UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

Nos sites locaux


CFDT Retraités Tarn-et-Garonne

NOS COORDONNéES

CFDT Retraités Tarn-et-Garonne (UTR)
- 23 Grand’rue Sapiac
Boite postale 837
- 82000 Montauban
- 05 63 63 26 80
tarnetgaronne_chez_retraites.cfdt.fr (remplacer _chez_ par @)

NOUS REJOINDRE

Vous pouvez télécharger le bulletin d’adhésion et le renvoyer à l’adresse indiquée sur celui-ci.
Votre cotisation sera calculée sur la base de votre-vos pensions.
60% de son montant est déductible dans votre déclaration d’impôt de l’année précédente. Il ne vous reste donc qu’un tiers des 0,50 à votre charge.
Par exemple si vos revenus annuels sont de 20 000 €, votre cotisation annuelle sera de 100 euros dont 60 € sont déductibles sur votre déclaration de revenus ou remboursés si vous n’êtes pas imposable.
Les documents nécessaires à votre intégration dans nos listings vous seront envoyés dès réception de votre bulletin. Bienvenu-e.

Le conseil de 18 personnes élu en 2021 (11 hommes et 7 femmes.

Jimmy Allioua, Moissac
Renata Appel-Larnaudie, Montauban
André Beltran, Montauban
André Cerciat, Montauban
Rolande Corbières, Bressols
Louis Coubès, Montauban.
Marie-Thérèse Couderc, Caussade
Marie-Thérèse Debaig, Montauban
Jean-Paul Gauthié, Montauban
Evelyne Haas, Montauban
François Lafite, Lafrançaise
Christiane Lopes, Garganvillar
Christine Millet, Saint Antonin Noble Val
Jean Claude Pautal, Saint Etienne de Tulmont
Christian Thédié, Campsas
Gérard Thiercelin, Albias
Jean Paul Vignes, Montbeton
Daniel Villa Véga, Larrazet

NOS PERMANENCES ET NOS SERVICES

La prochaine réunion ouverte à tous les adhérents se tiendra le voir calendrier plus bas. .
Il sera possible pour des retraité-e-s de la région de venir nous contacter.

(L’age de la retraite approche, mais vous trouvez que ce n’est pas simple, surtout si vous êtes pluri-pensionné.e . L’UTR CFDT 82 s’est posé la question : "Peut on aider les futurs retraités et comment ?"

Affichette qui figure peut-être sur le panneau syndical de votre lieu de travail :

Pour éviter les différents stress, ne rien oublier et avoir une aide plus spécifique, nous avons ouvert une permanence (uniquement sur rendez vous).
pour tout contact : tarnetgaronne@retraites.cfdt.fr)

Une complémentaire santé à destination de tous les adhérents retraités de la CFDT

Beaucoup de salariés ne savent pas qu’en quittant leur vie professionnelle ils perdent souvent l’accès à la complémentaire-santé souscrite par leur entreprise.
Pour parer à ce vrai problème humain, la CFDT a contracté un partenariat avec une des plus importantes mutuelles française, la MGEN.
Ce partenariat permet à tout-e adhérent-e d’un syndicat de retraités Cfdt d’avoir accès à MGEN-Filia qui offre une couverture de haut niveau.

Pour toute information complémentaire, contactez l’UTR 82 dont les coordonnées sont en tête du site.
Vous pouvez aussi consulter cette page :
http://www.cfdt-retraités.fr/MGEN-...

Crédit d’impôt pour retraités modestes

Vous payez une cotisation syndicale ?
Dès votre prochaine déclaration de revenus, même si vous ne payez pas d’impôt, vous bénéficierez d’un crédit d’impôt (loi rectificative des Finances pour 2012 du 29 décembre 2012 article 13).
C’est l’aboutissement d’une revendication portée par la CFDT depuis de nombreuses années.
Jusqu’alors, seules les personnes payant l’impôt sur le revenu bénéficiaient d’une réduction au titre de leur cotisation syndicale.
Désormais, par la mise en place du crédit d’impôt, les adhérents retraités modestes pourront obtenir un remboursement à hauteur de 66 % du montant de leur cotisation syndicale.

Des problèmes de consommation ?

Association des Consommateurs CFDT (Asseco Cfdt)
Téléphone : 08 99 86 53 10
Adresse : 3 Chemin Pigeonnier De La Cépière 31100 Toulouse

La CNAS : Caisse Nationale d’Action Syndicale

La Caisse nationale d’action syndicale (Cnas) est un outil unique dans le paysage syndical français envié par les autres centrales. Créée en 1973 lors du congrès CFDT de Nantes, la Caisse nationale d’action syndicale (Cnas) avait été conçue, à l’époque, pour apporter une aide financière aux adhérents en cas de grève, pour soutenir les syndicats en matière juridique et pour défendre les militants victimes de répression patronale dans leur entreprise.

Formation syndicale

Tous nos adhérents peuvent, sur proposition du syndicat, participer à des journées de formation organisées par l’Union Confédérale des retraités (UCR) ou l’Union Régionale des Retraités (URR) ou tout simplement par votre UTR.
Penser qu’à la fin de sa vie de salarié-e, tout besoin ou toute envie de formation, d’enrichissement de ses connaissances et d’amélioration de ses compétences, est interrompu n’est pas dans les gènes de la CFDT.

Calendrier

  1. Les activités régulières continuent en fonction des directives sanitaires en vigueur.
  •  
  • 7 novembre : Bureau UTR à Montauban
  • 9 novembre : Réunion Mensuelle UTR à Montauban
  • 9 novembre : Groupe de travail UTR : Pension
  • 24 novembre : Conseil UTR à Montauban
  • 24 novembre : Apéro - débat UD CFDT à Montauban sur le thème "services publics"
  • 8 décembre : Bureau UTR à Montauban
  • 8 décembre : Réunion Mensuelle UTR à Montauban

NOS PUBLICATIONS

Au cours de l’assemblée générale de mars 2016, il a été présenté un exemplaire du nouveau bulletin de l’UTR proposé aux adhérent-e-s. Assorti du numéro 0, il permettait de se faire une idée de ce qui pouvait être fait. Il ne restait plus qu’à lui trouver un titre !
Immédiatement après cette AG, un premier numéro 1 était mis en oeuvre par une nouvelle commission "communication".

Le numéro 15 paru en juillet 2021 est ici :

Le numéro 16 paru en décembre 2021 est ici :

Le bureau UTR a décidé de diffuser pendant le deuxième confinement une lettre recto-verso « d’Infos Rapides » à l’ensemble des adhérent-e-s connecté-e-s et par courrier aux non connecté-e-s afin de maintenir un lien avec eux , leur donner des nouvelles du syndicat et des informations pratiques .
L’Assemblée Générale du 10 juin 2021 a pérennisé cet organe d’information avec une parution quasi mensuelle.

Vous trouverez ci-après les 3 derniers bulletins diffusés.

Le numéro 13 d’infos rapides est sorti le 27 décembre 2021 :

Le numéro 14 d’infos rapides est sorti le 20 janvier 2022 :

Le numéro 15 d’infos rapides est sorti le 28 février 2022 :

ACTUALITE

INTERSYNDICALE du 4 octobre 2022 DÉTERMINÉ.E.S POUR NOS RETRAITES


08 OCTOBRE 2022
L’intersyndicale, réunie le 3 octobre à Bagnolet, a pris acte de la volonté du gouvernement d’ouvrir des consultations concernant notre système de retraite. Il faut que le gouvernement précise ses intentions, ses éléments de diagnostics, la méthode de concertation et ses objectifs.
Attachées au système par répartition, les organisations syndicales se disent ouvertes pour mener des concertations qu’elles souhaitent loyales et transparentes pour plus de justice sociale. Celles-ci doivent porter sur les dispositifs de carrières longues, de pénibilité et d’usure au travail, de transition emploi retraite et de fins de carrière, d’emploi des séniors, de minimum retraite, de financement du régime et d’égalité femme/homme. Sur ces questions, les organisations syndicales travailleront ensemble pour porter des revendications communes.
Les organisations syndicales réaffirment que l’ensemble de ces sujets ne nécessitent pas de réforme paramétrique.
Les organisations syndicales réaffirment ainsi qu’elles sont, comme la majorité de la population, fermement opposées à tout recul de l’âge légal de départ en retraite et à une augmentation de la durée de cotisation. Pour l’intersyndicale, des alternatives y compris financières existent et doivent faire l’objet de discussions.
Dans ce contexte, nos organisations syndicales rappellent qu’un salarié sur 2 arrivant à l’âge de départ à la retraite n’est plus en activité (invalidité, chômage, minima sociaux...).
Ainsi, toutes mesures d’âge ne feraient que précariser encore les actuels et futurs travailleurs et travailleuses. Cela ne générerait par ailleurs, aucune économie pour notre système car conduirait à un transfert financier vers l’assurance chômage et pour l’invalidité et les minima sociaux, vers notre système de protection sociale.
Nos organisations appellent les actuels et futurs travailleurs et les travailleuses à se réunir et débattre, et n’hésiteront pas à construire tous les moyens d’action nécessaires si le gouvernement demeurait arcbouté sur son projet.
Dans ce contexte d’incertitude pour les travailleurs et travailleuses, l’intersyndicale a décidé
de se réunir à nouveau courant octobre.

