UNION CONFÉDÉRALE CFDT DES RETRAITÉS

C. Retraites Sécu


25 La retraite progressive


La retraite progressive permet de faire liquider une partie de sa pension de retraite, dans tous les régimes où on a cotisé, tout en continuant une activité à temps partiel.

Pour les fonctionnaires les règles sont différentes et sont expliquées fiche 46 de ce guide.

Mises à jour :
(les mises à jour précédentes sont retirées)
 corrections suite à la réforme des retraites 2023 (30/9/23) ;
 lien vers La minute de vos droits CFDT en fin de fiche (6/6/24).

Pour les pouvoirs publics, la retraite progressive encourage la prolongation d’activité rémunérée, en facilitant la transition entre emploi et retraite. D’autre part, la retraite progressive est une alternative au cumul emploi retraite à partir de l’ouverture du droit à la retraite.

La réforme de 2023 ouvre le droit à la retraite progressive dans tous les régimes de retraite, avec des modalités particulières pour les non-salariés.

Bon à savoir

Droit à la retraite progressive pour les salariés en forfait jours

Le Conseil Constitutionnel a jugé en février 2021 que la différence de traitement entre les salariés dont la durée du travail est quantifiée en heures et ceux dont l’activité est mesurée en jours est contraire au principe d’égalité. La loi de financement de la sécurité sociale 2022 (LFSS) tire les conséquences de cette décision et élargit le bénéfice de la retraite progressive aux salariés au forfait jours, à compter de janvier 2022.

1. Une liquidation provisoire de la retraite

Le montant de la retraite progressive est provisoire. La pension sera recalculée lors du départ définitif en retraite. L’assuré social continue à acquérir des droits.
Les cotisations versées après le point de départ de la retraite progressive sont retenues pour le calcul de la pension complète. Celle-ci ne peut pas être inférieure à la pension qui a servi de base au calcul de la retraite progressive. Avec l’accord de l’employeur, on peut cotiser comme sur un temps plein pour la retraite.

Bon à savoir

Fonctionnaires non titulaires concernés

Les agents contractuels, non titulaires de l’État, des collectivités territoriales, des établissements hospitaliers et des établissements publics de l’État peuvent bénéficier de la retraite progressive. Rappelons qu’ils cotisent au régime général.

2. Conditions à remplir

La demande à l’employeur passe par un courrier recommandé AR au moins deux mois avant la date d’effet. L’employeur a deux mois pour répondre en recommandé AR.
La réforme des retraites 2023 encadre le refus de l’employeur d’accorder un temps partiel pour une retraite progressive. Si le salarié a atteint l’âge requis pour bénéficier de la retraite progressive, l’employeur ne peut s’opposer à la demande de passage à temps partiel (ou à temps réduit pour les salariés en forfait-jours) que si la durée de travail souhaitée est « incompatible avec l’activité économique de l’entreprise ».
Comme l’employeur doit justifier son refus par écrit, le salarié pourra contester ce refus s’il l’estime non justifié.

Le droit à la retraite progressive est ouvert à condition :
 d’avoir « atteint l’âge légal de départ à la retraite moins deux ans » (l’âge légal passe de 62 à 64 ans comme indiqué fiche 18) ;
 de réunir une durée d’assurance et de périodes équivalentes « à 150 trimestres au régime général et, le cas échéant, dans un ou plusieurs autres régimes obligatoires », donc y compris les régimes spéciaux de retraite ;
 d’avoir un contrat de travail à temps partiel en heures ou à temps réduit en jours et dont la durée de travail doit être comprise entre 40 et 80% d’un temps plein ; le contrat de travail à temps partiel exigé pourra avoir une durée inférieure à la durée légale de 24h d’un temps plein.

Par exemple, pour une durée légale du travail applicable à l’entreprise de 35 heures hebdomadaires, la durée de travail à temps partiel ouvrant droit à la retraite progressive doit être au moins de 14 heures (40 %) et au plus de 28 heures (80 %).

Pour une durée fixée en jours, la durée annuelle du temps réduit sera comparée à la durée de travail maximale de 218 jours. Soit entre 88 (40%) et 174 jours (80%).

Une activité bénévole, non rémunérée et sans affiliation à un régime obligatoire de sécurité sociale, peut être poursuivie parallèlement à l’activité à temps partiel ouvrant droit à la retraite progressive.

