Nos sites locaux


CFDT Retraités Doubs

Bienvenue sur le site de l’Union territoriale CFDT des retraités du Doubs

Nous trouver

CFDT Retraités Doubs (UTR)
- 4 B rue Léonard de Vinci
- 25000 Besancon
- 07 67 38 67 56
- doubs chez retraites.cfdt.fr (remplacer chez par @)

Nous connaître

L’Union territoriale CFDT des retraités du Doubs regroupe des Unions locales CFDT de retraités et des sections professionnelles de retraités.

Nos contacts

Secrétaire général de l’UTR
Jean Gullaud
jeangullaud@orange.fr

ULR Doubs Besançon Loue
Daniel Meunier 06 51 14 89 71
danielmeu@free.fr

ULR Montbéliard
Denis Rougeot : rougeotde@wanadoo.fr
Michel Gay : retraite.cfdt@outlook.com

ULR Pontarlier
Robert Hugot 06 52 98 21 04
Maison des associations
16 place Zarautz, 25 300 PONTARLIER
robert.hugot@free.fr

UTR CFDT Doubs
Mis à jour le 16/09/2016
CFDT Retraités Doubs

"La preuve par neuf" un livre de Joseph Pinard sur 9 élus comtois au service de l’intérêt général.

Pourquoi as-tu écrit ce livre ?
Parce que j’ai estimé nécessaire de réagir contre le « tous pourris » à la mode. J’ai voulu tirer d’un
oubli injuste et ingrat des élus qui ont eu un parcours remarquable au service de leurs concitoyens.
Comment se sont faits tes choix ?
J’ai écarté ceux qui ont déjà fait l’objet de livres. Je pense par exemple à l’ouvrage d’Yves Lagier
consacré à Robert Schwint qui, je le rappelle, fut militant Sgen, élu du personnel avant de s’engager
en politique. Hélas, il n’y a pas de femmes puisqu’elles étaient exclues de la vie politique.
Quels sont ceux dont l’évocation est plus particulièrement digne d’intéresser les syndicalistes
singulièrement CFDT ?
Albert Métin, après avoir été gauchiste, devint réformiste au vu des avancées sociales qu’il avait
étudiées dans les pays anglo-saxons. Devenu député du Doubs, ministre du travail, il fut le premier
à faire entrer une femme dans un cabinet ministériel. Il avait pour devise « Pour le nous coopératif,
contre le moi individualiste ». Père de la première grande loi sur les retraites, il s’est signalé par son
combat pour tenter de sauver la paix avant la guerre de 14 et fut la bête noire des nationalistes.
Rémy Ru ?cklin, après avoir été lui aussi gauchiste fut le premier à faire connaître le scandale du
soldat Bersot fusillé pour avoir refusé de porter un pantalon sali. Député socialiste, il fut battu au
premier tour en 1936 en plein Front Populaire par le patron François Peugeot en personne.
André Boulloche, le député maire de Montbéliard fit appel à de nombreux syndicalistes CFDT pour
travailler à ses côtés. Je ne citerai qu’André Lang (Sgen) qui fut son premier adjoint ou Marcel
Domon (Peugeot Sochaux) qui fut son suppléant. Au temps où le journal de l’entreprise Peugeot s’en
prenait aux syndicalistes CGT et CFDT, Boulloche demanda que le coût de cette publication ne
puisse être imputé sur les frais généraux de l’entreprise.
Pourquoi accordes-tu une place particulière au docteur Baigue ?
Celui qui a été adjoint à Besançon après 1918 fut la providence des filles mères si souvent reniées
par leurs familles. Une de ses prises de position devrait plus particulièrement intéresser les
syndicalistes CFDT confrontés aux gauchistes. Ceux-ci, au nom du pacifisme intégral, estimaient
qu’il valait mieux être « allemand vivant que français mort ». Dès lors qu’Hitler avait pris le
pouvoir, le docteur Baigue que cette ligne devenait inacceptable car « il y a des conditions de vie
où la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue ». Il en appela dès 1937 à la résistance tandis que
toute la mouvance de l’extrême gauche continuait à proclamer qu’il fallait « dénoncer aussi bien la
dictature fasciste que la démocratie bourgeoise ». La tendance Ecole Emancipée (qui existe toujours
au sein de la FSU) persiste à défendre cette ligne. Cette page d’histoire demeure tabou mais les
syndicalistes de notre bord face à ceux qui refusaient de risquer leur peau en cas d’invasion et
d’occupation nazie ont le droit d’être fiers de leurs anciens qui ont défendu la République. Il ne faut
pas s’étonner si, quand à lui, le docteur Baigue demanda par solidarité à porter l’étoile jaune et cacha
des enfants juifs.

