Nos sites locaux


CFDT Retraités Alpes-Maritimes

N’OUBLIER PAS DE SIGNER LA PETITION CFDT :"POUR L’INDEXATION DES RETRAITES SUR LES SALAIRES" LE LIEN DE LA PETION EN LIGNE : www.cfdt-retraités.fr/petition

NOS COORDONNÉES

Union Territoriale CFDT des Retraités des Alpes-Maritimes
12 Boulevard Général Louis DELFINO
06300 NICE
Tél : 04 93 55 26 75
Courriel : retraite@cfdt06.org
Site : http://www.cfdt-retraités.fr/alpes-maritimes

Permanence tous les jeudis après midi de 14h à 17h.

Il sera possible pour des retraité-e-s du département de venir se renseigner sur leurs problèmes en cours.

NOUS REJOINDRE

Vous pouvez télécharger le bulletin d’adhésion et le renvoyer à l’adresse indiquée sur celui-ci.
Votre cotisation sera calculée sur la base de votre pensions.
Crédit d’impôt pour retraités modestes
Désormais, par la mise en place du crédit d’impôt, les adhérents retraités modestes pourront obtenir un remboursement à hauteur de 66 % du montant de leur cotisation syndicale est déductible dans votre déclaration d’impôt de l’année précédente. Il ne vous reste donc qu’un tiers des 0,50 à votre charge.
Par exemple si vos revenus annuels sont de 20 000 €, votre cotisation annuelle sera de 100 euros dont 66 € sont déductibles sur votre déclaration de revenus ou remboursés si vous n’êtes pas imposable.
Dès votre prochaine déclaration de revenus, même si vous ne payez pas d’impôt, vous bénéficierez d’un crédit d’impôt (loi rectificative des Finances pour 2012 du 29 décembre 2012 article 13)
C’est l’aboutissement d’une revendication portée par la CFDT depuis de nombreuses années.
Jusqu’alors, seules les personnes payant l’impôt sur le revenu bénéficiaient d’une réduction au titre de leur cotisation syndicale.

Les documents nécessaires à votre intégration dans nos listings vous seront envoyés dès réception de votre bulletin. Bienvenue.

Bulletin d’adhésion

QUE FAISONS NOUS ?

Nous représentons les retraités, anciens salariés, dans les organismes qui les concernent.
Nous portons les problèmes qu’ils vivent auprès des décideurs politiques ou administratifs et au sein de la CFDT.
Nous proposons, défendons et valorisons des solutions à ces problèmes auprès des responsables sociaux et politiques.
Nous proposons formations et informations (voir plus bas).

LES SERVICES PROPOSEES A NOS ADHERENTS

Une complémentaire santé à destination de tous les adhérents retraités de la CFDT

MGEN

Pour toutes informations complémentaires s’adresser :
Union Territoriale CFDT des Retraités des Alpes-Maritimes
12 Boulevard General Louis DELFINO
06300 NICE
Tél : 04 93 55 26 75
Courriel : retraite@cfdt06.org
permanence tous les jeudis après midi de 14h à 17h.

Formation syndicale

Tous nos adhérents peuvent, sur proposition du syndicat, participer à des journées de formation organisées par l’Union Confédérale des retraités (UCR) ou l’Union Régionale des Retraités (URR) ou l’Union Régionale Interprofessionnelle (URI) ou tout simplement par votre UTR.
Penser qu’à la fin de sa vie de salarié-e tout besoin ou toute envie de formation, d’enrichissement de ses connaissances et d’amélioration de ses compétences, est interrompu n’est pas dans les gènes de la CFDT.
2016 sera comme en 2015 un bon cru pour la formation de nos adhérents .

Association Etudes et Consommation CFDT, défense du consommateur

Un souci avec un fournisseur, un commerçant, un propriétaire,...? Vous pouvez contacter l’Asseco qui vous aidera à trouver une solution au problème.
L’Asseco CFDT dans les Alpes Maritimes
12, Boulevard Delfino, 06300 Nice
Tél/Fax : 04.93.26.54.03
Email : assecocfdtpaca@laposte.net