3. Montant de la retraite progressive

Les éléments de calcul de la pension (salaire annuel moyen, le taux et la durée d’assurance) sont déterminés selon les règles habituelles (voir fiches 20 sur le taux de liquidation et 21 sur le calcul de la pension).

Si un seul employeur. La fraction de pension servie est égale à la différence entre 100 % et la quotité de travail à temps partiel par rapport à la durée du travail à temps complet dans l’entreprise. Toutefois, la quotité de travail à temps partiel ne peut être inférieure à 40 % ni supérieure à 80 %. Autrement dit, si le temps partiel est de 50 %, la pension sera de 50 %.

Par exemple, pour 25 heures hebdomadaires et une durée dans l’entreprise de 35 heures hebdomadaires :
 la quotité de travail est de : 25/35 x 100 = 71,4285 arrondi à l’entier le plus proche, soit 71 % ;
 et le pourcentage de fractionnement à appliquer au montant entier de la retraite progressive est de : 100 - 71 = 29 %.

Par exemple, pour un forfait jours à temps réduit de 150 jours :
 la quotité de travail à temps réduit est de : 150/218 x100 = 68,80% arrondi à l’entier le plus proche soit 69% ;
 la fraction de la retraite personnelle à verser sera de 100 - 69 = 31%.

Par dérogation aux dispositions sur la décote, le coefficient de minoration du taux plein ne peut excéder 25 %.
En cas de modification de son temps de travail, l’assuré peut obtenir la modification de cette fraction de pension une seule fois par an.

Si plusieurs employeurs. Pour les assurés salariés de plusieurs employeurs, entreprises ou collectivités publiques, l’appréciation de l’exercice des activités à temps partiel est déterminée par l’addition des rapports entre le nombre d’heures ou de jours de travail et la durée de travail à temps complet applicable à chacun des emplois. (voir exemple ci-dessus).
Le salarié doit être à temps réduit en forfait jours ou à temps partiel en heures, il ne peut pas mélanger les deux.
La quotité de travail à temps partiel ou à temps réduit globale est définie comme la somme des quotités de travail à temps partiel par rapport à la durée du travail à temps complet applicable de chacun des emplois. Cette quotité de travail, exprimée en pourcentage, est arrondie à l’unité la plus proche. La quotité de travail ne peut être inférieure à 40% ni supérieure à 80%. La fraction de pension servie est égale à la différence entre 100 % et cette quotité de travail.

Pour les salariés de particuliers employeurs, la durée de travail à temps complet prise en compte est celle prévue par la convention ou l’accord collectif de travail qui leur est applicable, soit 40 h par semaine.

Pour les assistants maternels salariés auprès de particuliers employeurs, l’exercice d’une activité à temps partiel est apprécié à partir du nombre moyen d’heures d’accueil par contrat de travail. Il est rapporté à la durée hebdomadaire de 45 heures par semaine prévu par la CCN.
La quotité de travail à temps partiel est déterminée à partir du nombre moyen d’heures d’accueil par contrat de travail rapporté au nombre d’heures hebdomadaires, au-delà duquel les heures travaillées donnent lieu à une majoration de rémunération, fixé par la convention ou l’accord collectif de travail qui leur est applicable ou, à défaut, celui fixé par décret. Cette dernière durée est multipliée par quarante- sept douzièmes lorsque la durée de travail est mensuelle, et par quarante-sept lorsque la durée de travail est annuelle.

Bon à savoir

Cotiser sur la base d’un temps plein

Il est possible de cotiser sur la base d’une activité à temps plein sur le salaire à temps partiel. Cela améliore la retraite future. Le paiement de cotisations (régime de base et complémentaires Agirc-Arrco uniquement) sur une assiette correspondant à un emploi à temps plein doit faire l’objet d’un accord écrit entre le salarié concerné et l’employeur dans le contrat de travail initial ou dans un avenant. La possibilité de cotiser sur un temps plein s’applique aussi à la retraite complémentaire.

4. Retraite progressive dans plusieurs régimes de retraite

L’attribution d’une retraite progressive au régime général entraîne la liquidation provisoire et le service de la même fraction de retraite auprès des régimes agricoles (salariés et non-salariés de la MSA) et du régime des professions libérales (CNAVPL).