En conclusion ton livre n’est-il pas un appel au civisme dans le prolongement de ton ouvrage
précédent « Laïcité et Fraternité » fruit de ta longue expérience professionnelle de formateur
d’enseignants et d’autre part syndicale de militant du Sgen ?
Oui, je crois que c’est le cas. Face aux extrémismes des deux bords, je persiste à croire que la
démocratie est le pire des régimes à l’exception des autres.

On peut se procurer « La preuve par 9 » en librairie. Les camarades qui souhaiteraient disposer
d’une dédicace peuvent envoyer un chèque de 18 euros à l’adresse des éditions Vêtre : 9 rue
d’Anvers 25000 Besançon

Le régime par points existe en France : les retraites complémentaires

Réforme des retraites : “Il est temps que le gouvernement donne des gages”

Le secrétaire national chargé des retraites, Frédéric Sève fait le point sur la concertation en cours. Alors que les esprits s’échauffent, il rappelle que cette réforme peut être l’occasion d’engranger de nouveaux acquis sociaux.

Métiers du grand âge, un rapport unanimement salué

Dans un rapport publié le 29 octobre, Myriam El Khomri propose la mise en place d’un plan d’action courant sur cinq ans pour "relever le défi de l’attractivité des métiers du grand âge et de l’autonomie". Ce rapport propose 59 propositions qui, si elles sont mises en application, devraient répondre à ce défi. (extrait de la lettre du député Alauzet)

Lire le rapport complet :

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_el_khomri_-_plan_metiers_du_grand_age.pdf

Voile, ne nous trompons pas de débat

Ne nous trompons pas de débat
La présence de femmes portant le voile ou le foulard dans l’espace public, lors de
l’accompagnement des sorties scolaires peut heurter certaines et certains. Si on peut comprendre
que cela trouble, ne nous trompons pas de débat, ne détournons pas les lois de la République et
gardons la capacité de discernement.
Les femmes portant le voile dit islamique qui acceptent d’accompagner les sorties scolaires sont
soucieuses de la réussite de leurs enfants à l’école.
Faire confiance aux équipes pédagogiques…
Les équipes enseignantes, les directrices et directeurs les connaissent bien. Ensemble, ils portent les
valeurs de l’école de la république et défendent la laïcité. Garants de la sécurité de tous, ils sont
capables de choix éclairés quant aux accompagnant·es des sorties. Directeurs et directrices savent
refuser un accompagnant ou une accompagnatrice qui par son comportement ferait acte de
prosélytisme ou d’entrave à l’action éducative visée par la sortie scolaire.

Éduquer sans politiser
C’est l’éducation qui permettra à tout·e futur·e citoyen·ne de s’émanciper et de respecter autrui. Le
débat récurrent sur le port du voile est sans fondement puisque la loi est claire sur ce point, et le
premier ministre l’a très bien rappelé lors de la séance de questions au gouvernement du 15
octobre :
la loi de 1905 impose la neutralité politique et religieuse à celles et ceux qui représentent
l’administration publique et exercent une mission de service public. Le Conseil d’État a
rappelé en 2013 que les accompagnateurs de sorties scolaires agissaient en tant que
bénévoles et n’étaient donc pas astreints à cette obligation de neutralité.
la loi de 2004 quant à elle, interdit le port de signes ostensibles (tous) aux seuls élèves (parce
que mineurs en phase d’acquisition des bases du savoir) et non aux parents.
Interdire le voile lors des sorties pédagogiques, c’est par ricochet empêcher des sorties dans certains
quartiers prioritaires. En effet, interdire aux mères d’élèves l’accompagnement, sans aucun
personnel supplémentaire dans les écoles, serait alors préjudiciable à la précieuse ouverture
culturelle pourtant indispensable en éducation. Ce cumul de discriminations entraine de surcroit les
inégalités sociales.