La CNAS : Caisse Nationale d’Action Syndicale

La Caisse nationale d’action syndicale (Cnas) est un outil unique dans le paysage syndical français envié par les autres centrales. Créée en 1973 lors du congrès CFDT de Nantes, la Caisse nationale d’action syndicale (Cnas) avait été conçue, à l’époque, pour apporter une aide financière aux adhérents en cas de grève, pour soutenir les syndicats en matière juridique et pour défendre les militants victimes de répression patronale dans leur entreprise.
Congrès après congrès, ses missions se sont élargies pour répondre à l’évolution du monde du travail : « La dernière grande réforme de la Cnas datait du congrès de Lille en 1998 », rappelle la secrétaire confédérale Michèle Aribaud. Les syndicats avaient alors voté la création d’une assurance professionnelle pour couvrir les adhérents dans l’exercice de leur emploi et le financement d’actions syndicales innovantes. »
Le congrès de 2014 marque une nouvelle étape importante. « Il s’agit d’une réforme politique ambitieuse afin de rendre le syndicalisme CFDT encore plus proche des salariés », a insisté le trésorier confédéral Marcel Grignard. À partir du 1er janvier 2015, la Cnas accompagnera les syndicats qui le souhaitent à constituer leur dossier juridique ; les démarches de conciliations seront prises en charge financièrement et le niveau d’indemnisation des adhérents en cas de grève sera doublé.
La Cnas financera par ailleurs les actions innovantes des syndicats en direction des salariés des entreprises et collectivités publiques les plus éloignés du syndicalisme, ainsi que les nouveaux services aux adhérents créés par la CFDT comme « Réponses à la carte ( tél : 09 69 39 19 39 du lundi au vendredi de 9h00 à 19h00 et samedi de 9h00 à 13h00) » et « L’Ouvre-boîte ». « L’enjeu de cette nouvelle réforme est à la fois de mieux répondre aux besoins des adhérents et des militants tout en améliorant le fonctionnement quotidien de cet outil que beaucoup nous envient », a résumé Marcel Grignard.

NOS PUBLICATIONS

PARUTION DE LA NOUVELLE D’AVRIL 2017

Ci-dessous, l’édito du dernier bulletin d’information de l’UTR "LA NOUVELLE" d’avril 2017 du secrétaire général.

Le journal dans son intégralité est à l’usage exclusif de nos adhérents qui disposent également d’un abonnement automatique à la revue "FIL BLEU".
Vous y trouverez des informations sur la vie syndicale, les sujets de société tels que le vieillissement, la santé, vos droits en matière de protection sociale et de consommation , des expériences vécues et les projets à l’échelle européenne.
Prenez contact avec nous pour adhérer à l’UTR 06 et bénéficier ainsi de nos publications intégrales.

DERNIÈRE MINUTE

Déclaration du Bureau national adoptée à l’unanimité lors du BN des 21 et 22 juin 2017

Le Bureau national de la CFDT, réuni les 21 et 22 juin 2017, a débattu de la situation sociale du pays au lendemain d’une longue phase électorale qui a bouleversé en profondeur le paysage politique.
(Voir la suite de la déclaration ci-dessous)

DECLARATION DU BUREAU NATIONAL

Interview Laurent Berger, parue dans Le Journal du Dimanche

Laurent Berger : "S’il y a des désaccords profonds, nous le dirons"

Interview Laurent Berger, dans Le JD D

Lettre ouverte au premier ministre sur la hausse de la CSG pour les retraités envoyée par l’UCR .

Suite au projet gouvernemental d’augmenter la CSG sur les retraites de 1,7%, la commission exécutive de l’Union confédérale CFDT des retraités vient d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre. « Une décision incohérente, fondée sur des a priori et une méconnaissance de la contribution des aînés, ne peut que provoquer un sentiment d’injustice. »

Monsieur le Premier ministre,

Votre gouvernement annonce la mise en œuvre, d’ici la fin de cette année, d’une réforme de l’assurance chômage. Pour la financer, vous envisagez une hausse importante de la CSG.

Le projet du Président de la République de créer une assurance chômage « pour tous » (salariés, commerçants, indépendants, etc.) provoquerait, dans la pratique, un véritable chamboulement !

Basé jusqu’alors sur la notion d’assurance, le chômage ferait l’objet, dans ce projet, d’une prise en charge universelle qui, au même titre que le risque maladie, concernerait indifféremment toute la population active…

Notre première inquiétude tient au fait que, financé par la CSG, le risque chômage pourrait perdre son caractère contributif. De surcroît - et c’est là où intervient l’iniquité du projet - le transfert du financement de l’assurance chômage, aujourd’hui pris en charge par les salariés, à l’ensemble des contribuables soumis à la CSG, aurait pour conséquence d’y faire contribuer les retraités.

Un manque d’objectivité dans l’analyse sur la place des retraités

Les retraités CFDT, soutenus dans leur position par toute la CFDT, considèrent que ce projet est la marque :
- d’un manque d’objectivité dans l’analyse sur la place des retraités en société ;
- de l’accumulation ces dernières années de déséquilibres fiscaux intergénérationnels ;
- d’une inégalité de traitement entre retraités et salariés en matière de contributions et de droits ;
- d’une méconnaissance des mécanismes d’indemnisation de la perte d’emploi.

« Tout le monde gagnera en pouvoir d’achat avec cette mesure, sauf les plus aisés des retraités… Aux plus aisés des retraités, je demanderai cet effort pour avoir un système plus intelligent pour leurs enfants et leurs petits-enfants », justifiait le candidat Emmanuel Macron.

