Nos sites locaux


CFDT Retraités Hauts-de-Seine

Bienvenue sur le site de l’Union Territoriale CFDT des Retraités des Hauts-de-Seine

Nous trouver

CFDT Retraités Hauts-de-Seine (UTR)
- 23 place de l’Iris, La Défense 2
- 92400 Courbevoie
- 01 47 78 98 44
hautsdeseine[at]retraites.cfdt.fr (remplacer [at] par @)

Nous connaître et nous rejoindre

Adhérez à la CFDT Retraités pour construire ensemble une société plus juste :

- Faire évoluer et développer notre modèle social : applications de la loi sur le vieillissement, suppression des dépassements d’honoraires, généralisation du tiers payant, accès à une mutuelle complémentaire santé
- Défendre le niveau de nos ressources pour vivre dignement et en priorité, améliorer les basses pensions
- Améliorer notre cadre de vie et notre environnement : adaptation du logement, maintien à domicile, accès aux transports
- Favoriser les débats sur des thèmes de société
- Développer la convivialité par des sorties culturelles et des loisirs à des coûts attractifs

Ainsi agir dans une organisation qui défend les revendications des retraités et les représente dans diverses instances municipales et départementales, régionales et nationales.

Organisation

Notre organisation

Actualités de l’Union des retraités du 92

  • Les services d’aide à domicile
    L’Union territoriale des retraités a mené une enquête sur les services d’aide à domicile dans le département des Hauts de Seine. Cette enquête visait à faire ressortir le statut de ces établissements, leur fonctionnement, leurs tarifs, leur personnel et quels en sont les bénéficiaires.
    Vous trouverez les résultats de cette enquête dans le document ci-dessous.
  • Le Congrès de la CFDT de juin 2018 : Intervention de l’UTR 92 sur LA FIN DE VIE :
  • La Transition énergétique : les analyses et les positions de la CFDT.
    Cet après-midi du 15 octobre 2019 faisait suite au débat « Transition énergétique : impasse et défi » du 14 décembre 2018.
    L’UTR avait convié trois spécialistes à venir exposer la situation actuelle de notre pays en matière de transition énergétique :
    • Vincent Rodet (Fédération Chimie Energie),
    • Jean-Claude Pissavy (retraité EDF)
    • Jean-Louis Quéri (retraité EDF)

Jean- Louis Quéri a rappelé brièvement les enjeux de la transition énergétique, thèmes qu’il avait largement exposé lors de notre rencontre de l’année dernière.

Vincent Rodet a présenté la Programmation Pluriannuelle d’Energie (PPE) qui fixe les priorités d’investissements pour l’ensemble des formes d’énergie sur le territoire métropolitain continental. Définie pour 2019-2028, elle prévoit des jalons intermédiaires tous les cinq ans. C’est, avec la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC), l’un des outils de pilotage de la loi de 2015 relative à la transition énergétique.
La priorité est la réduction de la consommation des énergies fossiles : diminution de 35% de pétrole, 80% de charbon et 19% de gaz naturel pour 2028. La neutralité carbone (ne pas émettre de gaz à effet de serre plus qu’il n’en est possible d’absorber) devrait être atteinte en 2050. Le gaz naturel devra être remplacé par du gaz d’origine renouvelable
La part du nucléaire d ans la production d’électricité est maintenue à 50% pour 2035. D’ici cette date, 14 réacteurs (sur 58 actuellement) devront être fermés (dont les deux réacteurs de Fessenheim en 2020). EDF doit fournir une étude pour répondre aux problématiques du « nucléaire du futur ». L’électricité renouvelable devrait atteindre 40% en 2030 à travers l’éolien, le solaire photovoltaïque.
Mais en France, les temps de décisions sont longs, il est difficile de faire bouger les choses et les relations entre les décisionnaires économiques et les politiques pèsent beaucoup. Les évolutions prennent souvent 10 à 15 ans, bien plus qu’un quinquennat ! Il y a un décalage entre les réalisations et le temps politique. Il faut travailler sur les usages tant industriels que particuliers, les transports, les logements. La transition énergétique demande de la confiance encouragée par une politique fiscale incitative (privilégier celui qui veut jouer le jeu).