"Pouvoir d’achat des retraités, nous rencontrons les élus"

Rencontre avec Frédéric Barbier député de la quatième circonscription du Doubs
Accueil cordial autour d’une table (café + gâteau).
Ce qu’il faut retenir. F.Barbier a souvent cité son action. La réévaluation du plafond pour l’exonération de la hausse de la CSG c’est lui avec d’autres députés de la majorité.
Il a ensuite longuement argumenté sur la défiscalisation des heures supplémentaires et les bienfaits pour le pouvoir d’achat des salariés et la souplesse pour les entreprises. Il nous a parlé de son action pour l’hôpital Nord FC et les relations avec les voisins suisses potentiellement intéressés par le plateau technique. Il imagine une mutualisation des moyens de part et d’autre de la frontière.
Sur le pouvoir d’achat, il répète qu’il travaille sur du concret pour avoir des arguments à présenter aux « têtes d’œuf » et nous sollicite pour lui faire remonter des dossiers de retraités avec les charges qu’ils paient et ce qu’ils reçoivent.
Nous lui avons rappelé la cotisation de 1% sur les complémentaires du privé, le coût des complémentaires pour certains retraités et évoqué le chèque santé.
En conclusion nous avons rencontré un député qui se dit à l’écoute prêt à nous entendre mais qui soutient sans état d’âme la majorité à laquelle il appartient.

Rencontre avec Martial Bourquin sénateur du Doubs
Accueil très cordial. Nous avons rencontré un sénateur combattant, fier de ses origines ouvrières, de ses valeurs.
Il avait déjà un dossier contenant nos argumentaires. Il est très au fait des sujets.
Nous avons déroulé nos argumentaires. Très attentif, il nous a indiqué qu’à son niveau il faisait le nécessaire pour être porteur de nos revendications.
La pension de retraite n’est pas une allocation contrairement à ce que le gouvernement veut faire croire nous a t-il dit.
En fait, nous avons rencontré un sénateur convaincu qui nous redit avant de prendre congé de ne pas hésiter à le solliciter si besoin.

 

Rencontre avec Jean-François Longeot Sénateur du Doubs
Une délégation CFDT retraités (Dominique Lavie, Daniel Meunier, Jean Gullaud) a rencontré le
sénateur Longeot à sa permanence à Besançon le lundi 21 octobre de 14h30 à 15H.
Le sénateur a noté nos revendications argumentées sur le pouvoir d’achat. Il porte une attention
particulière aux conditions de fin de vie et donc au financement que nous demandons mais aussi aux
conditions de vie des personnes qu’elles soient en EHPAD ou à domicile. Il pose aussi le problème
de l’accès aux soins. Il partage notre demande sur la mise en application obligatoire du tiers payant
mais il insiste aussi sur l’accès physique aux soins (déserts médicaux).
Il est favorable à la TVA sociale qui rapporte plus que la CSG, nous dit-il. Ce qui n’est pas du tout
notre position.

Rencontre avec Annie Genevard députée de la cinquième circonscription
Une délégation de 4 retraités CFDT (Renée Clerc, Pierre Caron, Daniel Meunier, Jean Gullaud) a
rencontré la députée de la cinquième circonscription le lundi 21 novembre de 10h30 à 11h15.
Nous avons présenté nos revendications liées au pouvoir d’achat qui expliquent notre action du 3
octobre. La députée nous a dit que son groupe politique (Les Républicains) était intervenu pour que
la hausse de 1,7% de CSG soit annulée pour les retraites inférieures à 2000 euros. Elle est contre la
CSG et pour la TVA sociale. Nous lui avons rappelé que la CFDT n’était pas opposée à la CSG mais
beaucoup plus à la TVA, même sociale.
La députée partage notre demande d’appliquer la règle écrite existante d’augmenter les pensions au
rythme de l’inflation.
Elle ne partage pas le discours sur les retraités qui seraient des nantis. Il faut que les retraités soient
mieux considérés dans la société, nous déclare-t-elle.
Pour elle, le gouvernement actuel s’attaque au montant des pensions. Ce à quoi, elle est opposée.

