Nos sites locaux


CFDT Retraités Hérault

Bienvenue sur le site de l’Union territoriale CFDT retraités de l’Hérault

Nos coordonnées

CFDT Retraités Hérault (UTR)
Maison des syndicats
474 allée Henri II de Montmorency
34000 Montpellier
04 67 64 64 86

Nos permanences

Nos actualités

les prochaines rencontres

Nos contacts

En attente

AIDANTS FAMILIAUX

L’association France Alzheimer Hérault propose une nouvelle formation gratuite destinée aux aidants familiaux à partir de 14h15 le mardi 7 mars 2020 à Montpellier.

Auparavant, les familles peuvent bénéficier d’un entretien individuel gratuit avec l’intervenant, afin d’échanger sur les problématiques vécues au quotidien auprès de son proche malade, et de ses attentes et ses besoins vis à vis de cette formation.

Soucieuse de soutenir les familles touchées par la maladie, l’association France Alzheimer Hérault organise une formation gratuite aux aidants familiaux à Lunel et Lodève.

Pour plus d’information cliquez sur le lien ci-dessous.

ASSEMBLEE GENERALE DE L’UNION LOCALE CFDT DES RETRAITES DE MONTPELLIER

L’Assemblée générale de l’Union locale des retraités CFDT de Montpellier s’est tenue le 27 Janvier en présence d’une quarantaine de participants.
Ce moment de rencontre a permis tout d’abord aux participants de faire un bilan de l’exercice écoulé en faisant un point sur l’activité des groupes de travail « Retraites », « Cadre de vie/Santé » et « Concertation Environnement » avant d’évoquer les diverses actions menées tout au long de l’année.
Ensuite les débats se sont portés sur l’action du collectif montpelliérain du Pacte du Pouvoir de Vivre avec un retour sur la situation actuelle et sur la déclinaison des trois priorités locales : le logement, la prise en charge médicale des populations les plus pauvres et l’aide aux migrants. Puis les participants à cette AG ont préparé une lettre à envoyer à tous les candidats hors RN pour les futures élections municipales dans les communes de la Métropole.
Enfin, c’est autour du projet de réforme des retraites que le débat a pris toute sa dimension : un consensus très large s’est dégagé autour des principes défendus par la CFDT et sur la mise en place d’un nouveau système de retraite par répartition universel plus juste et plus solidaire. Des points où la vigilance de la CFDT doit s’exercer ont été soulignés, notamment sur l’âge d’équilibre, la gouvernance du système en général et le pilotage de la valeur du point en particulier, les pensions minimum… L’état d’imprécision et d’impréparation de certaines composantes du projet, confirmé aussi par le Conseil d’Etat, a également été souligné, ce qui a amené les participants à proposer un report du projet de loi lors des débats à venir au sein du Conseil syndical.
Pour terminer, c’est autour du verre de l’amitié et de la galette des rois que s’est terminée cette Assemblée Générale riche en débats placés sous le sceau de l’écoute de l’autre et du respect de la diversité des opinions.

AG URI OCCITANIE

La délégation de l’UTR 34 est intervenue lors de l’AG de l’URI Occitanie . Voici le contenu de cette intervention portée par Dominique Bernabe au nom du Conseil syndical :
https://www.cfdt-retraités.fr/spip.php?page=telechargement&id_document=8140

LA CFDT POURSUIT SON ACTION POUR UN SYSTEME DE RETRAITE PLUS JUSTE

La CFDT a pris connaissance du courrier envoyé aujourd’hui par le Premier ministre. Elle salue le retrait de l’âge pivot du projet de loi, retrait qui marque la volonté de compromis du gouvernement.
Dans cet esprit, la CFDT va poursuivre les discussions dans le cadre proposé pour répondre aux interrogations qui demeurent sur le futur régime universel.

La CFDT s’engage pour porter ses revendications : meilleure prise en compte de la pénibilité, de la situation des femmes, sécurisation des transitions, notamment dans la fonction publique, amélioration du minimum contributif, développement de la retraite progressive et amélioration des fins de carrière.

La CFDT s’inscrira également dans la conférence de financement dont elle a proposé le principe. Elle le fera avec l’esprit de responsabilité qui a toujours été le sien et avec l’exigence de justice sociale et de solidarité qui a toujours guidé son action. Elle le fera sans exclure aucun sujet, mais avec le souci de défendre les intérêts des travailleurs et des retraités.