REVALORISATION DES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES


08 octobre 2022
Le Conseil d’administration de l’Agirc-Arrco a décidé d’une augmentation des pensions de 5,12 % au 1er novembre prochain.
Comme la CFDT Retraités l’avait demandé depuis plusieurs semaines, cette augmentation va au-delà des règles de l’accord
interprofessionnel de 2019.
En effet, si l’application des règles accordait une augmentation de 4,92 % (4,82 % au titre de 2022 plus 0,10 % de rattrapage de 2021), la CFDT Retraités est satisfaite du coup de pouce de 0,20 % permettant une augmentation 5,12 %.
La CFDT Retraités continuera à être vigilante afin de préserver au maximum le pouvoir d’achat des retraités.

ARRETE DE LIMITATION DES USAGES DE L’EAU POTABLE A COMPTER DU 30 JUILLET 2022


05 août 2022

Compte tenu de la situation actuelle de sécheresse constatée sur le département, l’Arrêté Préfectoral n° 82–2022-07 28-0007, portant sur la limitation des usages de l’eau provenant du réseau d’adduction d’eau potable, a été pris le 28 juillet 2022 sur l’ensemble du Département.


Il est interdit d’utiliser l’eau du réseau de distribution d’eau potable pour les usages suivants :
Le lavage des véhicules hors des stations professionnelles équipées d’économiseurs d’eau, sauf pour les véhicules ayant une obligation réglementaire (véhicules sanitaires – alimentaires) ou technique (bétonnière, …) et pour les organismes liés à la sécurité,
La mise à niveau quotidienne des piscines familiales y compris hors-sol,
L’arrosage des pelouses, espaces verts, publics et privés, jardins d’agrément, espaces sportifs de toute nature,
L’arrosage des jardins potagers entre 08h et 20h,L’arrosage des pelouses, espaces verts, publics et privés, jardins d’agrément,
Le nettoyage des façades, toitures et terrasses ne faisant pas l’objet de travaux sauf impératifs sanitaires,
Le fonctionnement des fontaines publiques et privées en circuit ouvert ou fermé,
Le remplissage ou le maintien à niveau des plans d’eau de loisirs à usage personnel,

PROJET DE LOI PORTANT MESURES D’URGENCE POUR LA PROTECTION DU POUVOIR D’ACHAT


22 juillet 2022
Vote à l’Assemblée nationale : le projet de loi peut encore être amélioré pour protéger durablement le pouvoir d’achat.
La situation actuelle de l’inflation, inédite au regard des deux dernières décennies, en particulier du fait de l’envolée des coûts de l’énergie, a des effets directs sur le pouvoir d’achat des Français, notamment des plus fragiles. Le projet de loi « portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat », adopté en 1ère lecture par l’Assemblée nationale, doit répondre à cet enjeu.
La CFDT salue les mesures d’urgence qui vont apporter rapidement du pouvoir d’achat aux Français. C’est le cas notamment du relèvement des minima sociaux ou du plafonnement des hausses de loyer. Mais un certain nombre de mesures figurant dans le texte ne sont pas suffisantes pour apporter des réponses structurelles. C’est le cas de la pérennisation de la prime PEPA qui se substituera à des augmentations salariales pérennes, et qui risque de limiter le développement du dispositif d’intéressement. La CFDT regrette le rejet de la mise en place d’une conditionnalité des aides publiques aux entreprises, pour inciter les branches professionnelles à négocier de réelles politiques salariales. Des solutions juridiquement solides existent et peuvent être mises en œuvre.
Enfin, la CFDT interroge la course en avant à l’allègement des cotisations sociales et à la défiscalisation qui, à terme, mettent en difficulté à la fois nos systèmes de protection sociale et la capacité de l’Etat à assurer ses missions.
Plus largement, la CFDT appelle à ne pas mettre le pays dans l’impasse en refusant de regarder comment chacun peut contribuer équitablement aux efforts qu’exige la période que nous vivons. Elle réitère sa demande d’une contribution exceptionnelle des plus hauts revenus.
Le projet de loi est maintenant soumis au Sénat. La CFDT attend des sénateurs qu’ils fassent évoluer le texte pour répondre véritablement aux enjeux.

Les urgences des travailleurs ne doivent pas souffrir de la situation politique


Le taux d’abstention record observé lors de ce deuxième tour des élections législatives, notamment chez les jeunes, et le nombre inédit d’élus à l’Assemblée Nationale issus des rangs du Rassemblement national illustrent ce que la CFDT dénonce depuis des mois : la société est plus que jamais fracturée et elle souffre d’une grande fatigue démocratique.
Les discours ambigus entre les deux tours sur l’extrême droite ont participé à la montée en puissance d’une force qui défend des valeurs contraires à celles de la République. Beaucoup d’incertitudes pèsent désormais sur la situation politique. Il ne revient pas à la CFDT de les commenter, elle prend acte des résultats. Mais les travailleurs et les travailleuses ne doivent pas en pâtir
Au lendemain d’un congrès qui l’a confortée avec une approbation de sa résolution générale à plus de 90%, la CFDT réaffirme qu’il est urgent d’agir pour le pouvoir de vivre des travailleurs et des citoyens, d’accélérer les décisions permettant de faire face au changement climatique dans la justice sociale, d’améliorer les conditions de travail et d’emploi, de revitaliser la vie démocratique, notamment en donnant plus de poids à la parole de la société civile organisée et des corps intermédiaires.
Dans cette période incertaine, la CFDT prendra toute sa place de première organisation syndicale pour défendre les intérêts des travailleurs et des travailleuses et prendre sa part pour une société juste et apaisée.

Solidarité avec l’Ukraine

14 avril 2022
Un convoi intersyndical pour l’Ukraine :

Les combats continuent de faire des ravages en Ukraine. Au total, 11,4 millions d’Ukrainiens ont été forcés de quitter leur domicile, 4,3 millions d’entre eux ont dû quitter le pays.

Ensemble, les 8 organisations syndicales, CFDT, CGT, FO, Unsa, CGC, CFTC, Solidaires et FSU, se coordonnent pour affréter un train avec des biens de première nécessité à destination des nombreux réfugiés restés en Ukraine. Cette initiative est menée en concertation régulière avec les syndicats ukrainiens qui apportent leur aide aux déplacés dans leur pays.
La présente collecte est mise en place par la CFDT. Elle est dédiée à l’achat de
couchages et d’équipements d’hébergement. L’intersyndicale se chargera ensuite d’acheminer les biens récoltés par chaque organisation à la frontière ukrainienne.

Lien cagnotte :
https://www.helloasso.com/associations/institut-belleville/formulaires/1/widget

Pour la population ukrainienne, la CFDT en appelle à la solidarité et à la générosité de l’ensemble de ses équipes ! Vous pouvez contribuer à cette cagnotte jusqu’au 31 mai.

Il vous est proposé, lors du versement de votre don, de soutenir la plateforme HelloAsso. Ceci n’est pas une obligation !
Ce don n’ouvre pas de droit à une déduction fiscale.

NON A LA GUERRE – POUR UN RETRAIT IMMÉDIAT DES TROUPES RUSSES !
SOLIDARITÉ AVEC LA POPULATION UKRAINIENNE !
PAIX EN UKRAINE - LIBERTÉS EN RUSSIE ET AU BELARUS !

Ukraine : Déclaration du conseil de la CFDT Retraités

27 mars 2022
La démocratie a été au cœur des débats du conseil de la CFDT Retraités des 23, 24 et 25mars 2022.
Aux portes de l’Union européenne, voici un mois, les forces armées russes envahissaient l’Ukraine,
un pays démocratique. Une agression injustifiable. Dans ce contexte, prendre conscience de la fragilité de la démocratie est plus que jamais nécessaire. Le soutien à la démocratie a un coût et nous devrons sans aucun doute en assumer les conséquences financières collectivement.
Avec la Confédération, la CFDT Retraités exprime sa solidarité et son soutien au peuple ukrainien.
Elle invite ses équipes à répondre à l’appel aux dons de la Confédération syndicale internationale(*).
De démocratie, interne cette fois, il a été également question avec le débat sur l’avant-projet de résolution du congrès confédéral de juin prochain. Ce texte propose des perspectives pour changer profondément la société et relever les défis démocratique, climatique et démographique.
L’avant-projet de résolution rappelle les grands principes qui donnent sens au travail et insiste sur la transformation sociale indispensable à l’égalité. Ce sont autant d’enjeux face aux inquiétudes montantes dans un contexte national, européen et international anxiogène.
Des débats ont eu lieu en amont de la rédaction des orientations. Ils se prolongeront dans toutes les structures CFDT jusqu’au congrès. La CFDT Retraités appelle ses équipes à participer à cet exercice démocratique. C’est non seulement un pouvoir mais c’est un devoir.
(*) Faites un don dès maintenant pour soutenir la population ukrainienne