L’attribution de la retraite progressive dans les régimes spéciaux de retraite des fonctionnaires (CNRACL ou SRE) entraine la liquidation provisoire dans les autres régimes (voir fiche 46). Donc un fonctionnaire peut obtenir une fraction de retraite de 10% puisqu’il peut obtenir un temps partiel de 90%.

C’est le régime où on cotise au moment de la demande qui transmet aux autres.

Attention

Suppression des indemnités journalières aux salariés malades en retraite progressive

Un décret de 2021 déroge au principe d’indemnisation de la maladie durant 360 jours : les bénéficiaires d’une pension de retraite voient leur indemnisation réduite à 60 jours. Plusieurs CPAM appliquent cette mesure à la retraite progressive, entrainant parfois des récupérations d’indus.

Un tribunal judiciaire en décide autrement. Les juges considèrent que l’assurée ne bénéficie qu’une « fraction de la pension provisoire » et que « l’interprétation trop large du décret par la CPAM a pour effet de vider de sens le principe des indemnités journalières et l’objectif poursuivi par la retraite progressive, qui n’est résolument pas de dissuader les personnes de poursuivre leur activité professionnelle en fin de carrière ». La CPAM est condamnée à verser les indemnités journalières au-delà des 60 jours.
Nous remercions la personne ayant obtenu satisfaction de nous avoir transmis ce jugement.

Cette mesure est officiellement abrogée depuis le 1er mai 2023.

5. Demande de retraite progressive

Avec la demande de retraite progressive, il faut joindre :
 le ou les contrats de travail à temps partiel ou à temps réduit appliqués à la date d’effet de la retraite progressive et/ou une attestation de la collectivité publique ;
 une déclaration sur l’honneur attestant qu’on n’exerce aucune autre activité professionnelle que celles faisant l’objet du contrat de travail à temps partiel ou à temps réduit et en apporter la preuve par tout moyen ;
 une attestation de chaque employeur concerné indiquant la durée du travail à temps complet ou à temps réduit applicable à l’entreprise, l’établissement ou la profession et faisant apparaître la durée du travail applicable ;
 les bulletins de paie des 12 derniers mois précédents la demande.

L’assuré est tenu de justifier de la durée de son activité à temps partiel ou à temps réduit tous les ans à compter de la date d’effet de la retraite progressive.

L’assuré doit demander la substitution de la fraction de pension en pension complète, lorsqu’il cesse totalement son activité. La pension complète est alors liquidée dans les conditions de droit commun. Elle prend en compte la totalité des trimestres validés, y compris pendant la période de la retraite progressive. En tout état de cause, elle ne peut être inférieure au montant entier ayant servi de base au calcul de la fraction de pension versée au titre de la retraite progressive, le cas échéant revalorisé.

Attention !

Liquidation provisoire

Il est recommandé d’utiliser l’imprimé Cerfa spécial « retraite progressive » ou la demande en ligne.
Il est important de bien préciser dans la demande de liquidation qu’il s’agit de la retraite progressive, donc d’une liquidation provisoire. Dans le cas contraire, la caisse applique une liquidation normale avec versement de pension, mais celle-ci est définitive

Formulaire d’attestation employeur

Un modèle du formulaire « retraite progressive – attestation employeur » est fixé par un arrêté du 10 mars 2016, sous le numéro Cerfa 13362*02.

Cerfa 13362*02

6. Retraite progressive dans les régimes complémentaires

La retraite versée par les régimes complémentaires est fonction de la durée du temps partiel. Elle est réduite dans les mêmes proportions que le régime général :
 voir aussi fiche 36 Agirc-Arrco Calcul de la retraite, décotes, majorations, cumul, deuxième retraite),
 voir aussi 39 Ircantec - Calcul du montant de la pension.

Circulaire 2024

Les coefficients d’abattement dus à l’insuffisance de trimestres et à l’âge sont particuliers au régime Agirc-Arrco (en téléchargement ci-dessus).

Vidéo CFDT

La minute de vos droits

La confédération CFDT propose une vidéo d’une minute sur la retraite progressive : La minute de vos droits - retraite progressive

Poser une question

3705 messages
modération a priori

La réponse à votre question sera apportée par un militant retraité bénévole... Merci de lire la fiche avant de poser une question...