Cette mesure aurait de fait un impact positif pour l’ensemble des salariés, puisqu’elle est entièrement compensée par la suppression de leurs cotisations chômage et maladie. Ainsi, pour un salarié gagnant 48 000 euros annuels, le gain serait de l’ordre de 700 euros. Pour les fonctionnaires ou les indépendants, ces derniers ne contribuant pas actuellement au financement de l’assurance chômage, cette mesure devrait de même être entièrement compensée.

Perte de revenus à partir d’environ 1250 euros par mois pour une personne seule

À l’inverse, cette mesure mettrait à contribution les retraités dès lors qu’ils perçoivent environ 1 250 euros par mois (soit 15 000 euros annuels), en dessous donc de la moyenne des pensions de retraite. Pour chacun d’entre eux, la perte de pouvoir d’achat avoisinera 265 euros annuels, contraints qu’ils seront de contribuer à l’assurance chômage sans envisager la moindre contrepartie !

Monsieur le Premier ministre, à ce niveau de revenus, les retraités comme d’autres catégories sociales ne peuvent être considérés parmi « les plus aisés » pour avoir à supporter une hausse supplémentaire de la CSG de 1,7 %.

Faut-il également rappeler qu’au-delà de la CSG actuelle, de la CRDS et de la Casa, les retraités du secteur privé sont également soumis à une cotisation maladie à hauteur de 1 % sur leurs retraites complémentaires, cotisation dont on fait généralement peu état.

Les retraités participent aussi, et largement, aux efforts de redressement des comptes publics et sociaux : fiscalisation de la majoration de pension pour enfant, suppression de la demi-part fiscale pour les personnes seules qui a impacté de nombreuses veuves, même modestes, non-revalorisation des retraites. Toutes ces mesures, cumulées depuis 2013, ont déjà largement « permis » aux retraités de faire preuve de justes et nécessaires solidarités.

Une décision incohérente, fondée sur des a priori et une méconnaissance de la contribution des aînés, ne peut que provoquer un sentiment d’injustice.

Monsieur le Premier ministre, les retraités ne sont pas des assistés. Leur participation à la richesse du pays est réelle. Ils contribuent, dans leur grande majorité, par leur bénévolat, à la production de services, tant dans le cadre associatif que dans le cadre familial, notamment dans leur rôle de proche-aidant, et à la richesse nationale. Cette contribution est estimée à 1,2 % du PIB national.

Dans le contexte du vieillissement de la population et face à l’insuffisance de la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées, ce sont souvent les retraités qui accompagnent financièrement leurs parents âgés pour leurs dépenses d’hébergement en maison de retraite ou de maintien à domicile.

Les retraités acceptent de prendre leur part à l’effort commun mais refusent un traitement inéquitable

Les retraités, et les retraités CFDT au premier chef, ont jusqu’alors accepté de prendre leur part, comme tout citoyen, à l’effort commun, notamment en solidarité avec les générations les plus jeunes confrontées à une entrée difficile dans la vie active. Mais ils n’accepteront pas la rupture du contrat social qui nécessite un traitement équitable par rapport au reste de la population.

L’évolution du pouvoir d’achat des retraités est proche de zéro depuis quatre ans. Elle ne saurait régresser avec cette disposition.

La CFDT Retraités a toujours su prendre ses responsabilités dans un monde économique en mutation démographique. Elle demeure ouverte à toutes évolutions qui pourraient répondre aux exigences de solidarité. Mais elle demande que toute réforme sociale soit équitable et équilibrée. (...)

Pour la CFDT Retraités,
Dominique Fabre, secrétaire générale

NDLR : Les intertitres sont de la rédaction.

PETITION SUR L’INDEXATION DES RETRAITES SUR LES SALAIRES

LA CFDT RETRAITÉS REVENDIQUE L’INDEXATION DES RETRAITES SUR LES SALAIRES !

"Vous êtes tous concernés, vous serez tous un jour à la retraite".

Il faut poursuivre l’action commencée avec succès le 20 septembre 2016 afin de "Garantir le niveau de vie des retraités".

• Non à l’érosion du niveau de vie des retraités !

• Non à la dégradation du niveau des pensions à la liquidation !

• Non à la paupérisation des retraités !

• Oui à une pension minimale équivalente au SMIC !

• Oui à l’indexation des pensions sur les salaires !

SIGNEZ LA PÉTITION CFDT RETRAITÉS - UNSA RETRAITÉS Le lien de la pétition en ligne : www.cfdt-retraités.fr/petition
SIGNER CETTE PETITION, FAITES-LA SIGNER AUTOUR DE VOUS
VOUS ETES INVITE(E) A DIFFUSER CE MESSAGE LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE DANS VOS RESEAUX

Lire le tract ci-joint « Pour garantir et améliorer le niveau de vie des retraités, la CFDT Retraités revendique l’indexation des retraites sur les salaires »

Tract indexation des retraites sur les salaires

Déclaration du bureau national de la CFDT Retraités - Pour nos valeurs et nos revendications : Restons vigilants !