 : petitions.ituc-csi.org/support-ukraine-fr

Solidarité avec l’Ukraine

4 mars 2022
La CFDT aux côtés des Ukrainiens : appel à la solidarité !
La CFDT condamne fermement l’attaque militaire menée par la Fédération de Russie contre l’Ukraine.
La CFDT a exprimé, et continue de le faire, sa solidarité à l’égard des Ukrainiens et du mouvement syndical Ukrainien. Cette attaque sans précédent constitue une agression totalement injustifiée qui foule au pied le droit international et menace gravement la sécurité en Europe. Les Ukrainiens doivent pouvoir vivre en paix dans un état démocratique et souverain.
La CFDT, avec la Confédération européenne des syndicats et la Confédération syndicale internationale, appelle à une fin immédiate de la guerre. La CFDT salue le courage de la population Ukrainienne qui doit faire face aux horreurs qu’engendre la guerre et qui s’organise pour résister à l’envahisseur. Elle salue aussi le courage des manifestants russes qui continuent de se rassembler pour dénoncer la guerre en bravant la répression des autorités russes.
L’invasion de l’Ukraine nous fait rentrer dans une nouvelle ère qui requiert plus que jamais une unité européenne sans faille. La réponse européenne pour venir en aide aux Ukrainiens et les sanctions imposées au régime de Vladimir Poutine vont dans le bon sens. La CFDT salue ce sursaut européen face à la menace que représente la politique de Poutine et appelle les états membres à consolider cette posture en restant unis.

La CFDT s’inscrit dans la déclaration de la CES et du mouvement syndical européen qui appelle :
- Au maintien d’un haut niveau de pressions financières et économiques sur la Russie, tout en demandant un accompagnement financier pour protéger les salariés de l’impact de la guerre.
- Au soutien de toutes les actions nécessaires contre le Gouvernement et les dirigeants russes, y compris toutes les sanctions nécessaires et les initiatives de boycott contre les produits, biens et services russes.
- À l’activation rapide de la directive européenne sur la protection temporaire.
- À l’établissement de corridors humanitaires pour les réfugiés, dans les pays de la région et dans tous les autres pays de l’UE.
- À assurer un sauf-conduit aux frontières de l’UE pour les citoyens de pays tiers résidant en Ukraine qui ne disposent pas d’un visa Schengen.
- À la mise en place et la poursuite de mesures extraordinaires de soutien à l’économie, aux systèmes de protection sociale et à l’emploi, afin de minimiser l’impact socio-économique de la guerre et des sanctions qui y sont liées.
- À la participation aux initiatives de soutien aux réfugiés à l’échelle des régions. La CFDT s’inscrit aussi dans plusieurs initiatives en soutien à la population Ukrainienne dans son combat.

Elle appelle tout d’abord à rejoindre les nombreux rassemblements en soutien à l’Ukraine organisés partout en France le 5 mars, notamment le rassemblement à Paris, à partir de 15 heure place de la République. Par ailleurs, la CFDT a répondu à l’appel à contribution au fonds de solidarité de la Confédération syndicale internationale et elle vous invite, via vos organisations ou à titre individuel, à contribuer à ce fonds pour soutenir la population ukrainienne.


Faites un don pour soutenir la population ukrainienne.
Enfin, la CFDT vous informe qu’une conférence sur le thème « Pour l’Ukraine libre » est organisée, le 15 mars de 17h à 19h, par l’URI CFDT Île-de-France à Paris. Des informations complémentaires vous serons envoyées ultérieurement. La CFDT compte sur votre présence ! Des organisations et des équipes CFDT ont lancé ou se sont engagées dans plusieurs initiatives de solidarité avec l’Ukraine.
Pour les recenser et les faire connaître, n’hésitez pas à nous le faire savoir par mail à l’adresse : international@cfdt.fr

UKRAINE : Défendre la paix

25 février 2022

La reconnaissance par Vladimir Poutine, le 21 février, de l’indépendance des deux régions séparatistes ukrainiennes a ruiné les efforts diplomatiques conduits par les grandes démocraties depuis plusieurs semaines. Le respect du droit international, de la démocratie et de la liberté n’ont pas résisté à l’autoritarisme du leader russe et à sa manipulation de l’histoire.
L’Ukraine, après l’annexion de la Crimée, s’enfonce dans un conflit armé. Les réactions internationales doivent être fortes et rapides afin d’éviter que la guerre ne s’étende à l’ensemble du territoire du pays le plus grand d’Europe, et pour que l’Ukraine retrouve son intégrité territoriale.

La CFDT demande à la France et à l’Europe d’agir pour que les mesures les plus
sévères soient prises au sein des institutions internationales, Union européenne et ONU en tête.

Cette réaction incontournable ne sera pas suffisante. Il faut que l’Europe prenne toute la mesure de la montée en puissance des régimes autoritaires et construise une réponse politique pour les faire reculer.
La CFDT s’inscrira dans toutes les initiatives visant à soutenir la liberté et l’intégrité de l’Ukraine. Elle se mobilisera avec la société civile française et européenne pour soutenir la population ukrainienne et défendre ses droits fondamentaux.

Crédit d’impôts pour 1er abonnement à un titre de presse


Depuis le 7 mai 2021, un crédit d’impôt sur le revenu est accordé pour le premier abonnement à un journal, un périodique ou un service de presse en ligne (information politique et générale).
Toute information ICI.

Trois pistes pour réduire les inégalités fiscales


La fiscalité actuelle ne réduit pas les inégalités. La CFDT vient de publier une note analysant la fiscalité des hauts revenus et propose trois réformes.
Le contraste est saisissant : depuis près de deux ans, les témoignages de solidarité n’ont cessé de se manifester envers les professions indispensables à la vie en société mais dont les revenus sont faibles. En même temps, les inégalités de revenus et surtout de patrimoine se sont encore creusées. Il y a de quoi s’interroger : la France dispose d’un impôt sur les revenus parmi les plus progressifs au monde. Mais plus les revenus sont élevés, plus on peut « défiscaliser » en bénéficiant d’avantages fiscaux.
Le vrai problème est ailleurs : l’impôt sur les revenus ne représente que 7,4 % des prélèvements obligatoires. Les autres contributions sont, soit proportionnelles au revenu, comme les cotisations sociales, soit régressives, comme la TVA. En effet, cette dernière pèse plus sur les bas revenus (dont le montant se trouve dépensé en totalité) que sur les hauts. Au final l’ensemble est très peu progressif et donc peu redistributif. C’est même franchement dégressif pour les 1 % de revenus les plus élevés (voir graphique).

Que faire ? Trois leviers doivent être actionnés, selon la CFDT
1. Augmenter le poids d’un impôt sur le revenu rénové dans la fiscalité
La CFDT a établi, depuis de nombreuses années, sa position en la matière.
soumettre tous les revenus au barème de l’impôt sur le revenu et, par conséquent, mettre fin à la flat tax (forfait) qui soumet les revenus financiers à une taxe proportionnelle ;
supprimer les niches fiscales sans lien avec des priorités nationales clairement établies (emploi, environnement) ;
remplacer le quotient familial par une allocation forfaitaire par enfant ;
reconstruire un barème de l’impôt plus progressif.
2. Créer un nouvel impôt sur le capital
Dix pour cent des ménages possèdent près de la moitié du patrimoine des ménages. Un pour cent en possède 7%. Pour le seul patrimoine financier, les 10% les mieux dotés possèdent 68 % et les 1 % les plus aisés 31%. Et la concentration de la richesse s’accroît d’année en année. L’impôt sur la fortune n’y a rien changé et la réforme de 2017, consistant à ne plus imposer que la fortune immobilière, a entamé encore un peu plus le concept même d’impôt sur le capital.
La CFDT explore une voie originale : intégrer chaque année dans l’assiette de l’impôt sur le revenu la prise de valeur théorique du capital (immeuble, œuvre d’art, actions…) déterminée par le Parlement selon l’intérêt général.
3. Réformer les droits de succession
C’est un sujet sensible, mais les réformes menées en 2005 et 2007 ont conduit à ce qu’à peine plus de 10% des successions soient effectivement soumises à l’impôt. Les exonérations et les abattements sont nombreux. Une réforme doit être engagée. Une première piste de réflexion consisterait en l’instauration d’un barème progressif s’appliquant aux héritages cumulés perçus tout au long de leur vie par les héritiers.
Par ailleurs, la CFDT revendique l’instauration d’une taxe de 1% dès le premier euro sur tous les héritages et donations afin de financer la perte d’autonomie.
Philippe Le Clézio
Source : La fiscalité des hauts revenus. Analyse et propositions de la CFDT - Août 2021

La CFDT demande une réforme globale des aides aux personnes âgées


La déclaration peut se lire ici ; https://www.xn—cfdt-retraits-mhb.fr/Grand-age-pour-une-reforme-globale

La CFDT demande des moyens exceptionnels pour les Caisses d’allocations familiales


