Notre activité


Tous les six ans, les élections municipales sont un rendez-vous privilégié pour tous les citoyens


Cet intérêt s’explique par une aspiration au bien-vivre dans la commune et par la proximité entre élus et citoyens. Alors que nos concitoyens affichent une défiance à l’égard du politique, le maire demeure l’élu le plus apprécié, malgré des actes d'incivisme dont sont parfois victimes les maires.

Sommaire du dossier
- Élections municipales, quels enjeux pour les retraités ?
- Tous les six ans, les élections municipales sont un rendez-vous privilégié pour tous les citoyens
- Le conseil des sages
- Cantines bio
- Au CCAS les retraités ont toute leur place
- La commune et l’exercice de la démocratie
- Pour le mieux vivre à Saint-Étienne

Le dernier baromètre de la confiance politique publié par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) montre que 58 % des Français font confiance à leur maire, contre 23 % pour le président de la République et 9 % pour les partis politiques. 40 à 55 % des électeurs souhaiteraient même que les collectivités locales aient plus de pouvoir, cette proportion monte à 61 % pour les communes rurales.
Ces dernières années, plusieurs changements législatifs ont impacté les collectivités territoriales dont les communes et les maires : le non-cumul des mandats, la modification des compétences des maires, la mise en œuvre de la parité et la modification des compétences du maire en lien avec le développement de l’intercommunalité.

Depuis la loi organique de 2014, la fonction de maire, y compris maire d’arrondissement, délégué ou d’adjoint, n’est pas cumulable avec un mandat de parlementaire (député, sénateur, député européen).
En 2019, la part des femmes dans les conseils municipaux est de 39,9 %, toutes tailles de communes confondues. Les listes de candidats doivent désormais être paritaires et respecter l’alternance femme/homme sauf dans les communes de moins de 1 000 habitants. Depuis 2007, deux lois (du 31 janvier 2007 et du 17 mai 2013) ont accompagné le cheminement vers la parité. Le profil type du maire d’aujourd’hui est celui d’un homme blanc, âgé de plus de 50 ans et retraité d’une catégorie moyenne ou supérieure. Les femmes, les ouvriers et employés, les jeunes actifs, les personnes issues de la diversité sont largement écartées.

Les compétences principales du maire

La loi Nouvelle organisation de la République (NOTRe) du 7 août 2015 a redéfini les compétences des collectivités territoriales et parachevé la carte intercommunale. Remède à l’émiettement communal et instrument de l’organisation rationnelle des territoires, un de ses objectifs est de favoriser le développement économique local, qu’il s’agisse du développement urbain ou de la dévitalisation des espaces ruraux. Les compétences principales du maire affirmées dans la loi NOTRe sont l’action sociale, le logement, la protection de la santé publique et de l’environnement, le devoir de veille sanitaire (aide pour l’installation et le maintien de professionnels de santé), les écoles maternelles et primaires, les crèches, les équipements sportifs et culturels… Les intercommunalités ont pris le relais pour l’eau et l’assainissement, la gestion des déchets le tourisme et bientôt les maisons de services publics.
Lors du « Grand débat national », censé apporter des réponses à la crise ouverte par les Gilets jaunes, le président Macron s’est appuyé sur les maires qui lui ont fait entendre leurs revendications. Le projet de loi « Engagement et Territoires » devrait répondre en partie, puisqu’il se préoccupe d’améliorer le statut du maire et de renforcer son rôle.