La CFDT Retraités se félicite de la victoire des valeurs républicaines de fraternité et de solidarité qui font échec aux idées racistes, xénophobes et démagogiques.
Dans cette perspective, la CFDT Retraités appelle ses équipes militantes à interpeller les candidats des partis républicains sur les revendications définies dans le quatre-pages « La retraite en question : Législatives 2017-Notre combat pour la dignité ».

Tract Législatives de la CFDT Retraités

Pour toutes informations complémentaires s’adresser :
Union Territoriale CFDT des Retraités des Alpes-Maritimes
12 Boulevard General Louis DELFINO
06300 NICE
Tél : 04 93 55 26 75
Courriel : retraite@cfdt06.org
permanence tous les jeudis après midi de 14h à 17h.

AMELIORER LE POUVOIR D’ACHAT DES RETRAITES : C’EST URGENT !

À l’appel des organisations syndicales de retraités CFDT et UNSA, les retraités manifestent leur inquiétude face à l’érosion programmée et continue du niveau de vie et du pouvoir d’achat des retraités actuels et des futurs retraités. Ils revendiquent :
- L’indexation des pensions de retraite sur l’évolution des salaires.
- Un effort significatif en direction des retraités modestes : pas de retraite inférieure au SMIC net pour une carrière complète.
Les organisations syndicales de retraités UNSA et CFDT refusent une dégradation lente et durable du pouvoir d’achat des retraités, le recul du niveau des pensions ainsi que le décrochage du niveau de vie des retraités relativement aux actifs. Les retraités participent à la croissance, et ne doivent pas en être écartés. Ils sont au cœur du tissu social : acteurs au sein de leur commune, de l’associatif, du monde politique sans oublier leur rôle fondamental dans la sphère familiale. Si la longévité progresse, il faut couper court à l’idée qu’elle n’est génératrice que de coûts et de déficits.
L’indexation des retraites sur les prix ne garantit pas le niveau de vie des retraités.
Les retraités, comme les salariés, ont fortement été mis à contribution suite aux réformes successives portant sur les retraites : report de la date de revalorisation des pensions du 1er janvier au 1er octobre, fiscalisation des bonifications de pension pour trois enfants et plus. D’autres dispositions fiscales ou structurelles les ont visés : suppression de la ½ part pour le calcul de l’impôt sur le revenu pour les personnes seules ayant élevé des enfants, mise en place de la CASA pour les retraités imposables. Ces mesures les ont rendu imposables et leur ont fait perdre certains avantages (exonération de CSG, de taxes d’habitation et foncière, de redevance TV).
À ces contributions de solidarité, d’autres mesures adoptées lors de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2016 affecteront durablement le pouvoir d’achat de tous les retraités .
La modification, dès octobre 2016, du mode d’indexation des pensions de retraite, qui sera basée sur l’inflation des douze derniers mois, et non plus sur une inflation prévisionnelle corrigée postérieurement .
 ? le décalage du 1er janvier au 1er avril de la revalorisation de certaines prestations sociales, ainsi que le changement de leur mode d’indexation, désormais basée sur l’inflation de l’année précédente.
L’indexation sur les prix conduit à un décrochage du niveau de vie des retraités par rapport à celui des actifs
Entre 2003 et 2010 les pensions progressaient de 11,6 % ; l’ensemble des salaires de 17,1 % et le Smic de 23,2 %. Depuis 2010, la progression des salaires a été moins forte du fait de la faiblesse de la croissance.
Selon le Comité d’Orientation des Retraites (COR), le niveau de vie des salariés progresse en moyenne de 1 % par an alors que celui des retraités stagne. Au bout de 20 ans l’écart de niveau de vie entre les salariés et les retraités atteint 22 %.
Les rapports du COR de juin et décembre 2015, de juin 2016 soulignent que le niveau de vie moyen des retraités, actuellement à peu près équivalent à celui des actifs, s’établirait entre 82,9 % et 96,8 % du revenu des actifs en 2040, et entre 74 % et
94,1 % en 2060, selon les diverses conjonctures économiques retenues.
D’autres études, tant du comité de suivi des retraites que celles de la Drees, concluent que l’indexation des pensions sur les prix a pour conséquence de creuser les écarts entre les pensions (des personnes retraitées et celles des retraités futurs) et les revenus d’activité. Les salaires évoluent avec la progression du Produit Intérieur Brut mais cette évolution n’est pas répercutée sur les retraites.
L’indexation des pensions sur les prix ne permet pas d’atteindre l’objectif d’un minimum de pensions, pour une pension complète, égale au Smic net.
À ce jour, le montant de retraite est de l’ordre de 83,5 % du Smic pour les salariés (générations nées en 1953) ayant cotisé, sur une carrière complète et sur la base de petits salaires.
Selon le COR, le taux de remplacement à l’issue d’une carrière complète au Smic serait compris entre 80 et 82 % pour la génération née en 1963 et entre 70 et 78 % pour celle née en 1978. Dans ces conditions, l’esprit de la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites, qui fixait un objectif d’une retraite égale à 85 % du Smic net (compte tenu de la part de la pension servie par le régime complémentaire Arrco) pour un salarié ayant eu une carrière complète au Smic ne peut même pas être assuré. Il en est de même pour ce qui est de l’objectif d’un minimum de pension, pensions totales, pour une carrière complète équivalente au Smic net que les organisations syndicales de retraités revendiquent.
Des milliers de retraités partis avec une pension égale ou légèrement supérieure au Smic se retrouvent aujourd’hui sous le seuil du Smic.
Près d’un retraité sur quatre perçoit une retraite inférieure à 1 200 euros mensuels. Si le taux de pauvreté des retraités et personnes âgées reste inférieur à la moyenne, il s’établit néanmoins à 7,9 % (données Insee 2013), soit 1,08 million d’entre eux. La particularité de la pauvreté chez les retraités et les personnes âgées est son caractère durable rarement réversible. Ils ont le droit à une vie digne. Or, ces retraités sont souvent contraints à des arbitrages budgétaires douloureux tels le renoncement aux soins, l’abandon d’une « complémentaire santé » trop onéreuse, les mauvaises conditions de logement et la précarité énergétique.
L’indexation des retraites sur les prix provoque la dégradation du taux de remplacement
Le COR souligne une tendance à la baisse du taux de remplacement (rapport entre le dernier salaire et le niveau de la pension de liquidation).
Le Comité de suivi des Retraites indique que la pension moyenne diminuerait, entre 13% et 31% pour les générations nées à partir de la fin des années 1950.