Ensuite, Jean-Claude Pissavy a rappelé les principes essentiels de ce qu’est l’énergie nucléaire et la part qu’elle représente dans notre pays. Par rapport aux centrales électriques thermiques, les centrales nucléaires présentent d’incontestables avantages en matière de coût de production, d’indépendance énergétique et de production d’une électricité faiblement carbonée. Bien sûr, la question des déchets et la question de leur stockage a été soulevée. Là aussi, Jean-Claude s’est attaché à rassurer. Si le problème des déchets est réel, des progrès importants ont été réalisés dans le stockage et les risques de contamination relèvent principalement d’accidents ou d’incidents que l’on peut travailler à prévenir.
On ne pouvait pas également ne pas évoquer la question des EPR avec l’exemple de Flamanville qui est un véritable fiasco du fait de l’intervention pour sa construction de multiples intervenants qui ont travaillé sans réelle cohésion.

La trentaine de militants présents, attentifs, ont posé de nombreuses questions et ont fait de cette séance un moment d’échange vivant et intéressant.
Merci aux trois intervenants.

JPEG

La carte NAVIGO pour les séniors d’Ile de France

Depuis très longtemps les retraités CFDT de la région parisienne demandaient une carte Sénior. Cette revendication a été satisfaite . Le Conseil Régional a voté le principe d’un pass Navigo à demi- tarif pour les Séniors.
Les personnes de plus de 62 ans, habitant l’Ile de France, peuvent acheter dès maintenant un pass Navigo à demi-tarif. Celui- leur permettra de prendre tous les transports en commun de l’Île de France.
Pour l’obtenir, il faut se rendre dans une agence RATP (ou un service SNCF habilité à cet achat), en apportant un RIB, une attestation de domicile, une carte d’identité et un moyen de paiement (la photo est prise sur place). Le coût est de 37,60€ par mois. Le premier mois est à payer par Carte Bleue, chèque ou espèces ; il faut y ajouter 7,60€ de frais de dossier.
Ensuite le règlement se fera par prélèvement automatique.
Ceux qui avaient déjà une carte Navigo doivent passer à l’agence pour faire modifier le montant du prélèvement.
Il est possible de suspendre l’abonnement, en cas d’absence, pour une durée minimum d’un mois et maximum de 12 mois. Là aussi, il faut se rendre à l’agence le 20 du mois précédent la suspension.
Pour ceux qui se déplacent relativement souvent, cela peut être très intéressant financièrement, le carnet de 10 tickets de métro vaut maintenant 16,90€. Cela peut aussi être une incitation à sortir plus souvent. Et pour ceux qui ont une voiture, cela peut leur permettre de la prendre moins souvent !

PS : La carte « Améthyste » continue d’exister

L’Office de le précarité et du mal-logement dans les Hauts de Seine

Lors de l’Assemblée générale de l’Union territoriale des Hauts de Seine, les responsables de l’OPML 92 ont présenté les activités de l’Observatoire :
« L’Observatoire … est une initiative citoyenne. Il a pour but de mettre à disposition de tous des données et des analyses sur les conditions de vie et de logement des plus précaires dans chaque commune et territoire des Hauts-de-Seine.__ Il présente l’originalité de réunir des citoyens et des associations de solidarité. »
Le site de l’Observatoire (http://www.precaritelogement92.fr) propose pour chaque commune des Hauts de Seine des données autour de cinq thèmes :
- L’évolution de la population, du parc et de l’occupation des logements
- La pauvreté
- Les formes du mal-logement
- Le logement des ménages pauvres
- Les actions de la collectivité en faveur du logement

Notre publication : CONTACT RETRAITÉS 92

Quatre fois par an, notre journal vous informe de la vie de notre Union départementale, des activités de nos Unions locales et des évènements qui touchent la vie des retraités.

Portfolio

Notre organisation

Notre organisation

Assemblée générale du 2/12/19

Assemblée générale du 2/12/19