L’ensemble des Caisses d’allocations familiales doivent aujourd’hui faire face à de nombreuses difficultés. En effet, la décision du gouvernement de basculer tout le système de calcul de prestations sociales dans une logique trimestrielle engendre des difficultés de calcul pour l’ensemble des droits.
Concrètement, cela signifie beaucoup d’incertitudes pour les allocataires : à quelques jours de percevoir leurs allocations, ils n’en connaissent pas le montant. Pour les allocations logement versées directement aux bailleurs, les allocataires ne connaissent pas non plus le montant du complément à verser. De plus, l’ensemble des minima sociaux sont potentiellement impactés par des retards de versement ou d’ouverture de droits. Dans le contexte actuel, les impacts sont très lourds pour les personnes concernées.
La CFDT est favorable à un calcul des droits en matière d’allocation logement au plus près des ressources réelles des allocataires mais au plus près, aussi, du montant des loyers d’aujourd’hui (et non ceux d’il y a deux ans), notamment en période de crise. Néanmoins, la CFDT alerte depuis plus de deux ans sur l’absolue nécessité que le nouveau système soit simple pour les allocataires. Faire varier sans cesse les droits peut générer une vraie incertitude pour les personnes au budget particulièrement serré, et parmi elles de nombreux jeunes. Lorsque des erreurs s’y ajoutent, on peut les décourager d’avoir recours à leurs droits, et les faire basculer dans le cercle vicieux des trop perçus / rappels. De plus les modalités de calcul retenues, non réindexées, diminuent fortement le nombre de bénéficiaires, et, pour une partie des allocataires, le montant de leur aide.
Les professionnels n’ont de cesse de compenser les erreurs et lourdeurs engendrées par ces modifications de grande ampleur et doivent ensuite les assumer devant les allocataires. La situation est devenue intenable et engendre une dégradation inacceptable des conditions de travail.
La CFDT demande donc que des moyens exceptionnels soient mis en œuvre pour les CAF, afin que les problèmes générés soient réglés au plus vite et que les personnes impactées puissent être accompagnées.
Par ailleurs, la CFDT rappelle sa revendication de stabiliser les droits sur des périodes longues lorsque les personnes sont dans des dynamiques positives, afin que les aléas sur les prestations sociales ne viennent pas les fragiliser.

La CFDT conteste la réforme et donne la parole aux demandeurs d’emploi

Depuis juin 2019, la CFDT dénonce une réforme de l’assurance chômage qui frappe de plein fouet les travailleurs les plus précaires.
Les modifications atténuant l’impact d’une réforme imaginée avant la crise du Covid n’y changent rien : elle demeure injuste, incohérente et déséquilibrée. Désormais, elle est aussi anachronique. Selon les dernières estimations de l’Unedic, 1,15 million de demandeurs d’emploi vont être touchés dès la première année. Certains d’entre eux, selon leur quotité de travail, percevront jusqu’à 260 € de moins par mois par rapport aux règles actuellement en vigueur, alors que leur allocation initiale n’atteignait même pas le seuil de pauvreté. Ce changement de règles permettrait à l’État d’économiser 2,3 milliards d’euros par an. Anachronique… et juridiquement fragile.
Une analyse du décret du 30 mars 2021 fixant les nouvelles règles relatives à l’assurance chômage fait apparaître plusieurs points de contestation possibles. Les nouvelles modalités de calcul du salaire journalier de référence pourront conduire à une inégalité de traitement entre deux demandeurs d’emploi ayant travaillé le même nombre d’heures mais selon un rythme différent. Par ailleurs, il existe - entre autres - un risque de discrimination indirecte au détriment des salariés en arrêt maladie, en congé parental ou placés en activité partielle pendant la crise, qui percevront, du fait de ces périodes, des allocations moindres.
La CFDT déposera prochainement un recours en référé devant le conseil d’État contre ce décret pour obtenir la suspension de son application.
D’ici le 1er juillet, date de mise en application de cette réforme, la CFDT continuera d’illustrer concrètement les conséquences terribles de ces décisions sur le quotidien des travailleurs qui enchaînent les contrats courts voire très courts. Dans le cadre de sa campagne « CFDT Solidarité chômage », la CFDT a pour objectif d’aider, de faire témoigner et d’informer les demandeurs d’emploi. La CFDT publiera en juin un livret de témoignages de demandeurs d’emploi rencontrés ces prochaines semaines et ayant interpellé et alerté notre organisation sur l’adresse créée pour l’opération : chomage@cfdt.fr.
La CFDT ne se résignera jamais à ce qu’ils soient désignés comme seuls comptables du déficit de l’assurance chômage. Les demandeurs d’emploi ne sont pas responsables de leur situation, le chômage n’est pas un choix.

Le débat sur la fin de vie doit être mené dans la dignité


Le projet de loi créant un droit à l’euthanasie pour les personnes souffrant d’une pathologie incurable risque de ne pas pouvoir être adopté le jeudi 8 avril à l’Assemblée nationale du fait d’un dépôt massif d’amendements par quelques députés.
La CFDT regrette que les conditions d’un débat de fond sur cette question grave, porteuse d’une symbolique forte, ne soient pas réunies.
La CFDT s’est prononcée lors de son dernier congrès pour que la loi évolue et permette, dans tous les cas, le respect de la volonté des personnes en fin de vie, notamment lorsque cette volonté est exprimée dans des directives anticipées.
Ce débat, aussi fondamental soit-il, ne doit pas faire oublier les progrès encore à accomplir pour le développement de soins palliatifs de qualité et accessibles à tous.

Toujours battants les aînés !


Lors du conseil national de la CFDT Retraités, réuni les 10 et 11 mars 2021, la crise sanitaire et ses conséquences pour l’ensemble de la population, la vaccination et les difficultés d’y accéder, l’isolement des personnes âgées, les difficultés de nombreux jeunes, l’avenir de la loi autonomie, ont été au coeur des débats.
La CFDT Retraités est consciente des difficultés des entreprises et de leurs salariés dans de nombreux secteurs. Elle est consciente aussi des situations préoccupantes vécues par les jeunes générations et de la nécessité de renforcer la solidarité intergénérationnelle et de la poursuivre après la crise.
La CFDT Retraités déplore le retentissement qui est donné au soi-disant conflit intergénérationnel. Ces débats sont insupportables, tout comme l’est cette habitude de placer les personnes dans des catégories, dans le seul but de les stigmatiser et de les opposer. Cela contribue à exacerber les antagonismes au lieu de rassembler les différentes composantes de la société.
Après une période d’hésitation pour certains, les personnes âgées sont conscientes que l’éradication de cette pandémie passera par une vaccination à grande échelle. À ce stade, beaucoup d’entre elles postulent sans obtenir de rendez-vous. Des collectivités locales accompagnent les personnes ne disposant pas des moyens d’accès aux outils informatiques ou aux transports. La CFDT Retraités souhaite que ces pratiques soient généralisées. Cela aura d’autant plus d’importance quand sera lancée la vaccination de masse.
Autre sujet de préoccupation, le projet de loi sur la perte d’autonomie, une promesse une fois de plus reportée, c’est pourquoi sur tout le territoire la CFDT Retraités interpelle les parlementaires. Elle a déjà rencontré nombre d’entre eux et regrette que les échanges confirment son inquiétude quant à l’avenir plus qu’incertain d’un projet de loi dans les prochains mois.
Nous constatons, en outre, qu’il n’est plus question dans les diverses interventions des responsables gouvernementaux de répondre aux besoins les plus urgents des personnes en perte d’autonomie. Nous rappelons que, selon les chiffres officiels, le reste à charge en établissement, après les aides, atteint 1 850 euros par mois en moyenne et excède les ressources courantes de la personne dans 75 % des cas.
La CFDT Retraités rappelle la proposition de la CFDT d’une contribution de solidarité sur les donations et les successions pour participer au financement de la perte d’autonomie.
Au cours des prochains mois, la CFDT Retraités continuera à porter ses revendications.