Les retraités du syndicat UTR34 étaient à nouveau dans la rue ce samedi 11 Janvier pour accompagner leurs camarades actifs dans leur juste combat contre la mise en place d’un âge pivot dans le futur régime de retraite.

manif du 11 janvier 2020

manif 11 janvier 2020

RÉFORME DES RETRAITES Pour concrétiser ses intentions d’ouverture, le gouvernement doit retirer l’âge pivot

Lors de la réunion multilatérale de lancement de la nouvelle phase de concertation sur la réforme des retraites de ce jour, le Premier ministre s’est déclaré ouvert au dialogue sur la pénibilité, les fins de carrière, le minimum contributif, et les transitions pour les fonctions publiques avec l’objectif d’aboutir à des propositions concrètes rapidement. Le Premier ministre s’est également déclaré ouvert à une conférence de financement.

La CFDT note positivement cette ouverture mais constate à ce stade le maintien de l’âge pivot dans le projet de loi portant sur la réforme des retraites. Cet âge pivot est injuste et inutile et il est massivement rejeté par la population. De plus, il est incompatible avec l’engagement initial du Président de la République de faire une réforme sans faire d’économies et d’assurer à chaque euro cotisé les mêmes droits à la retraite.

Si la CFDT rappelle qu’elle s’est toujours préoccupée de l’équilibre des systèmes de protection sociale, elle maintient que la réforme globale du système de retraite doit avoir pour objectif premier la justice sociale. La conférence de financement proposée par la CFDT doit avoir pour objectif le financement à moyen et long terme du système de retraite. Elle doit pour cela aborder l’ensemble des leviers d’action, sans que la loi n’en impose un par avance.

Fidèle à sa conception du dialogue social, la CFDT va donc s’engager avec détermination dans cette nouvelle phase de concertation. Trop d’éléments insuffisants ou flous doivent être précisés ou tranchés. La CFDT revendique des avancées sur :
- une meilleure prise en compte de la pénibilité vécue par les travailleurs (manutentions manuelles de charges lourdes, postures pénibles, risques chimiques et vibrations mécaniques),
- l’emploi des séniors pour un maintien adapté dans l’emploi,
- la sécurisation des transitions dans les fonctions publiques,
- la retraite progressive pour une transition douce des fins de carrière,
- une augmentation plus importante du minimum de pension,
- et un Compte Epargne Temps Universel pour aménager son temps de travail tout au long de la vie.

Pour la CFDT, les voies de discussion avec le gouvernement existent mais sont étroites. Dans la mesure où l’âge pivot figure dans le projet de loi et où les éléments de progrès social restent très insuffisants, la CFDT appelle l’ensemble de ses adhérents et militants à maintenir la pression sur le gouvernement et à :

- RELAYER LA PETITION APPELANT AU RETRAIT DE L’AGE PIVOT EN ALLANT SUR LE LIEN :

http://chng.it/yZ9x9Nq4W6

17 DECEMBRE : L’UTR 34 DANS LA RUE !!!

De nombreux adhérents de l’UTR 34 se sont retrouvés auprès de leurs camarades des syndicats CFDT de salariés lors des manifestations organisées le 17 Décembre à Montpellier, Béziers et Sète.

Par leur présence, ils ont voulu montrer leur solidarité avec ceux qui prendront leur retraite demain

Ils ont aussi voulu apporter leur soutien aux principales revendications de la CFDT portant sur la suppression de l’âge pivot de départ à la retraite fortement pénalisant pour les carrières longues, l’amélioration de la prise en compte de la pénibilité, la revalorisation des minima de pension, la mise en place d’un dispositif de retraite progressive digne de ce nom ou bien encore la création de mesures de compensation et de revalorisation salariale pour les travailleurs des régimes spéciaux et des fonctions publiques.

Par son implication, l’UTR 34 a su donner une image de retraités dynamiques et actifs dont la présence a été fortement appréciée par les autres manifestants qui n’ont pas manqué de leur témoigner leur sympathie et leur reconnaissance tout au long du parcours.

Une réforme plombée par l’obsession budgétaire

Malgré les alertes de la CFDT, le Premier ministre a imposé des mesures d’âge inutiles et injustes à travers l’instauration d’un « âge d’équilibre » dès 2022.
Pour la CFDT, une ligne rouge a été franchie. Cette disposition remet en cause la promesse du président de la République de ne pas faire de mesure d’âge.
Ce sont tout particulièrement ceux qui ont commencé à travailler jeune, et les personnes qui se retrouvent au chômage en fin de carrière qui seront pénalisés. Dès 2022, ceux qui pouvaient prétendre à la retraite à 62 ans devront travailler plus longtemps pour maintenir leur niveau de pension : si la réforme systémique est repoussée à la génération 1975, les mesures d’économies sont, elles, avancées à la génération 1960.