La CFDT Retraités et les élections municipales

L’action syndicale de proximité et notamment dans la commune revêt une importance particulière pour garantir et améliorer les conditions de vie des retraités et des personnes âgées. Ce scrutin va être l’occasion pour la CFDT Retraités de poursuivre, voire amplifier son engagement dans la vie de la cité. Le nombre des retraités est en augmentation, ils sont soucieux de leur cadre de vie d’autant qu’ils sont déterminés à demeurer le plus longtemps possible dans leur logement. Ils sont aussi demandeurs de loisirs, d’activités culturelles et ils apprécient de trouver à proximité les différents services publics, équipements de santé et commerces. Ils sont également attentifs à la vie des associations caritatives, sportives récréatives dont ils sont souvent membres et parfois responsables. Pour répondre à ses préoccupations, plusieurs possibilités s’offrent aux retraités : devenir membre du centre communal d’action sociale de sa commune, postuler au conseil des sages ou encore s’investir dans le réseau Villes amies des aînés. Le Pacte du pouvoir de vivre constitue aujourd’hui une nouvelle modalité d’engagement. Autant d’entrées pour faire entendre la voix et les idées de la CFDT.

Le centre communal d’action sociale

Dans son objectif de visibilité et d’actions de proximité, la CFDT Retraités, depuis 2006, a investi cette institution, et elle progresse au fil des mandatures. En tant qu’association représentant les personnes âgées, elle a la capacité juridique de postuler et de participer au centre communal ou intercommunal d’action sociale (CCAS ou CIAS). L’intérêt du CCAS ne se limite pas à apporter des secours aux plus indigents ou à organiser le repas annuel des anciens. Elle a pour mission d’analyser les besoins sociaux de la population et de proposer des actions et des priorités pour répondre à ces besoins. Elle a des compétences très étendues sur les publics en difficultés (pauvreté, autonomie, logement, santé…). Évidemment, la désignation dans les CCAS est conditionnée par l’approbation du maire. Cet accès sera peut-être plus aisé dans les petites ou moyennes communes que dans les grandes villes.

Le conseil des sages

Le premier conseil des sages a été mis en place par Kofi Yamgnane dans sa commune de Saint-Coulitz en 1989. En 1993, les conseils des sages existants ont voulu partager leur expérience en se regroupant au sein de la Fédération des villes et conseils des sages (FVCS). Le conseil des sages, composé de seniors, à partir de 50 ans, et de retraités, apporte des conseils. Il est une force de réflexion et de proposition. Il est aussi un instrument de démocratie locale participative. Par ses avis et ses études, le conseil des sages donne des éclairages au conseil municipal sur les différents projets intéressant la commune et apporte une critique constructive.

Réseau francophone des Villes amies des aînés

Le réseau Villes amies des aînés (Vada) propose aux municipalités une démarche inscrite dans la durée et sur un mode de travail transversal, qui promeut la citoyenneté des âgés ainsi que la lutte contre l’âgisme. Vieillir est certes une chance, mais l’allongement de l’espérance de vie nécessite une réorganisation de notre société afin de prendre en compte cette évolution majeure. Tous les thèmes touchant au cadre de vie des retraités sont concernés. La CFDT Retraités est membre du réseau Villes amies des aînés. Aussi les retraités ont-ils toute légitimité pour prendre leur place au sein du partenariat de leur ville avec Vada.

Le Pacte du pouvoir de vivre

Six mois après son lancement, le Pacte du pouvoir de vivre s’est solidement installé dans le paysage politique et médiatique. Il compte aujourd’hui 50 organisations.
Afin d’amplifier cette dynamique, les organisations du pacte sont engagées dans un tour de France du Pacte du pouvoir de vivre. En ligne de mire : des rencontres avec des élus locaux, dans la perspective des élections municipales. « Plusieurs propositions, déclinables localement, s’adressent aux élus locaux et à tous les autres décideurs », explique Frédéric Sève, secrétaire national coresponsable du dossier. Depuis quelques mois, les initiatives locales se multiplient, à tous les niveaux. « C’est là l’occasion de renforcer l’expression et la participation de tous les citoyens, l’axe démocratique étant l’un des piliers du pacte ». Au-delà des métropoles visitées, les retraités ont un champ à investir dans leurs communes respectives que ce soit en prévision des élections mais aussi durant les six années à venir de la nouvelle mandature.