Rencontre en visioconférence avec la députée Sylvia Pinel


Entretien en visioconférence avec Sylvia Pinel, députée - 5 février 2021 suite à notre courrier nous insurgeant contre le report du financement du 5e risque de la Sécurité sociale (Autonomie et grand âge)
Entretien qui a duré 40 mn environ. Présents pour la CFDT retraités : Jean-Paul Gauthié (Groupe de travail « Autonomie et soins »), François Lafite (mandaté CDCA, groupe de travail « Pension et coût de la vie »), Daniel Villa Véga (Secrétaire général adjoint).
La députée propose que nous fassions l’entrée en matière et la présentation des points que nous désirons soulever.
A / DVV : La loi de financement de la sécurité sociale 2021 a acté la création de la 5e branche, ce que la Cfdt apprécie MAIS le report du projet de loi qui doit suivre et qui doit en assurer le financement est inacceptable. D’autant que les financements actuels sont insuffisants. Les finances réservées aux personnes âgées dans le budget « autonomie » représentent 1/3 du disponible (2/3 allant au problème d’autonomie des handicapés). La présidente actuelle de la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie) évalue à plus de 70 milliards les besoins, bien au-delà des 66 milliards actuellement fléchés « autonomie ».
Nous avons ensuite rappelé les trois missions mises en œuvre actuellement ou récemment :
La mission Laforcade sur les métiers liés à la perte d’autonomie : les résultats de notre questionnaire aux aidants ont permis de montrer le problème de turn-over, de manque de formation, de manque de coordination des intervenants.
La mission Broussy sur logements, urbanisme, etc. Nous avons rappelé nos courriers de 2016 aux maires sur l’avancée de l’accessibilité des lieux publics aux personnes à mobilité réduite et avons indiqué que Montauban, entre autres, est un calvaire pour les personnes qui doivent emprunter les trottoirs ou trouver des sanitaires publics.
La mission Libault qui planche sur un guichet unique. Oui mais cela ne gomme pas les problèmes d’accès au numérique.
B / S.Pinel : La loi Autonomie et grand âge est sans doute reportée à long terme. Certes il y a fracture numérique mais la région aide à l’accessibilité des bâtiments publics comme privés.
En ce qui concerne le financement, notre groupe parlementaire travaille régulièrement avec la Cfdt mais le report nous fait penser qu’il n’y aura pas d’inscription au calendrier parlementaire avant des lustres. Une option possible reste l’intégration au PLFSS 2022.
C/ F. Lafite fait part du fonctionnement catastrophique du CDCA local et des conflits d’intérêts de nombre de mandatés.
S.P. : Pour le problème du non fonctionnement du CDCA, la députée suggère de saisir la Préfète par rapport à ce dysfonctionnement.
D / JP Gauthié : Dans un contexte où il existe un possible risque de clivage intergénérationnel (cf les témoignages exprimés par les participants à la consultation nationale sur la place des personnes âgées dans la société), il insiste sur la dimension sociétale de la prise en compte de la perte d’autonomie. On rappelle que l’accompagnement d’un ascendant a des incidences fortes dans toutes les dimensions de la vie (personnelle, conjugale, professionnelle…) et de toutes celles et de tous ceux qui contribuent à cet accompagnement dans le cadre familial.
D / S.Pinel : Je connais bien le problème car concernée. Les solutions alternatives sont autant du ressort de la loi que d’initiatives locales. L’habitat partagé dont vous parlez est une piste à suivre.
Dès que le calendrier de la discussion de cette loi sera proposé, nous reprendrons contact ou même avant lors de la présentation du PLFSS 2022 (Projet de Loi de Finance de la Sécurité Sociale).

Financement de la loi Autonomie et grand âge : rapide entretien avec le sénateur François Bonhomme


> Le sénateur François Bonhomme nous a contactés par téléphone après avoir reçu notre courrier concernant le report du financement du 5e risque de la Sécurité sociale (Autonomie).
> Il confirme le retard de la loi de financement de la branche autonomie.
> Il demande (avec d’autres) que la loi soit présentée avant la fin du quinquennat.
> Il précise qu’une évaluation financière et une étude d’impact seront proposées par la commission des affaires sociales du Sénat dès que la loi sera avancée.

Vaccination des personnes âgées : leur libre choix est à respecter


La CFDT Retraités se réjouit de l’arrivée de vaccins pour combattre la Covid-19. Elle partage la priorité accordée aux personnes les plus vulnérables et à celles qui les accompagnent.
La CFDT Retraités souhaite qu’une information complète soit donnée aux personnes âgées et à leurs proches afin qu’ils acceptent librement d’être vaccinés en toute connaissance de cause dans une approche éthique.
Ce consentement libre et éclairé s’adresse spécialement aux personnes âgées atteintes de troubles cognitifs et celles qui n’ont ni famille, ni protection judiciaire de portée extrapatrimoniale. La personne de confiance, le tuteur ou le curateur doivent être associés à cette consultation.
Le conseil de la vie sociale en établissement doit être consulté pour émettre un avis sur les modalités de la procédure de vaccination.

Une ministre déléguée à l’Autonomie : Une nomination et une loi attendues

La CFDT Retraités salue l’arrivée au gouvernement de Madame Brigitte Bourguignon comme ministre déléguée à l’Autonomie. Depuis 2017, aucun ministère ou secrétariat d’État n’avait plus en charge les problèmes relatifs au vieillissement.
Les personnes âgées et leurs familles attendent un réel accompagnement pour que la vieillesse soit vécue dignement.
La crise sanitaire que nous vivons démontre à quel point cet accompagnement est une priorité pour les âgés et leurs familles.
Dans les prochains jours, la CFDT Retraités sollicitera une rencontre avec la nouvelle ministre afin d’échanger sur les enjeux de l’allongement de la durée de vie et lui fera part de ses attentes et propositions en la matière.
Depuis de nombreuses années la CFDT Retraités revendique une véritable loi pour l’accompagnement du grand âge que ce soit en établissement ou à domicile. Avec la nomination de Madame Bourguignon, elle attend une loi Autonomie, plusieurs fois reportée depuis 2017. Cette loi devra tenir compte de l’accompagnement tant professionnel que financier du Grand âge.
Comme elle l’avait fait pour la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, la CFDT Retraités est prête à apporter sa pierre à la réalisation de cette loi

RÉFORME DES RETRAITES


Report de l’âge de départ à la retraite : une ligne rouge à ne pas franchir
Lors d’une prise de parole médiatique ce dimanche, Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, a dit envisager de « proposer un allongement de la durée de travail » dans le cadre de la réforme des retraites. La CFDT tient à rappeler au gouvernement les engagements pris, et à souligner l’enjeu de confiance nécessaire pour mener à terme la concertation en cours et la réforme.
Cette antienne du report de l’âge de départ à la retraite vient contredire les engagements pris par le président de la République avant son élection, et les arbitrages du gouvernement rendus publics lors de la réunion multilatérale du 10 octobre dernier : l’âge auquel les personnes pourront réclamer le versement de leur
pension restera fixé à 62 ans.
Ces engagements successifs sont la base sur laquelle la concertation repose.
Si les arbitrages sont régulièrement remis en cause, c’est toute la concertation qui s’éteindra. La CFDT demande donc au gouvernement de réaffirmer que la durée d’activité ne sera pas une des variables de la réforme à venir

DEMATÉRIALISATION ET ACCÈS AUX SERVICES PUBLICS

La CFDT partage les inquiétudes du défenseur des droits
Dans son rapport sur la dématérialisation et les inégalités d’accès aux services publics, le défenseur des droits alerte sur l’impact de la digitalisation quant à l’accessibilité aux services publics. Si la dématérialisation est plébiscitée par une large majorité d’usagers, nombreux sont ceux qui rencontrent des difficultés avec la disparation des accueils physiques, difficultés pouvant conduire à des pertes de droit.
Pour la CFDT, tout usager qui le souhaite doit pouvoir bénéficier systématiquement d’un contact et surtout de l’accompagnement humain indispensable lorsqu’il rencontre des difficultés. Les agents dans les services publics ou les caisses de sécurité sociale dénoncent depuis longtemps les risques d’une digitalisation insuffisamment pensée pour l’ensemble des publics et des situations de vie. Trop souvent, le passage au numérique est conçu principalement dans un objectif de gain de productivité et de réduction des coûts.
Ce que nous confirme le rapport du défenseur des droits, c’est que se joue aussi une question fondamentale d’égalité et de soutien aux personnes les plus vulnérables. Pour la CFDT, elle doit être prise en compte dans la transformation de l’action publique engagée par le gouvernement.
La CFDT revendique le développement de solutions numériques équitables et porteuses de simplification intégrant l’accompagnement des usagers.
L’accès aux services publics par le numérique doit s’intégrer avec les autres solutions de proximité qu’attendent les usagers. C’est indispensable pour lutter contre les fractures sociales et territoriales ou le sentiment d’abandon qu’expriment tant de concitoyens.
C’est la raison pour laquelle la CFDT réclame la création d’un bouclier territorial de services publics.