La CFDT rappelle que les salariés font déjà des efforts puisque les lois antérieures prévoient un allongement de la durée de cotisation pour tous jusqu’en 2035.

La CFDT porte depuis de nombreuses années l’ambition de construire un système de retraite juste, solidaire et universel. Si le rapport Delevoye donne tous les outils pour le bâtir, la concertation menée depuis septembre n’a pas permis d’avancer sur des points essentiels :
- La reconnaissance de la pénibilité n’est aujourd’hui pas à la hauteur alors qu’elle est une condition de la justice sociale.
- La CFDT maintient qu’une carrière complète au SMIC mérite une pension bien supérieure à 85% du SMIC. Le gouvernement doit aller plus loin en la matière.
- Les dispositions en matière de retraite progressive restent quant à elles très floues ; la responsabilité des entreprises dans le maintien dans l’emploi des seniors doit être engagée.
- Il est urgent que la situation des travailleurs concernés par les régimes spéciaux soit clarifiée, et que les mesures de compensation et de revalorisation salariales pour la fonction publique soient définies.

L’obsession budgétaire et la justice sociale ne font pas bon ménage. En souhaitant mener de front une réforme ambitieuse et une réforme budgétaire à l’ancienne, l’exécutif a perdu le sens et la lisibilité d’une réforme du système de retraite pourtant attendue.

La CFDT appelle donc l’ensemble des travailleurs à se mobiliser le 17 décembre pour que le gouvernement renonce à toute mesure d’âge et rouvre les discussions pour un système de retraite universel qui soit réellement juste.

Déclaration du Bureau national de la CFDT 21 novembre 2019

Retraites : la CFDT exige une réforme de justice sociale

Le Bureau national de la CFDT, réuni les 20 et 21 novembre 2019, exige que le gouvernement se positionne clairement et rapidement sur le projet de réforme des retraites qui est en cours de préparation. Une concertation s’est engagée avec le Haut-Commissariat à la Réforme des Retraites (HCRR) depuis avril 2018, soit depuis plus de 18 mois. Les échanges ont été nombreux et riches. Le rapport Delevoye présenté en juillet dernier aux partenaires sociaux constitue la base des discussions qui se sont ouvertes depuis septembre et qui doivent aboutir au projet de loi créant le système universel de retraite, ainsi qu’aux mesures d’accompagnement sectorielles indispensables. Cette concertation piétine du fait des atermoiements et des hésitations du gouvernement. Il faut que celui-ci donne des gages sur la portée et le sens de la réforme des retraites qu’il souhaite mener. Est-ce une réforme porteuse de progrès social, de plus d’égalité et de liberté de choix comme le réclame la CFDT ? Ou est-ce une réforme paramétrique uniquement destinée à faire des économies ? Depuis quelques mois, les déclarations du gouvernement se sont multipliées, mêlant les intentions contradictoires et brouillant le sens de la réforme. Ces conditions ne permettent ni de conduire une discussion productive, ni de convaincre les citoyens de la pertinence d’une réforme. La CFDT ne veut pas d’une réforme paramétrique qui serait aujourd’hui inutile, anxiogène et qui accentuerait les inégalités. La CFDT ne veut pas d’une réforme a minima qui ne s’attaquerait pas véritablement aux injustices de notre système actuel.
La CFDT revendique une réforme en profondeur de notre système de retraites pour : • Créer un système de retraite universel où tous les actifs, du public comme du privé, sont solidaires. Un système qui ne pénalise plus les femmes, les polypensionnés, les précaires et les travailleurs aux bas salaires ; • Compenser les 10 formes de pénibilité du travail pour tous les travailleurs qui y sont exposés, car la pénibilité réduit l’espérance de vie, donc les droits à la retraite. Ces travailleurs doivent pouvoir partir plus tôt en retraite pour en profiter en bonne santé ; • Donner un droit à une retraite progressive pour aménager les fins de carrière et permettre aux travailleurs de choisir la date et les modalités de leur départ en retraite ; • Fixer un minimum de pension à 100% du SMIC net pour une carrière complète, afin que les retraités bénéficient d’une retraite décente ; • Garantir à 100% les droits acquis avant 2025, pour sécuriser les travailleurs dans la transition et respecter les engagements du passé ; • Fixer des compensations salariales qui devront être effectives au même moment que la réforme des retraites, pour contrebalancer dans certaines professions l’abandon de la règle des 6 derniers mois ; • Maintenir le droit de partir à la retraite à 62 ans et le dispositif des carrières longues, pour permettre un départ plus tôt en retraite à ceux qui ont commencé à travailler jeunes ; • Compléter le droit à la retraite par un accès à du temps libre tout au long de la vie, pour les projets personnels, familiaux et citoyens. C’est sur la base de ces revendications que la CFDT, dans l’intérêt des travailleurs, se positionnera sur la réforme. Le gouvernement doit répondre à cette exigence de clarification : pas de réforme des retraites sans justice sociale.