RÉSUME DU CONGRES EXTRAORDINAIRE DE L’UCR DU 12 JUIN 2017 A BIERVILLE

En application de l’article 23 des statuts de l’UCR sur proposition du bureau ,le conseil UCR réuni les 7, 8 et 9 mars 2017 à Bierville a adopté (93,81%) la convocation des structures (UTR URR et UFR) à un congrès extraordinaire préalable à la rencontre nationale.
Le bureau de l’UCR a décidé de proposer au congrès « la modification statutaire et de la modification du règlement intérieur de l’UCR .Cette modification statutaire est de réserver le vote au congrès de l’UCR aux seules UTR ».
Résultats du vote :
La modification statutaire est adoptée par 3276 mandats pour, 675 contre et 121 abstentions.

Equipe de l'URR PROVENCE-ALPES CÔTE D'AZUREQUIPE DE L’URR PROVENCE-ALPES CÔTE D’AZUR

PARLONS TRAVAIL

L’analyse des résultats est disponible !
Nous vous invitons à aller lire ces résultats sur le site : https://www.parlonstravail.fr
Ils ont amené au "Manifeste de la CFDT pour le travail"

MANIFESTE de la CFDT pour le travail

ACTUALITE

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

A la suite de l’élection du nouveau président de la République, la CFDT a décidé de faire rapidement connaître ses attentes et ses exigences.
Vous trouverez ci-joint le texte de la lettre ouverte de Laurent Berger publiée dans Le Monde du 11 mai.

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

POPULISME : COMPRENDRE,RÉPONDRE ET CONSTRUIRE

« POPULISME », « POPULISTE » :
CE QUI SE CACHE DERRIÈRE CES TERMES RESSASSÉS PAR LES MÉDIAS.DANS LE CONTEXTE DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE, LA CFDT DÉCRYPTE ET LIVRE SON ANALYSE.

ARTICLE 1 DES STATUTS CONFÉDÉRAUX :
L’ACTION DE LA CONFÉDÉRATION EST PORTEUSE DE VALEURS

L’émancipation individuelle et collective :
reconnaissant à chacun la capacité à se prendre en charge et à agir ensemble ;
La solidarité entre les travailleurs :
entre salariés et demandeurs d’emplois, entre les générations et plus largement entre les peuples ;
L’égalité :
lutte contre toutes les formes d’exclusion, de discrimination, de sexisme, de racisme et de xénophobie ;
La démocratie :
les femmes et les hommes doivent avoir prise sur leur vie, du lieu de travail à la gouvernance mondiale.