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

  • 25 La retraite progressive Le 9 avril à 10:01

    Bonjour. Une entreprise peut elle faire bénéficier l’ensemble de ses salariés d’un avantage en vue d’un départ à la retraite définitif tout en excluant ceux qui sont déjà en retraite progressive (au motif qu’ils sont déjà retraité), sans que cela ne soit expressément spécifié dans aucun accord.
    Je m’explique, mon entreprise abonde de 20% le temps épargné sur le compte épargne temps pour ses salariés qui prendront une retraite progressive complétée par la prise d’un CET avant départ définitif. sans possibilité de retour.
    La formulation exacte dans notre accord d’entreprise est : "Par ailleurs les collaborateurs bénéficiant d’une retraite progressive complétée par la prise d’un cet devront obligatoirement faire valoir leur droit à la retraite à l’issue de leur retraite progressive".
    Le problème ici est que je suis en retraite progressive depuis le 1er janvier 2023 et que je souhaite solder mon compte épargne temps avant de partir en retraite à plein temps, mais que l’entreprise me refuse l’abondement au motif que je suis déjà en retraite.
    Pourriez vous me donner votre avis ?

    J’ajoute que cet abondement n’est pas exclusivement lié à une demande de retraite progressive à l’occasion d’un départ en retraite et que tous les salariés ayant un CET et qui le solde avant de partir définitivement en retraite y ont également droit.

    Répondre à ce message

    • Le 9 avril à 18:35

      Pour l’entreprise, vous n’êtes pas en retraite mais à temps partiel relevant du code du travail et vous percevez une fraction de retraite.
      En droit, le salarié a le choix de la date de sont départ en retraite y compris s’il bénéficie d’une retraite progressive. Il n’y a pas de durée limite à la retraite progressive. Dites à votre employeur que vous comptez rester jusque 67 ans par exemple. Il va se dire qu’il n’a pas intérêt à refuser l’abondement, s’il vous prend au sérieux.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 12 avril à 16:04

    Bonjour
    Est-il possible de ne faire que 6 mois de retraite progressive ?
    Merci

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 10 avril à 23:14

    Bonjour,
    J’ai fait une demande de retraite progressive. Mon employeur est d’accord. Actuellement mon contrat CDI temps plein est de 169 heures.Sur mon bulletin figure les heures majorées (supplémentaires) de 17h33 (différence entre 151.67h et 169h). Je souhaite effectuer 3 jours à 8 heures (horaire applicable dans la sté).
    Mon employeur me dit que l’URSSAF n’accepte pas 1 contrat temps partiel avec des heures majorées.Je travaille dans cette structure depuis 30 ans et travaillons toujours à 39 h (dont 4 heures supl.)
    Ma direction ne sait pas comment rédiger mon nouveau bulletin de salaire à temps partiel de 104 heures / mois (91 heures à taux normal + 13 heures majorées)
    Merci d’avance pour votre réponse

    Répondre à ce message

    • Le 11 avril à 10:18

      Pour la retraite progressive, le contrat de travail à temps partiel doit respecter le code du travail. L’employeur peut ajouter au temps partiel des heures complémentaires mais dans la limite de 10%. Votre fraction de retraite reposera sur le temps partiel sans les heures complémentaires payées à part en plus par l’employeur.
      C’est prévu par le code du travail. Consultez le site de la CFDT sur le temps partiel.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 6 avril à 14:34

    Bonjour est ce qu’on peut demander une retraite progressive quand on travaille pour une société d’intérim avec des contrat cdd à la journée ou la semaine ? Et si on est inscrit dans 2 agences d’intérim est ce qu’on doit en garder qu’une pour faire cette demande ? Merci

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 3 avril à 16:02

    Bonjour,

    Je souhaiterai savoir si je peux prétendre à la retraite progressive avant mes 60 ans. Je fais partie des carrières longues, j’ai commencé à travailler à 17 ans, je peux donc prétendre à une retraite pour longue carrière à 60 ans, je suis admissible pour un départ à la retraite au 1er mai 2026. Au 1er janvier 2024 j’ai cotisé 169 trimestres.
    Merci par avance de votre retour.