Rencontre avec Fanette Charvier députée de la première circonscription
Nous, Lucienne et Jean, avons rencontré Fanette Charvier ce vendredi 11 octobre de 9h15 à 10h15.
Nous avons pu lui présenter les motifs de notre action nationale du 3 octobre en insistant sur le fait
que c’était la première fois qu’un gouvernement ne respectait pas la règle écrite de revalorisation de
nos pensions en fonction de l’inflation.
Nous avons rappelé que le pouvoir d’achat était attaqué depuis plusieurs années.
Retard de la date de revalorisation qui aujourd’hui nous amène à une année complète avant de
bénéficier d’une revalorisation éventuelle.
Augmentation de la CSG.
La députée a semblé sensible aux effets de seuil à propos des 2000 euros en particulier
(augmentation de 1,7% de la CSG non compensée, non revalorisation pour les pensions supérieur à
2000 euros). Elle reconnaît la nécessité d’une remise à plat du système fiscal. Nous lui avons
rappelé que la suppression de l’ISF n’apportait pas le ruissellement escompté. Il serait préférable que
l’Etat prélève les impôts sur ces personnes très aisées et redistribue l’argent récolté selon ses choix
politiques, bref que l’Etat organise le ruissellement.
Nous lui avons rappelé que nous étions favorable à la CSG et opposé à la TVA. Elle nous approuve
et propose une remise à plat de la CSG qui devrait être la même pour tous. Nous lui avons dit qu’il
n’était pas possible de passer d’un taux 0 à un taux à 9,2 pour les basses retraites brutalement sans
mettre en place des compensations.
Nous lui avons dit aussi que des mesures pouvaient apporter du pouvoir d’achat : le coût des
transports collectifs, l’incitation au covoiturage, le coût du logement...
Nous lui avons fait remarquer que le 1% maladie ne s’appliquait qu’aux seuls retraités du privé et
que cette mesure aurait du disparaître depuis longtemps.
La députée constate aussi le besoin de terminer sa vie au domicile de préférence mais qu’il faut des
moyens. Nous l’avons alertée sur le risque que les mesures en faveur des aidants nuisent au
recrutement et à l’amélioration des conditions de travail des personnels de l’aide à domicile. Il faut
un financement de la fin de vie.
La députée souhaite nous rencontrer plus souvent et demande nos positions sur la réforme des
retraites.

Rencontre avec Eric Alauzet, député de la seconde circonscription
Nous (Ahmed, Claude et Jean) avons pu présenter nos revendications sur le pouvoir d’achat . Nous
avons insisté sur deux points :
le changement de règle sans concertation. En effet, le gouvernement a augmenté nos pensions de
0,3% alors que l’inflation aurait du induire une augmentation de 1,6% Le député a reconnu les faits.
L’existence du prélèvement de 1% pour la complémentaire santé sur les seuls retraités du privé.
Cette mesure ne devrait plus s’appliquer. Le député a demandé « combien ça coûte ? ».
Le député, candidat à lamairie, est preneur de mesures qui pourraient se mettre en place au niveau
local. Nous lui avons suggéré de prendre en charge la moitié de l’abonnement bus tram pour les
retraités (voire aussi les étudiants) puisque les salariés peuvent avoir un remboursement ou une
prise en charge par leur entreprise.
Nous avons aussi échangé sur les besoins indispensables : les premiers mètres cubes, les premiers
kilowatts, les abonnements internet de base pourraient coûter moins chers (en retirant la TVA ou
d’autres taxes par exemple) et/ou en établissant une tarification progressive.
La rencontre s’est déroulée dans un climat cordial.

