.

Sommaire du dossier
 Fiers d’être à la CFDT Retraités 1/5
 Les grands moments du congrès 2/5
 En Haute-Loire, un groupe local en action 3/5
 Le Pacte, un nouvel espace d’engagement 4/5
 Questions à Benoit Prince, secrétaire général de la CFDT Retraités 5/5

Fil Bleu. Comment se sont préparés le congrès et le passage de relais avec Dominique Fabre ?

Benoit Prince. La première réunion du groupe de travail pour l’écriture de la résolution a eu lieu il y a près d’un an, le 27 juin 2022, soit dix jours après la clôture du congrès confédéral de Lyon. Les unions territoriales de retraités (UTR) ont été très impliquées. Elles ont déposé 1 172 amendements, 330 pris en compte sont venus enrichir la résolution.

Quant à l’évolution de notre équipe dirigeante, j’ai apprécié pendant quatre ans comme secrétaire national puis en tant que secrétaire général adjoint la collaboration avec Dominique Fabre. Je suis satisfait comme tous les congressistes du travail qu’elle a accompli pendant 12 ans dans une période difficile. Je suis fier de pouvoir lui succéder avec l’appui de Marinette Soler, désormais secrétaire générale adjointe. Je compte sur le nouveau bureau national et notre commission exécutive composée de plus de 60 % de femmes.

Quels principaux enseignements tires-tu du congrès ?

Je suis satisfait de l’écoute des congressistes et de la participation des femmes, plus nombreuses y compris dans les interventions. Vu l’ambiance, les débats et les échanges, ce 26e congrès a été assez serein avec un bilan et des orientations largement partagés.

La suite des débats sur la Résolution générale sur la Chaine CFDT Retraités sur Dailymotion.

Du pacte du pouvoir de vivre au pacte du pouvoir d’agir ?

Les deux tables rondes sur le Pacte du pouvoir de vivre ont été très riches. L’envie de questionner et de raconter son action a été forte à cette occasion. Les militants, repartis gonflés, ont découvert un « pacte du pouvoir d’agir ».

Autres temps émouvants et bien perçus, les hommages à nos responsables disparus. Ils ont été des marqueurs de l’histoire et de l’identité de ceux qui ont construit notre Union. La bonne organisation du congrès, grâce à tous les bénévoles de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a aussi fait partie de la réussite de notre congrès.

Quel va être le travail prioritaire de l’UCR et des UTR dans les mois qui viennent ?

La déclinaison de la résolution va faire l’objet d’un plan de travail. C’est l’affaire de toute notre organisation, pas seulement de la commission exécutive et du bureau national, mais aussi de chaque Union régionale, Union territoriale et Union Fédérale de retraités.

Inspirées par la résolution du congrès, à partir de leur capacité et compétences, les UTR sont appelées à bâtir leurs objectifs et leur propre plan de travail en s’appuyant sur leur réalité de terrain. Les chantiers sont nombreux. Qu’il s’agisse du cadre de vie, des transports, de la mobilité, du logement, de la culture ; mais aussi de la santé, de la perte d’autonomie, de la démocratie, du numérique et de la transition écologique.
En lien avec l’interprofessionnel, nos partenaires du Pacte du pouvoir de vivre, les instances territoriales et à partir des lieux de vie, les leviers existent. Nos Unions territoriales de retraités doivent être force de proposition, d’action et d’information. L’image de la CFDT Retraités en sortira renforcée et son développement suivra.

La solidarité, l’égalité, la démocratie et l’émancipation sont les valeurs de la CFDT qui guident notre action dans la société et entre toutes les générations.

Entretien réalisé par Jacques Rastoul

Pour en savoir plus

 Voir ou revoir les temps forts du Congrès : Rendez-vous sur la chaine CFDT Retraités Dailymotion.
 Spécial congrès de Valence : La résolution générale adoptée, Retraité Militant, juin-juillet 2023, n° 23-06/07