Nos valeurs sont issues du monde du travail et sont aux antipodes de celles du Front national. L’égalité que nous prônons est
incompatible avec la priorité ou la préférence nationale. Les propositions du Front national sur la famille constituent une menace et un bond en arrière pour le droit des femmes. La laïcité que nous défendons est incompatible avec celle affichée par Marine Le Pen qui est un déguisement pour cacher son islamophobie et son racisme. Notre conception de la laïcité tend à
respecter les libertés de tous et préserver le « vivre ensemble ». Notre vision de l’Europe et de son rôle dans le monde sont inconciliables avec le nationalisme exacerbé du FN qui s’inspire de Vladimir Poutine et de Donald Trump.

Vous retrouvez l’ensemble des argumentaires de "SYNDICALISME HEBDO" sur le liens ci-dessous

POPULISME:COMPRENDRE,REPONDRE ET CONSTRUIRE

La CFDT devient le premier syndicat auprès des salariés du privé au niveau national, devant la CGT


"La CFDT devient le 1er syndicat dans le privé ! C’est historique ! Mes premières pensées sont pour les militants, cette victoire est la leur", a écrit sur Twitter, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.
la CFDT devient la première organisation syndicale des salariés du privé, à l’issue du deuxième cycle de représentativité.
"Sur le privé, la CGT passe deuxième organisation syndicale avec 24,86% et la CFDT fait 26,38%", a-t-il reconnu, avant l’annonce des résultats officiels par la direction générale du travail. Lors de la dernière mesure en 2013, CGT et CFDT étaient au coude-à-coude : 26,77% des voix pour la CGT, 26% pour la CFDT, suivies de FO (15,94%), la CFE-CGC (9,43%) et la CFTC (9,3%).
C’est un séisme dans le paysage syndical. Attendu, annoncé, espéré, mais non moins historique. La deuxième mesure de la représentativité des organisations syndicales du secteur privé – qui agrège les résultats du premier tour des élections DP-CE dans les entreprises de plus de onze salariés, les élections TPE et dans les chambres départementales d’agriculture – hisse la CFDT en tête des organisations syndicales représentant les salariés du secteur privé, à 26,37 ?%. Elle progresse ainsi de 0,37 point, mais surtout de 62 ?741 voix. Elle devance la CGT qui, à 24,85 ?%, est reléguée en deuxième position – une situation inédite depuis la constitution de cette organisation en 1895.

OUI A LA SOLIDARITE ET A l’ACCUEIL DES MIGRANTS ET DES REFUGIES

L’Europe est confrontée à une crise humaine sans précèdent avec l’arrivée massive de migrants victimes de situations de guerre et de misère.
L’exil est un parcours douloureux conduisant souvent à la mort.
Notre département frontalier des Alpes Maritimes voit passer de nombreux réfugiés.
Cédric HERROU agriculteur dans la vallée de la Roya a « aidé » ces personnes en grande difficulté dont de nombreux mineurs à survivre en les accueillant, les nourrissant et les hébergeant chez lui.
Aujourd’hui il est poursuivi par la justice pour avoir enfreint la Loi française.
L’UTR CFDT 06 dit que la Loi doit être respectée.
Pour autant, scandalisés par les réactions de responsables politiques des Alpes Maritimes, l’UTR CFDT 06 soutient Cédric HERROU et milite pour que la solidarité ne soit plus un délit.
Nice le 5 janvier 2017

ARTICLE DU SITE CONFEDERAL SUR LE DOSSIER : "AIDER LES AIDANTS"

AIDANTS FAMILIAUX VOUS AVEZ DES DROITS

Aidants familiaux vous avez des droits :
Seniors en activité professionnelle et retraités vous êtes de plus en plus nombreux à assurer des tâches comme aidant familial à domicile ou en établissement d’un proche âgé. Vous êtes 4,5 millions et 8,3 millions en intégrant les personnes handicapées (de moins de 60 ans), soit une personne sur trois dans cette tranche d’âge. Être aidant, accompagner son proche est une activité bénévole complexe à laquelle l’aidant n’est pas préparé. Cela a des répercussions sur vos conditions de vie, votre santé, votre activité professionnelle. Le proche aidant a besoin de lieux d’écoute, d’échanges, de conseils, de professionnels. La CFDT considère cette activité bénévole d’aidant comme un engagement utile à la société. La CFDT avec ses fédérations professionnelles se mobilise pour un accompagnement professionnel de qualité accessible à tous, que ce soit dans le secteur des personnes âgées et handicapées. Aujourd’hui, et encore plus demain, ces accompagnements sont à connaître et à reconnaître.
La CFDT, avec la confédération et l’union confédérale des retraités, intervient pour développer les droits et l’organisation des aidants. Ainsi, le congé pour soutien familial a été élargi dans la loi de 2015. Il est ouvert au-delà de l’aidant familial et à la personne aidée en établissement. Plus récemment, ont été mis en place : des accords d’entreprises visant à faciliter des aménagements du temps de travail (souplesse dans les horaires, dons de RTT…), un guide à destination des entreprises pour les aidants en activité professionnelle existe.
La CFDT a aussi pesé sur d’autres points pour la loi sur l’adaptation de la société au vieillissement de la population. Y figurent notamment : la reconnaissance du statut de « proche aidant », la création d’un droit au répit pour l’aidant, une augmentation des heures d’APA à domicile pour ceux qui en ont le plus besoin, des aides techniques de prévention pour le maintien à domicile et un soutien financier aux professionnels de l’aide à domicile.
La CFDT, dans le cadre de la réforme des retraites a aussi obtenu des droits nouveaux pour les travailleurs handicapés et leurs aidants familiaux. Que ce soit, pour les travailleurs handicapés : la majoration jusqu’à 8 trimestres ; pour leurs aidants familiaux : l’assurance vieillesse gratuite pour ceux et celles qui interrompent leur carrière.
La CFDT, comme les associations d’aidants, de proches et de malades apporte de nombreuses réponses aux questions des aidants dans son guide des droits pour l’autonomie.
La CFDT, veut aller plus loin en instaurant un conseil de la vie sociale dans chaque structure d’aide à domicile pour prévenir la maltraitance et promouvoir la bientraitance pour toutes les personnes en perte d’autonomie.