Vivre et vieillir dans la dignité. Adaptation de la société au vieillissement

Pour la CFDT Retraités l’adaptation de la société au vieillissement est un enjeu de société. La pérennisation financière de l’aide à l’autonomie des personnes âgées nécessite une prise en charge universelle. La société dans son ensemble doit y contribuer.
Malheureusement, depuis le vote de la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement (loi ASV) en décembre 2015, qui devait améliorer notamment le montant de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) pour la perte d’autonomie à domicile, nous assistons à une inégalité de traitement sur l’ensemble du territoire.
L’évaluation du degré de perte d’autonomie d’une personne âgée est réalisée par le département.
C’est ce même département qui décide du plan d’aide financier accordé à la personne concernée.
Nous constatons que nombre de départements ont diminué soit la prise en charge financière soit le nombre d’heures à domicile dédiées aux personnes âgées. La conséquence immédiate est le risque d’un reste à charge important pour les allocataires ainsi que pour leurs familles quand celles-ci doivent pallier la prise en charge des frais.
Le financement de la perte d’autonomie ne doit pas être la variable d’ajustement des départements pour des raisons financières ou d’équilibre budgétaire.
Pour la CFDT Retraités, il faut exiger des règles nationales afin d’assurer une égalité de traitement sur l’ensemble du territoire.
En ce qui concerne les Ehpad, la CFDT Retraités milite pour une diminution du reste à charge.
La pension moyenne en France est de 1 356 euros et le coût moyen d’un Ehpad est de 1 850 euros à la charge du résident ou des familles.
Pour la CFDT Retraités, face au défi du vieillissement de la population, il est urgent de prévoir le financement de la perte d’autonomie au domicile ou en Ehpad. C’est le moment d’imaginer d’autres lieux de vie pour les personnes âgées.
C’est aussi le moment de revoir les conditions de travail et de salaire des personnels des Ehpad et ainsi d’améliorer les conditions de vie des résidents.
La CFDT Retraités déplore qu’à l’occasion de la hausse de 1,7 point de la CSG chez les retraités, le gouvernement ait refusé qu’une partie de cette somme soit dévolue à la perte d’autonomie tant à domicile qu’en Ehpad.
En dépit des améliorations législatives, il reste encore beaucoup à faire pour répondre aux besoins de services et d’équipements pour permettre aux personnes âgées de choisir entre le domicile ou l’établissement.
La CFDT Retraités reste attachée à ses revendications pour que chacune et chacun voient partout leur dignité respectée.

La CFDT Retraités revendique une nouvelle indexation des pensions qui garantisse le maintien du niveau de vie des retraités

Depuis la fin des années 1980, les retraites par répartition ont été réformées à plusieurs reprises afin
de limiter l’ampleur des déficits et de ralentir la progression des dépenses. Parmi les facteurs de
modération, les règles d’indexation, basées sur l’inflation et non plus sur l’évolution des
salaires, jouent un rôle majeur.
La réforme de 1993 a fait évoluer ces règles pour le calcul tant des droits à la liquidation, que pour
leurs revalorisations en cours de la retraite.
Cette réforme de 1993 a renoncé à une situation historique où les retraités partageaient le
fruit de la croissance avec les autres. Le choix a été fait d’agir sur le niveau de vie : choix politique
facile à faire puisque cela en reportait les incidences à long terme. Selon les analyses du COR, le
niveau de vie des salariés progresse en moyenne de 1 % par an alors que celui des retraités, au
mieux, stagne.
À l’horizon 2060, le Comité de suivi des retraites souligne que la pension moyenne relative
diminuerait entre 13 % et 31 %, pour les générations nées à partir de la fin des années 1950,
quels que soient les scénarios économiques. C’est en proportion des salaires que s’opérerait le
décrochage, et ceci d’autant plus fortement que la croissance des revenus d’activité serait élevée
par rapport à l’inflation. Selon nos études, la perte de pouvoir d’achat des pensions relativement
aux salaires (salaire mensuel moyen de base) s’établit à 7,3 % entre 2009 et 2016, soit une perte
de 0,9 % par an.

La CFDT Retraités demande la suppression de la cotisation maladie sur les retraites complémentaires

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 a supprimé pour les salariés, outre leur
cotisation chômage, leur cotisation maladie de 0,75% destinée à couvrir les prestations en espèces
liées aux pertes de salaires pour maladie (cotisation qui ne concerne donc pas les retraités).
Mais elle a maintenu un prélèvement de 1 % au titre de la maladie sur les pensions des retraites
complémentaires (Arrco, Agirc, Ircantec). Cette cotisation reste donc la seule cotisation, hors la
CSG, à l’assurance maladie.
Depuis l’instauration de la CSG, les cotisations ayant été basculées vers ce prélèvement obligatoire,
les pensions servies par les régimes de base sont exonérées de cotisations d’assurance-maladie. Mais
ce transfert s’est fait à hauteur de la cotisation sur les retraites de base, inférieure de 1 point de la
cotisation sur les retraites complémentaires. Ainsi la différence de 1 point de cotisation entre retraites
de base et complémentaires a été conservée (voir tableau).
Méconnaissance, négligence ou acte délibéré, le gouvernement n’a pas cru bon de supprimer ce
prélèvement qui fait exception.
Pour la CFDT Retraités, l’exception de la cotisation maladie sur les seules retraites
complémentaires ne doit plus durer. Cette mesure fait des retraités du privé et des retraités non
titulaires des fonctions publiques les seuls contributeurs, hors CSG, à l’assurance maladie. Elle leur
coûte 700 millions d’euros par an.

VIE PRATIQUE, BONS PLANS ET BONNES ADRESSES, TRUCS ET ASTUCES, BON à SAVOIR,.... : Les chiffres officiels de votre bulletin de pension, aide à l’habitat, moteurs de recherche sur internet,...

Accéder aux administrations en ligne avec FranceConnect
FranceConnect est un système d’identification et d’authentification offrant un accès universel aux administrations en ligne. On vous explique comment utiliser ce service conçu pour simplifier vos démarche en vous offrant un service public « tout en un ».
FranceConnect, qu’est-ce que c’est ?
La CAF, la Sécurité sociale, la mairie, les impôts… Pour entreprendre vos démarches en ligne auprès des administrations, vous devez jongler avec une multitude d’identifiants et mots de passe. Et si vous voulez solliciter une nouvelle administration, vous devez créer un nouveau compte.
Avec FranceConnect, inutile de mémoriser de multiples identifiants et mots de passe ! Vous pouvez accéder à plus de 900 services en ligne grâce à l’identifiant et mot de passe d’une seule administration dont vous êtes déjà usager.
Lire aussi : Mon espace particulier sur impôts.gouv.fr
FranceConnect, comment ça marche ?
En accédant à la page d’accueil d’une administration (une mairie par exemple) partenaire de FranceConnect, vous pouvez activer le service d’authentification unique FranceConnect simplement. Pour cela, accéder à votre espace personnel et choisissez l’option FranceConnect pour vous authentifier.
Votre authentification s’effectue alors par le biais de l’identifiant et du mot de passe déjà créé auprès de l’une des administrations suivantes :
impots.gouv.fr
ameli.fr
l’Identité numérique La Poste
Mobileconnect et moi
msa.fr
Alicem
FranceConnect transmet ensuite aux autres administrations partenaires (mairie, département, ministère, opérateur public, etc.) les informations vous concernant.
Plus précisément, FranceConnect fournit des données qui constituent votre identité pivot :
• nom et prénom
• sexe
• date et lieu de naissance.
Sur la base de ces éléments, vous êtes reconnu par l’administration partenaire que vous souhaitez solliciter.
FranceConnect, pour quels services publics ?
FranceConnect est partenaire de services publics à portée locale et nationale. Les démarches accessibles sont notamment les suivantes :
Les démarches fiscales
déclaration de revenus
paiement des impôts, taxes et amendes
Les démarches santé
obtenir une attestation de droits
déclarer la perte ou le vol de sa carte vitale
changer son adresse postale
Les droits individuels à la retraite
assurance retraite (CNAV)
Info retraite
AGIRC et ARRCO : retraite complémentaire
retraite et solidarité : CNRACL, IRCANTEC, FSPOEIE, Retraite des Mines, RAFP, Banque de France, SASPA
Les formalités administratives
passeport et carte nationale d’identité
agence nationale des titres sécurisés
immatriculation : mon espace véhicule
• la consultation des points de permis de conduire
Les droits à la formation
mon Compte personnel d’activité
Accédez au moteur de recherche de FranceConnect pour trouver votre service
Lire aussi : La messagerie de mon espace particulier sur impots.gouv.fr

Les données du panorama social

mise à jour le 11 octobre 2022

Indice des prix en août 2022 : + 4,2% % moyenne annuelle
Indice des loyers au 2ème trimestre 2022 : + 3,6%

Cotisations sociales sur les pensions :
* CSG : 8,3 % taux normal
Exonération partielle (CSG à 3,8%) de 11 432 € jusqu’à 14 944 € de revenu annuel (+ 3990 € si 1/2 part en plus).
Exonération totale pour un revenu annuel inférieur à 11 432 € + 3052 € pour une 1/2 part en plus.
* CRDS : 0,5 % (contribution au remboursement de la dette sociale)
* Sur les retraites complémentaires : 1% (la Cfdt en demande la suppression pour compenser la hausse de la CSG)
* CASA : 0,3% (solidarité autonomie)

ACCES AUX SOINS
* CMU : Accessible pour ressources inférieures à 753 € (1130 € pour un couple)
* Aide à une complémentaire santé : Accessible pour ressources inférieures à 1017 € (1526 € pour un couple)
Montant annuel de l’aide 550 € pour les plus de 60 ans.

ASSURANCE MALADIE
Franchises médicales :
* 0,5 € par médicament ou acte paramédical ; 2 € par transport sanitaire (ces deux franchises sont plafonnées par jour et par an (50€)
* 24 € pour un acte médical supérieur à 120 € (20% en dessous)
* Forfait hospitalier : 20 € / jour (15€ en psychiatrie).
* Taux de remboursement : médecin parcours de soins 70% ; médecin hors parcours de soins 30% ; auxiliaire médical 60% ; médicaments irremplaçables et coûteux 100% ; et de 15% à 60% suivant le médicament et le service médical rendu ; médicaments homéopathiques 30%.