ACTUALITE DU MOIS

Dossier Médical Partagé , DMP

C’est le carnet de santé dans sa version numérique . Il remplace le carnet de santé papier et présente l’avantage de regrouper :
• l’historique de vos soins des 24 derniers mois, automatiquement alimenté par l’Assurance Maladie.
• vos antécédents médicaux (pathologie, allergies par exemple à certains médicaments...)
• vos résultats d’examens (radio, analyses biologiques...)
• vos comptes rendus d’hospitalisations
• les coordonnées de vos proches à prévenir en cas d’urgence
• vos directives anticipées pour la fin de vie (cf article ci contre ).

La création du DMP ne peut avoir lieu qu’avec votre consentement, même s’il ne vous est pas demander une signature .
Pour conserver le secret médical seul votre médecin traitant a le droit d’accéder à l’ensemble du contenu de votre DMP, même celles rendues inaccessibles à votre demande. Il peut, si nécessaire, complété ou modifié l’historique de vos pathologies.

Ce DMP est dit « partagé » parce que le patient peut décider de partager avec les professionnels de santé de son choix, les informations de son choix sur sa santé. Et, à tout moment, ce patient peut décider de mettre fin à l’autorisation d’accès pour tel ou tel professionnel.
Les professionnels de santé qui pourront avoir accès à votre DMP sont donc, outre votre médecin traitant, l’infirmier, le kinésithérapeute , etc.
L’accès du DMP est protégé par la loi, ne peuvent y accéder les mutuelles et compagnies d’assurances, les banques, l’employeur et la médecine du travail. Tout accès non autorisé constitue un délit.

C’est un service gratuit, confidentiel et normalement sécurisé.

En cas d’urgence le regroupement de toutes ces informations sur votre santé peut faire gagner un temps précieux en facilitant la prise en compte de ces données par les professionnels qui vous prennent en charge. En effet le médecin régulateur du SAMU peut, en cas d’urgence, accéder à votre Dossier Médical Partagé.

Qui peut bénéficier de ce Dossier Médical Partagé ? Toutes les personnes bénéficiant d’un régime de sécurité sociale.
Ce service n’étant pas obligatoire, le fait d’avoir créer ou pas son DMP ne change rien aux remboursements .

Comment créer son Dossier Médical Partagé ?
• C’est possible chez soi, par internet, en se connectant au site dmp.fr et en cliquant sur « j’accède à mon DMP ». Un code d’accès à usage unique vous sera adressé soit par e-mail soit par sms pour constituer votre DMP.
• C’est facile de demander cette création à son pharmacien, muni de sa carte vitale. Le pharmacien vous remet alors un identifiant de connexion et un mot de passe (provisoire). Vous allez ensuite sur le site internet dmp.fr où vous reportez ces 2 codes (identifiant de connexion et mot de passe). Pour sécuriser votre dossier il vous est alors demandé de changer votre mot de passe provisoire et d’en écrire un vous même.
• c’est possible en CPAM auprès d’un conseiller .

Formation « Répondre aux questions retraites »

Le 19 novembre, des militants du syndicat UTR 34 ont suivi la session « Répondre aux questions retraites » animée par Marc VANDEPUTTE (UCR) et Daniel VEGAS (URR Occitanie).
Cette formation, destinée en priorité aux militants assurant des services d’accueil et des permanences dans les UTR, a permis aux participants de s’approprier une méthodologie et des outils susceptibles de les aider dans le futur pour pouvoir répondre efficacement aux questions qui leur seraient posées dans le domaine des retraites (informations et conseils sur les ouvertures de droit, calcul des retraites, réversions, orientations vers les services sociaux…).
Cette rencontre a également permis de redéfinir et de localiser le réseau des structures et institutions incontournables dans le domaine des retraies (CARSAT, CICAS, MSA, IRCANTEC, les CCAS…) ainsi que le réseau des militants CFDT présents dans ces structures et susceptibles d’être contactés pour donner toutes les informations nécessaires pour gérer les problèmes posés.
Une journée de formation intense pour les militants mieux arnés et plus efficaces demain !

19 novembre 2019 formation {JPEG}

Portfolio

manif du 11 janvier 2020

manif du 11 janvier 2020

manif 11 janvier 2020

manif 11 janvier 2020

19 novembre 2019 formation

19 novembre 2019 formation