Voici l’adresse du site confédéral : https://www.cfdt.fr/portail/aider-les-aidants-srv1_397763

Pour en savoir en plus prenez contact avec la CFDT (interprofessionnelle et retraités) présente dans tous les départements.
Rendez-vous sur :
• Guide des droits pour l’autonomie :
www.cfdt-retraités.fr/Guide-pour-l-autonomie

• Guide à destination des entreprises sur les salariés aidants :
www.orse.org/guide_a_destination_des_entreprises_sur_les_salaries_aidants-52-327.html

• Portail du ministère
www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr ou par tel : 0820 10 39 39 (0,15€ TTC/min)

• Réforme des retraites, personne handicapée et leurs aidants :
www.social-sante.gouv.fr/reforme-des-retraites,2780/ce-que-la-reforme-change-pour-vous,2959/pour-les-travailleurs-handicapes,17158.html

RESULTAT DE L’ENQUÊTE AIDANTS FAMILIAUX

Des attentes à prendre en compte
L’enquête flash « aidants familiaux »de la CFDT retraités et son tract sur leurs droits ont été une découverte pour de nombreux proches aidants (familiaux et familiers). Ses résultats à partir de 1521 réponses nous permettent de mieux cerner leurs préoccupations et nous encouragent à des prolongements.
(l’enquête s’est déroulée au cours du 2e semestre et a été prolongée jusqu’à fin janvier 2017 )
PORTRAIT DES AIDANTS ENQUÊTÉS :
64 % sont des aidantes ( 57% selon l’étude de France Alzheimer ).
74,5 % sont des retraités, dont un tiers des jeunes retraités.
19,8 % sont des salariés (23% des salariés de plus de 50 ans selon France Alzheimer ).
69 % dans la tranche d’âge de 66 à 75 ans et 18 % au-delà de 76 ans.
58,6 % accompagnent l’un de leurs parents (25 % leur conjoint).
73,6 % accompagnent un proche à domicile.
33,3 % accompagnent un proche en établissement.
62,6 % sont adhérents CFDT dont 83% de retraités et 55% de femmes (77% chez les non adhérentes).

" REPONSE A LA CARTE"

LE NOUVEAU SERVICE TÉLÉPHONIQUE RÉSERVÉ AUX ADHÉRENTS CDFT
09 69 39 19 39
Du lundi au vendredi de 9h à 19h et samedi de 9h à 13h
Numéro non surtaxé (prix d’un appel local)
Bénéficiez d’un accompagnement personnalisé sur l’ensemble du territoire,par exemple :

  • votre contrat de travail
  • vos condition de travail
  • la formation professionnelle
  • votre passage à la retraite
  • vos droits au chômage
  • le logement, etc...
    La CFDT est le seul syndicat à proposer un tel service à ses adhérents qui mobilise l’ensemble de son réseau pour réponde à vos questions

VIE PRATIQUE

SMIC : au 1er janvier 2017 : 9,76 € brut de l’heure soit 1480,30 € brut mensuel pour 35 heures
hebdomadaires (soit 151.67 h par mois) .En cas d’heures supplémentaires, le salaire horaire de la 36e à la39e heure est majoré de 25%.

