Notre activité


La CFDT Retraités est passée des paroles aux actes !


Au début des années 2000, la CFDT Retraités recevait de plus en plus de demandes provenant de retraités confrontés au coût croissant de leur complémentaire santé.

Sommaire du dossier
- Notre dossier sur les complémentaires santé
- La complémentaire santé au cœur de la solidarité
- Les mutuelles en haut de l’affiche
- Et les frais de gestion des mutuelles ?
- Une prise en charge insuffisante des frais de santé pour les retraités
- La CFDT Retraités est passée des paroles aux actes !
- Josephe Deniaud : « Travailler à des parcours personnalisés et au développement de services »

Cet accroissement de charges avait généralement deux causes. D’une part, les entreprises ou les comités d’entreprise cessaient le plus souvent leur aide financière au moment du départ en retraite des salariés. D’autre part, les organismes complémentaires santé vers lesquels ils se tournaient dans le cadre d’une adhésion individuelle proposaient des montants de cotisation élevés en lien avec l’individualisation de la couverture du risque ou avec la fixation d’un montant de cotisation variable (parfois annuellement !) avec l’âge du bénéficiaire.

Des objectifs

Face à ces demandes, la CFDT Retraités a décidé (en congrès) d’apporter une réponse pour faciliter l’accès aux soins des retraités dans des conditions de mutualisation du risque aussi large que possible. Un cadre de négociation a alors été défini :
- faire appel à un organisme adhérent au code de la Mutualité et non à celui des assurances ;
- avoir une réponse cohérente avec une maîtrise des dépenses et respectant la notion de contrat responsable ;
- permettre un bénéfice de la couverture complémentaire immédiat, sans période de « stage » et sans critère sur l’état de santé ;
- avoir un montant de cotisation indépendant de l’âge, ce qui signifiait une mutualisation du risque au sein du groupe ;
- permettre un choix d’options limité afin de ne pas alimenter une dérive du coût des actes médicaux ;
- ouvrir la possibilité d’adhésion aux conjoints et ayants droit de l’adhérent.

La recherche d’une solution

La première démarche a été de proposer à la Fédération nationale de la Mutualité française la signature d’un accord-cadre qui serait porté, dans chacune des régions, par une mutuelle interprofessionnelle. Cette solution n’a pas pu être concrétisée. Des contacts ont alors eu lieu avec plusieurs mutuelles interprofessionnelles ayant une assise nationale et acceptant de répondre aux objectifs de la CFDT Retraités. L’une d’elles a très rapidement reçu un accord favorable des retraités en recherche d’une complémentaire santé. C’était la Mocen, devenue ensuite MGEN Filia à la suite d’une réorganisation de la maison mère.

Un premier bilan qui validait la démarche

L’analyse des premières adhésions a confirmé que la solution proposée d’un tel contrat collectif à adhésion volontaire et individuelle pour les adhérents de la CFDT Retraités correspondait bien à une réponse adaptée aux besoins. En effet, les premières adhésions se répartissaient majoritairement sur deux groupes d’âge, d’une part des nouveaux retraités ne bénéficiant plus d’une couverture complémentaire dans le cadre de leur entreprise et d’autre part des retraités de plus de 75 ans quittant la mutuelle à laquelle ils adhéraient en raison de l’augmentation des tarifs avec l’âge.

François Hun

La Mutuelle CFDT Retraités–MGEN

La Mutuelle compte aujourd’hui près de 3 400 adhérents. À garanties égales, ce contrat collectif a démontré qu’il est meilleur qu’un contrat souscrit à titre individuel. L’immense majorité des adhérents relèvent des options jaune, orange ou rouge. Une réflexion a lieu cette année avec la MGEN en vue d’une évolution du contrat pour 2019. La fusion de la MGEN et d’Harmonie devrait permettre aux adhérents de la Mutuelle d’accéder prochainement à des services plus nombreux.

(1) Pour les ressortissants du régime local Alsace-Moselle, il existe une grille de cotisations spécifique.