ACCOMPAGNEMENT D’UNE PERSONNE EN FIN DE VIE
Suspension d’activité professionnelle : 21 jours à 57,34 €
Réduction d’activité : 42 jours à 28,67 €

RETRAITE
Revalorisation en 2022 + 1,1 %
Minimum contributif si retraite après janvier 2022 :
- majoration durée d’assurance : 652,60 €
- majoration durée cotisée : 713,11-652,60=60,51 €
RETRAITE COMPLEMENTAIRE
Valeur du point :
* ARRCO - AGIRC 1,2841 €, IRCANTEC 0,49241 €.
* Retraite additionnelle FP : 0,04764 €
PENSION DE REVERSION
54% si au moins 55 ans. Montant minimum pour 60 trimestres validés : 306 €.
ASPA allocation solidarité personnes âgées
En juillet 2022 : 953,45 € pour une personne seule ; 1480,25 pour un couple

MAINTIEN A DOMICILE montant maximal
* Gir 1 : 1807 € ; Gir 2 : 1462 € ; Gir 3 : 1056 € ; Gir 4 : 705 €
* Participation aux dépenses :
0% si ressources inférieures à 816,65 €
90% si ressources supérieures à 3007 €
Montant progressif entre les deux.
APA d’urgence forfaitaire : 903 €
ACTION SOCIALE CNAV
* Aide humaine à domicile : entre 843 et 1435 € pour une personne seule et entre 1464 et 2153 € pour un couple.
* Participation à l’aide à l’amélioration de l’habitat : maximum 1439 € (2159 € pour un couple).Plafonnée de 2500 à 3500 € suivant les revenus.
* Plan d’action personnalisé ne pouvant dépasser 3000 € pour les Gir 5 et 6 pour autre intervention que l’aide-ménagère.
* Aide au retour à domicile après hospitalisation. Maximum 1800 € suivant les mêmes barèmes.
* Secours sociaux : Maximum 770 €
* Secours catastrophes naturelles : Maximum de 1090 € (1750 € pour un couple).

AIDES à L’HABITAT
Un 4 pages très utiles pour connaître les aides possibles concernant son logement.
C’est ici :

Google ? Virez-le. Un autre moteur de recherche est possible.
Selon le site lesnumeriques.com/, en février 2016, le moteur de recherche Google trustait 90,35 % de parts de marché. Impressionnant.
Mais aussi, inquiétant : des critiques de plus en plus nombreuses s’élèvent en effet au sujet de ce moteur de recherche.
La critique majeure concerne le fait que Google ne respecte pas la vie privée des internautes.
Plus confidentiel, et tout aussi inquiétant, est le fait que depuis 2009, ce moteur de recherche vise à donner un résultat correspondant au profil de l’internaute qui fait une recherche : l’algorithme est devenu si puissant qu’il parvient à évaluer les goûts de l’usager, et à lui donner les résultats qui lui semblent les plus appropriés. En d’autres termes, la même requête, lancée par deux internautes, n’aboutira pas aux mêmes résultats. Ce phénomène a été mis en évidence par l’Américaine Sue Halpern dans un article intitulé « Mind control and the internet », paru dans la New York Review of Books, article dans lequel elle évoque un ouvrage intitulé The Filter Bibble : What the Internet Is Hiding from You (Eli Pariser). Le danger d’un moteur de recherche personnalisé, c’est qu’il renforce les croyances de l’internaute, puisqu’il lui propose des résultats correspondant à celles-ci. Pariser montre dans son essai qu’une recherche sur le réchauffement climatique donnera des résultats différents selon que l’internaute est identifié par Google comme un démocrate – a priori sensible à la question du réchauffement climatique – ou un républicain – susceptible d’être climato-sceptique. Consternant.
Existe-t-il un moyen d’échapper à Google, tout en bénéficiant d’un moteur de recherche fiable ?
Oui : Duckduckgo, qui respecte la vie privée des internautes, mais aussi Qwant, un moteur de recherche français, et à présent européen, né en 2013, et qui prend une place grandissante (8 millions d’utilisateurs en octobre 2015, 21 millions en mai 2016).
Le modèle économique de Qwant repose non pas sur la publicité, comme c’est le cas de Google, mais sur des commissions prélevées aux boutiques en ligne lorsque des internautes y réalisent des achats via sa catégorie Shopping.
Mais surtout, Qwant s’engage à ne pas filtrer le contenu du Web, mais aussi à ne pas tracer ses utilisateurs.
Après avoir essayé Duckduckgo, j’ai décidé de tester Qwant, le dernier-né des moteurs de recherche alternatifs.
Le site blog.qwant.com/ajouter-qwant-comme-moteur-de-recherche-par-defaut-fr/ explique comment ajouter Qwant à son navigateur (Firefox, Opera, Chrome...) en quelques clics.
À l’utilisation, aucun problème, le site est ergonomique, Qwant propose différents onglets permettant d’affiner les résultats.
Si Google est parvenu à un tel degré de puissance, c’est en grande partie parce que nous y sommes habitués : pour beaucoup d’entre nous, le nom de cette firme est synonyme de « moteur de recherche ». C’est aussi le cas de nos élèves, à qui nous pourrions désormais proposer Qwant : dans les salles équipées en ordinateurs, dans les CDI, ils auraient ainsi l’occasion de tester une alternative à Google.
En ce qui me concerne, j’ai adopté Qwant comme moteur de recherche.
Bye bye, Google !

LIENS INTERNET UTILES

https://www.cfdt.fr/ Le site de la CFDT nationale
https://www.cfdt-retraités.fr/ Le site national de l’Union Confédérale des retraités Cfdt
https://occitanie.cfdt.fr/ La CFDT de la région Occitanie
http://www.legifrance.fr/ Pour trouver ou retrouver un texte législatif...
http://www.educationsansfrontieres.org/ Le Réseau Education sans frontières, dont la Cfdt est partenaire.
http://www.mgen.fr le site de la mutuelle partenaire de la Cfdt retraités.
https://www.cfdt-retraités.fr/Guid... Le guide pour l’autonomie édité par la CFDT retraités.
https://www.cfdt-retraités.fr/-Not... Le guide des pensions édité par la CFDT retraités