Plafond sécurité sociale)
3 269 € par mois ou 39 228 € par an
Prime d’activité (ex : RSA ) montants mensuels :
Personne seul : 536,78 €, en couple : 805,17 €
Personne seule avec 1 enfant : 805,17 € ,en couple avec 1 enfant : 966,21 €
Personne seule avec 2 enfants : 966,21 € ,en couple : 1127,24 €
Majoration par enfant à partir du 3 : 214,71€
Parents isolés :
Femme enceinte : 689,29 €
Personne seul avec 1 enfant : 919,05 €
Personne seul 2 enfants : 1148,81 €
Majoration par enfant : 229,76 €
Vieillesse :
Le minimum contributif :629,62 € par mois
pour le minimum contributif majoré : 688 € par mois
Il ne peut porter la somme totale des pensions au-dessus de : 1135,73 € par mois
ASPA (Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées) : 803 € par mois personne seule et 1247 € pour un couple.
Handicap : allocation adulte handicapé (AAH) sans aucune ressource : 810,89 € par mois ,complément de ressource 179,31 € par mois soit un total de :990,20 €
Retraites complémentaires...
Valeur annuelle du point :
Point ARRCO : 1,2513 €
Point AGIRC (cadres) : 0,4352 €
Point IRCANTEC : 0,47507 €
Prix d’achat du point :
Point ARRCO : 16,1879 €
Point AGIRC (cadres) : 5,6306 €
Point IRCANTEC : 4,766 €

Liens utiles et sites pour d’autres informations

Pour les congés scolaires, si vous avez besoin de dates plus lointaines :
http://www.education.gouv.fr/pid25058/le-calendrier-scolaire.html
Confédération CFDT : www.cfdt.fr
CFDT PACA : https://paca.cfdt.fr
CFDT Retraités nationale : www.cfdt-retraités.fr- https://www.info-retraite.fr/portail-info/home.html
ou http://caisse-de-retraite.fr/gip-info-retraite/ - http://inforetraite.fr

Le lien vers le guide des retraites de la CFDT Retraités : Notre guide des pensions de retraite
Le lien vers le guide pour l’autonomie de la CFDT Retraités : Notre guide des droits pour l’autonomie
Agence Régionale de Santé PACA : http://www.ars.paca.sante.fr
Comité départemental des retraités et personnes âgées des Alpes-Maritimes (CODERPA 06) :
7, Avenue Gustave V 06000 NICE Tél : 04 93 82 89 02 - Fax : 04 93 82 88 48
Contactez par courriel : coderpa06@actimut.fr
Portail d’information pour les personnes âgées et leurs aidants : http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr
http://lekitdesaidants.fr
Association Départementale d’Information sur le Logement : http://www.adil06.org
Pour aménager son logement et ainsi y rester longtemps : http://www.anah.fr/proprietaires/proprietaires-occupants
Conseil départemental des Alpes-Maritimes : www.cg06.fr
Préfecture 06 : http://www.alpes-maritimes.pref.gouv.fr
Sécurité sociale : www.securite-sociale.fr
Assurance maladie : www.ameli.fr
Allocations familiales : www.caf.fr
Assurance chômage : www.pole-emploi.fr

Handicap insertion : www.agefiph.fr ou www.handicap.gouv.fr

Le Bureau de l’UTR

Une équipe à votre service...

Menbres du bureau 2016/2020
De haut en bas et de gauche à droite :
Jean-Paul Marichy, Philippe Julou,
Jean-Michel Hervo, Jean Mazzi, Magali Sanchez, Jacqueline Milani, Claude Job ,
Philippe Le Boulanger, Jean Marie Leclercq , Claude Juillet.
*********
Secrétaire général : Jean Mazzi
Secrétaire général adjointe : Jacqueline Milani
Secrétaire "administratif" : Claude Juillet
Trésorier : Jean Paul Marichy
Trésorière adjointe : Claude Job
Responsable "Actions revendicatives" : Jean Mazzi
Responsable "Développement" : Jean-Paul Marichy
Responsable "Communication" : Philippe Le Boulanger
Adjoint "communication" : Philippe Julou
Responsable "Formation" : Jacqueline Milani
Responsable à l’accueil et permanence : Jean-Michel Hervo, Jacqueline Milani, Jean Marie Leclercq
Responsable "Renouvellement militant ,mixité" : Magali Sanchez

Membre du Conseil Régional PACA (URR) :

  • Titulaire : Jean Mazzi, Claude Juillet
  • Suppléant : Christiane Abraham et Jacqueline Milani
  • Elu collège B : Philippe Le Boulanger

Membre du Conseil de l’Union Départementale 06 :
titulaire : Philippe Le Boulanger,
suppléant : Jean Mazzi.

Mandaté CODERPA : Jean Michel Hervo.

Mandaté TASS : Gabriel Belaveglia

Portfolio

Menbres du bureau 2016/2020

Menbres du bureau 2016/2020

MGEN

MGEN

Equipe de l'URR PROVENCE-ALPES CÔTE D'AZUR

Equipe de l’URR PROVENCE-ALPES CÔTE D’AZUR