    Cdlt

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 3 avril à 21:50

    Bonjour

    En fin d’année j’aurais 62 ans et j’ai l’intention de prendre ma retraite progressivement

    J’ai des questions sur la retraite progressive :

    la durée de la retraite progressive est elle limitée dans le temps (certains parlent limité à 2 ans) où puis-je la prolonger d’année en année et jusqu’à quel âge ?

    ayant acquis une prime de départ à la retraite correspondant à 3 mois de salaire qui sera verser le jour de mon départ définitif de l’entreprise, n’est il possible (voir raisonnable)de reprendre son activité à 100 % pendant 6 mois afin que tout les calculs soient sur mon dernier salaire.

    Merci.
    _

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 30 mars à 07:24

    Bonjour peux t on demander une retraite progressive après 62 ans ou 62 est elle la limite d age ?
    Pour la dernière année de travail est ce plus intéressant de prendre un retraite progressive ou un mi temps thérapeutique par rapport au montant de la retraite future merci

    Répondre à ce message

    • Le 30 mars à 10:24

      Il n’y a pas de limite d’âge pour la retraite progressive, sauf pour les fonctionnaires. Si c’est votre cas allez fiche 46.
      L’effet sur la retraite est celui d’un temps partiel.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 27 mars à 12:55

    Bonjour,mon contrat de travail est établis sur la base de 39 h. je souhaite accéder à une retraite progressive . le salaire à charge de l’entreprise
    sera t il basé sur mon taux horaire moyen calculé sur 39 h (Incluant les 4 h payés en heures supplémentaire ) ou sur mon taux horaire correspondant au 35 h ?
    Merci

    Répondre à ce message

    • Le 27 mars à 18:54

      Le contrat de travail à temps partiel doit respecter le code du travail. L’employeur peut exiger des heures complémentaires, mais c’est vous qui négociez le contrat avec votre employeur.

      Répondre à ce message

      • Le 28 mars à 08:35

        Bonjour, je vous remercie de votre réponse mais je me suis sans doute mal exprimée : je voulais savoir si mon salaire quand je serais en retraite progressive sera basé sur mon salaire actuel :
        j ’ai un contrat 39h avec 4 h en heure supplémentaires à 25% de bonus
        ou sur mon tarif horaire correspondant à 35h

        Répondre à ce message

        • Le 28 mars à 18:10

          J’avais bien compris, votre salaire à temps partiel résulte de votre négociation avec votre employeur. Il n’est plus obligé de vous payer des heures supplémentaires.

          Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 25 mars à 05:08

    Bonjour, je suis en retraite prohressive depuis le 1er janvier 2024. Je viens de m’apercevoir, moins de deux mois aprés avoir reçu les notifications, que ma retraite complémentaire RCI ne m’est pas versée, et que je n’ai même pas accés à un bilan de quinze ans d’autoentrepreneur.
    La Carsat me dit "ne gérer que les flux" et ne peut m’informer, et "si je ne suis pas d’accord, faire un courrier à la commission de recours amiable"...
    Pas d’accord avec quoi ?
    Bref, cette situation est-elle normale, voire habituelle ?
    Merci.

    Répondre à ce message

    • Le 25 mars à 18:11

      Je ne connais pas les règles des non salariés. Consultez le site du CPSTI.

      Répondre à ce message

      • Le 27 mars à 08:29

        Bonjour, et merci pour votre réponse, ultra rapide.
        Suite à mon départ en retraite progressive, et au non versement de ma complémentaire retraite RCI, j’ai fait un courrier simple à la Carsat.
        N’aurait-il pas mieux valu l’envoyer en recommandé ? Je crois, aussi, avoir compris que si je fais la demande plus de deux mois aprés la notification, tout est perdu ?
        Pouvez-vous m’éclairer ?
        Merci, encore une fois, pour votre aide.

        Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 27 mars à 23:03

    Bonsoir, Peut on encore baissé son temps partiel pendant la retraite progressive dans la fonction publique hospitalière ?
    Cordialement.
    E. Joly

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 21 mars à 17:12

    Bonjour, je suis travailleur indépendant et en retraite progressive depuis le 1 janvier 2023. Les versements des caisses de retraite de base et Agirc-Arrco m’ont été versés en aout pour la base et en octobre pour l’agirc-Arrco à hauteur de 50% avec effet rétroactif, autant dire bcq de retard... je souhaiterai prendre ma retraite le 1 Aout 2024 (age légal 62 ans + 6mois).
    Lors du calcul de la baisse de revenu qui doit être effectué en juillet par l’assurance retraite j’ai cru comprendre que celui-ci prend en compte les revenus de n-1 et la moyenne de revenu des 5 dernières années, l’assurance retraite prend t’elle en compte les revenus du chomage dans ce calcul ?... merci pour votre retour

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 22:32

      Le calcul de la retraite définitive est expliqué fiche 21.