Rencontre Denis Sommer
Nous (Denis et Jean) avons rencontré Denis Sommer à sa permanence à Montbéliard ce jeudi 26
septembre pendant une heure. Nous lui avons fait part de nos revendications.
Denis Sommer déplore que le gouvernement ne négocie pas avec les corps intermédiaires. Il
regrette que le président n’aie pas saisi la main tendue par Laurent Berger au début du mouvement
des gilets jaunes.
Il nous a dit être intervenu sur la hausse de la CSG non compensée pour les retraités avec son
collègue Frédéric Barbier. Il convient que les retraités ont subi diverses mesures qui ont diminué
leur pouvoir d’achat. Il a découvert le problème des complémentaires santé et apprécié notre
argumentaire.
Il interviendra et nous tiendra au courant.

Jacques Grosperrin, Sénateur du Doubs, n’a pas jugé utile de nous recevoir.
Voici sa réponse :
Bonjour Monsieur Gullaud,
Je pense que monsieur Alauzet que vous avez, à maintes reprises, soutenu lors des différentes élections se fera un plaisir de vous recevoir. Contrairement à lui, je ne pense pas que les retraités font partie d’une génération dorée.
PS. Je suis déjà en contact avec des organisations syndicales à ce sujet.

La réponse à ce courrier.

La CFDT ne soutient aucun candidat. Si, à titre personnel j’ai soutenu Alauzet en 2012, je ne l’ai pas soutenu en 2017. Ma position de secrétaire des retraités CFDT m’interdit de prendre position publiquement pour les élections à venir... Je prends acte de votre position que nous partageons sur les retraités qui ne sont pas une génération dorée.

LE 3 OCTOBRE, POUR LE MAINTIEN DU POUVOIR D’ACHAT !


Télécharger le tract

Arnaques au téléphone, sur internet..


Télécharger le document

Quel futur ? Éviter l’effondrement

Télécharger le document

À l’initiative de La Cimade, 22 associations engagées en faveur des personnes migrantes et réfugiées, ont décidé d’interpeller publiquement le ministre de l’Intérieur

Impressions de Toscane

6000 manifestants samedi 22 juin dans les rues de Belfort pour défendre les salariés de GE. La CFDT était bien présente dans la rue mais pas vraiment dans les médias.

Un référendum pour libérer la démocratie !

Soutenir le référendum, c’est aussi faire réussir ce premier exercice de démocratie partagée entre le Parlement et les citoyens. 248 parlementaires, d’un côté, une part de la souveraineté nationale, en appellent au soutien de 4,7 millions d’électrices et d’électeurs, 10 % du corps électoral, de l’autre.

Paul VIGNAUX : un intellectuel syndicaliste

Joseph Pinard a lu avec intérêt « la saga des intellectuels français » de François Dosse mais il reste un peu sur sa faim :
« J’ai beaucoup appris en lisant le tome 2 de votre « Saga des intellectuels français ». … Après avoir lu le tome 2, je me suis précipité sur le tome 1. Une nouvelle fois j’ai beaucoup appris. Mais je dois vous faire part, d’une cruelle déception ; rien sur Paul Vignaux et les « Cahiers Reconstruction ».

150 à 200 personnes ont défilé à Pontarlier à l’appel de toutes les organisations syndicales.

Les retraités ont des propositions sur la fiscalité et le pouvoir d’achat

Devecey accueille quatre Syriens

Ils se prénomment Wael, Amani, Belar et Sezar. Grâce au dispositif des « Couloirs humanitaires », ils ont échappé à la guerre civile qui frappe la Syrie. Un énorme élan de solidarité accompagne l’installation de ces réfugiés dans la commune.

Portfolio

Joseph Pinard

Joseph Pinard

Une éolienne sort du bois

Une éolienne sort du bois

Une éolienne sous le ciel bleu

Une éolienne sous le ciel bleu

Eolienne au dessus des arbres

Eolienne au dessus des arbres

Eolienne dans le brouillard

Eolienne dans le brouillard

Eolienne sous les nuages

Eolienne sous les nuages

Une éolienne en copurs de montage

Une éolienne en copurs de montage

Une éolienne dans la nature

Une éolienne dans la nature

Une partie des visiteurs CFDT retraités

Une partie des visiteurs CFDT retraités

Encore les retraités CFDT

Encore les retraités CFDT

article de l'Est républicain

article de l’Est républicain

50 personnes pour les éoliennes

50 personnes pour les éoliennes