Notes de lecture

* «  Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières  ? » de Allan et Barbara Pease aux éditions Pocket.
Un bouquin qui fera polémique chez les ultra-féministes ou celles et ceux qui ne conçoivent la distinction homme-femme qu’au travers du filtre sociale ou sociétal.
Pour faire simple : pendant des milliers et des milliers d’années l’homme partait chasser pour ramener à manger et la femme gardait « le nid », le feu,… Les compétences organisationnelles étaient différentes et les capacités physiologiques évidemment adaptées. Ce n’est pas en quelques millénaires que ce paquetage génétique aurait brusquement évolué. Il évolue, certes, mais il y a de nombreux restes.
Ce qui est frappant c’est le nombre de situations personnelles vécues qui auront été éclairées par ce bouquin.
* « Comment nous allons sauver le monde  » par l’association Notre affaire à tous chez Massot éditions.
L’association a lancé la pétition pour assigner les gouvernants à respecter leurs propres positions pour stopper le dérèglement climatique. Il y a déjà plus de 2 millions de signataires en France qui souhaitent assigner l’état en justice pour inaction.
Ce petit fascicule de 30 pages « dépote » par le ton et la justesse des propos vis-à-vis des pleutres, des cyniques et des avides qui régentent nos vies. A lire absolument et à faire lire.
* « Les inégalités environnementales » de Cathrine Larrère. PUF, la vie des idées.
Cette opuscule d’une centaine de pages bat en brèche une théorie mainte fois énoncée par les experts autoproclamés et les ignorants comme quoi les risques environnementaux sont les mêmes pour tous. Tout le monde ne réside pas à proximité immédiate d’un boulevard périphérique ! Les déchets nucléaires des Etats-unis ne sont pas enfouis à Hollywood mais dans les réserves indiennes ! Rien n’est plus mal réparti que les pollutions de l’air, les pollutions du milieu, l’accès aux ressources naturelles.
« Jusqu’où l’économie écologique pense-t-elle l’inégalité environnementale ?
De façon générale, ce sont les plus vulnérables qui sont les plus touchés, tout en étant les moins responsables de la situation. » Ceci est vrai en France comme partout dans le monde. Plusieurs contributeurs, de nombreuses références à d’autres auteurs, ouvrages et productions scientifiques ou statistiques donnent à ce livre un vrai support de réflexion.
* «  Le dernier combat » de Jacques Sainte Livrade aux éditions Vérone.
La guerre d’Algérie touche à sa fin. Une patrouille tombe dans une embuscade. Le soldat Herrera est le seul survivant. Recueilli et soigné par des fellahs « paysans algériens » il tente de se reconstruire. Le sort s’acharne sur lui quand Aïcha, leur fille secrètement amoureuse de lui, tue des fellaguas pour le sauver. Commence alors l’épopée de deux bannis jusqu’à la France de ses ancêtres.
Un roman passionnant où le vécu de cet agriculteur-auteur du Tarn-et-Garonne n’est sans doute pas très loin. N’espérait pas interrompre en fin d’un chapitre votre lecture…. !
* "Non je ne me tairai plus * La gauche et l’Islam" par Amine El Khatmi (Edition JCLattès
Un superbe bouquin, coup de gueule d’un élu socialiste d’Avignon.
A travers diverses affaires impliquant le questionnement des principes de la laïcité telle que mise en oeuvre en France, ce fils d’immigrés marocain affirme que le modèle français reste le meilleur moyen d’échapper à tous les déterminismes, communautarismes et autres complaisances électoralistes.
Cet ouvrage de 190 pages se lit avec délectation. 15€.
* «  On ne peut éternellement se contenter de regarder les cadavres passer sous les ponts »
par Eric de Montgolfier (Edition du Cherche midi) 7€
L’ex Procureur de Nice publie un petit bouquin qui est autant un brûlot qu’un gros coup de gueule !
Celui qui a été connu et reconnu pour sa probité n’en peut plus de voir les contorsions, prévarications et absences de scrupule de nos politiciens.
Extrait : « Eric Ciotti par exemple, dont les palinodies se succèdent au rythme des échecs essuyés par ceux pour lequel ce politicien s’était tour à tour prononcé ... » L’auteur rappelle que trop de maires se comportent en tyranneaux, imposant à des majorités prosternées des choix qu’ils ont seuls inspirés. Certes la volonté populaire oscille entre goût des libertés et peur du désordre, mais le cumul des mandats est un obstacle majeur au basculement vers des libertés retrouvées. Le népotisme actuel est dans son collimateur tout autant que la soif du pouvoir souvent concrétisée par la possession de biens hors d’atteinte du commun de la population.
Pour exister, l’essentiel est de paraître ! Les lobbies qui tournent autour des parlementaires le savent bien. Un petit tour du côté de l’ENA et son école du pouvoir beaucoup plus que de l’administration du bien public, Eric de Montgolfier rappelle avec à propos que le bulletin de vote, c’est nous qui le déposons dans l’urne !
* « Histoire mondiale de la France » sous la direction de Patrick Boucheron (Edition du Seuil) 29€
Une histoire de France de plus ? Pas tout à fait, loin s’en faut.
Cet ouvrage de 766 pages (et un index des noms) a été co-écrit par 121 rédacteurs !
Le plaisir de cette lecture repose sur deux points forts. La chronologie qui aide beaucoup à l’intégration de chaque nouvelle séquence, mais surtout le rapport permanent avec l’actualité du moment sur le reste de la planète, terre entière ou seulement sa partie connue alors.
Les dates choisies par les auteurs (de 34000 ans avant J-C jusqu’à 2015 !) ont été choisies pour leur symbolique ou parce qu’étant un moment-clef pour l’époque ou aussi pour situer en continu l’évolution du territoire que nous nommons actuellement « France ».
Savez vous qu’en 1446 un esclave noir du nom d’Antoine Simon, propriété d’un marchand catalan pour la somme de 100 florins d’Aragon, stoppé dans sa fuite dans le comté de Foix, a été, après 3 jours de procès, déclaré nouveau citoyen de la ville de Pamiers au titre de la coutume existant depuis deux siècles déjà ?
La révolution française est-elle synonyme de terreur et de guillotine assortis de querelles byzantines sur les orientations politiques ? Un peu, certes, mais c’est aussi la déclaration de l’Homme et du Citoyen, l’intégration dans la République française de tout peuple s’émancipant d’un système féodal, (1790), le soulevement des planteurs de Saint Domingue (août 1791) suivi par la première abolition de l’esclavage (1794 – 1802), la fondation du Muséum d’histoire naturelle à Paris (1793), l’Institut des sciences morales et politiques (1795), etc.
Pour celles et ceux pour qui les périodes médiévales ou mérovingiennes ou carolingiennes ou capétiennes méritent quelques approfondissement, je vous conseille cet ouvrage dont on peut interrompre la lecture à tout moment puisque chaque date traitée se fait sur au plus 4 ou 5 pages.
La France franco-française ? Un phantasme !
* «  A table citoyens ! » Périco Legasse (Le poing sur la table)
Vous connaissez sans doute Périco Legasse dont les articles dans l’hebdomadaire Marianne ne laissent pas indifférent.
En lutte avec une grande conviction contagieuse, Périco Legasse vous propose quelques réflexions et actions permettant d’échapper à la malbouffe tout en sauvant nos paysans.
Quand il parle de paysan, il entend ces hommes et ces femmes qui pratiquent une agriculture respectueuse des saisons, des produits, des animaux et in fine des consommateurs que nous sommes.
Ces hommes et ces femmes sont aux antipodes de l’idéologie qui permet des fermes de 1000 vaches, 2000 porcs ou 15000 poulets ! Ces hommes et ces femmes sont vent debout contre l’oligarchie agro-industrielle emmenée par le premier syndicat agricole, par la banque du milieu rural dont le bon sens n’est plus au rendez-vous depuis longtemps, par les technocrates européens ou de nos propres ministères qui ne sont que des illuminés du libéralisme économique dont les conséquences environnementales et sociales sont volontairement occultées pour mener à bien leur course au profit de courte-vue.
A lire sans modération !
* «  Le cantique de l’apocalypse joyeuse » du finlandais Arto Paasilina (éditions Denoël).
Asser Toropainen est un vieux militant communiste dans sa 90e année et au bord du trépas.
Il fait venir son petit-fils Eemeli Toropainen après avoir rédigé ses dernières volontés devant notaire.
Le « bouffeur » de curé va demander à sa descendance d’assurer la réussite de la fondation qu’il vient de créer et qui commence par la construction … d’une église en bois !
C’est l’histoire des premières années de cette fondation qui nous est contée. Une histoire touchante, pleine de bon sens et de respect de la nature si chaleureuse de ces lacs finlandais perdus aux confins de la voisine russe (nous sommes à la fin du XXe et au début du XXIe siècle, donc en pleine actualité) à une époque où la terre est malmenée par des conflits importants et dangereux pour ses habitants.
Ce bouquin se lit d’une traite avec gourmandise.
* «  Jamais la même chose" de François Morel (Denoël)
Ce livre reproduit les chroniques hebdomadaires que François Morel donnait sur France-Inter chaque vendredi à la fin de la matinale 7h-9h. Cet auteur, acteur, chroniqueur traite l’actualité avec humour et manie la langue française en utilisant tout e vocabulaire possible et imaginable. UN vrai plaisir de lecture qui peut se vivre d’une seule traite ou par petites touches.
*"Eloge du carburateur" de Matthew B. Crawford(la découverte poche)
L’auteur, brillant universitaire à Washington et bien rémunéré pour son travail va démissionner pour ouvrir...un atelier de réparation de motos. A partir du récit de sa reconversion, il livre dans cet ouvrage intelligent et drôle une réflexion fine sur le sens et la valeur du travail dans les sociétés occidentales.
* "L’impasse" de Guillaume Duval (Les Liens qui Libèrent)
"comment Emmanuel Macron nous mène dans le mur" expliqué par l’auteur, ancien rédacteur en chef d’alternatives économiques. Guillaume Duval dénonce les effets délétères de la dynamique dans laquelle s’inscrit l’action d’Emmanuel Macron représentant en chef d’une aristocratie d’Etat endogamique.

Test pour formation titre

Test pour formation

titre niveau 2

Test pour formation

Titre niveau 3

Test pour formation

Encadrer

zone de saisie de texte

Test pour formation Gras
Test pour formation Italique
Test pour formation Petites capitales

Test pour formation
Barré
Test pour formation Texte en évidence
Test pour formation Texte en évidence avec 2e couleur

Test pour formation

Citer un message

Test pour formation

Autre présentation de citation
« Test pour formation » Entre guillemets
Test pour formation Caractères spéciaux ÀÉÈæÆœŒÇ

Portfolio

Pension moyenne homme/femme

Pension moyenne homme/femme

Article La dépèche - AG UTR

Article La dépèche - AG UTR

Un thème revendicatif de l'UTR

Un thème revendicatif de l’UTR

Réunion UTR à Montauban

Réunion UTR à Montauban

Conférence de presse Cfdt 82

Conférence de presse Cfdt 82

Prépartion du bulletin UTR par la commission communication

Prépartion du bulletin UTR par la commission communication

Formation syndicale

Formation syndicale

Chateau de Piquecos

Chateau de Piquecos

Manifestation fonctions publiques d'octobre (...)

Manifestation fonctions publiques d’octobre 2017

Manifestation fonctions publiques d'octobre (...)

Manifestation fonctions publiques d’octobre 2017

Manifestation fonctions publiques d'octobre (...)

Manifestation fonctions publiques d’octobre 2017

Manifestation fonctions publiques d'octobre (...)

Manifestation fonctions publiques d’octobre 2017

Conférence de presse intersyndicale * octobre (...)

Conférence de presse intersyndicale * octobre 2017

L'écrivain Arto Paasilina

L’écrivain Arto Paasilina