      Répondre à ce message

      • Le 25 mars à 14:38

        Les revenus pris en compte sont ceux retenus pour constituer l’assiette de l’impôt sur le revenu.

        Répondre à ce message

        • Le 25 mars à 18:30

          Non, c’est celui sur lequel est calculé vos cotisations retraite.

          Répondre à ce message

          • Le 26 mars à 21:25

            vu sur le site de médicis Groupe Malakoff Humanis
            septembre 2023
            LES NOUVELLES RÈGLES DE LA RETRAITE PROGRESSIVE ISSUES DE LA RÉFORME DE 2023

            RETRAITE PROGRESSIVE POUR LES INDÉPENDANTS : NOUVELLE CONDITION DE DIMINUTION DES REVENUS PROFESSIONNELS
            Le pourcentage des revenus perçus dans le cadre du bénéfice d’une retraite progressive est calculé au 1er juillet de chaque année. Ce pourcentage correspond au rapport entre la diminution des revenus professionnels de l’année précédente et la moyenne annuelle des revenus professionnels des 5 ans précédant la demande de retraite progressive.

            Les revenus pris en compte sont ceux retenus pour constituer l’assiette de l’impôt sur le revenu.

            Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 25 mars à 18:32

    Bonjour,
    Je suis enseignante dans le privé sous contrat. Je n’ai pas le statut de fonctionnaire.
    J’ai fait une demande de retraite progressive à 75% pour Septembre 2024.
    Accordée par ma cheffe d’établissement qui m’avait dit que je ne pouvais pas bénéficier d’une retraite progressive à 80% parce qu’enseignante dans le premier degré.
    J’ai donc envoyé mon dossier au Rectorat et à la Carsatt.
    le 75% m’est accordé mais j’apprends ce matin par un collègue que les retraites progressives à 8O% sont maintenant accordées même pour le premier degré.
    Ce qui n’était le cas que pour le second degré jusqu’à maintenant.
    Je souhaite refaire ma demande pour un 80%. Je suis largement dans les temps, puisque la date d’effet est dans plus de 5 mois.
    Pourriez-vous me donner les références de cette modification svp ?
    Je vous remercie d’avance
    Sophie

    Répondre à ce message

    • Le 26 mars à 17:05

      La retraite progressive est accordée dans le cadre d’un temps partiel sur autorisation . Il est plus facile de l’obtenir si le temps de travail est de 50% ou 75% du plein temps correspondant à 2 jours/semaine ou 3 jours/semaine.
      Néanmoins, il est possible de demander un 80% . Le bulletin officiel du 14/03/2013 circulaire MEN DGRH B1-3 2013 -038 du 13/03/2013 - Personnels enseignants du premier degré | Ministère de l’Education Nationale de la Jeunesse et des Sports - indique au Paragraphe C Temps partiel sur autorisation 1 - principe
      "Ils peuvent également exercer selon une quotité de 80 % dans un cadre annuel sous réserve de l’intérêt du service. Les modalités d’organisation du service à temps partiel sur l’année répondent aux mêmes principes que ceux précédemment décrits pour le temps partiel de droit"
      https://www.education.gouv.fr/bo/13/Hebdo11/MENH1306560C.htm?cid_bo=70728

      Certaines circulaires académiques indiquent la répartition du temps partiel dans l’année. Je vous conseille de contacter l’académie de votre région

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 25 mars à 21:39

    Bonjour, je serai en retraite progressive à partir de janvier 2025, mon employeur m’oblige à partir en retraite définitive dès que j’aurai l’âge légal pour la retraite soit le 1/10/26. Du coup ma dernière année ne va pas être retenue par la CNAV pour le calcul de ma retraite définitive. Est ce que je peux travailler ailleurs dernier trimestre et demander ma retraite qu’à partir du 1/1/27 ou suis je obligée de la prendre dès le 1/1026 ?

    Répondre à ce message

    • Le 25 mars à 22:37

      Votre employeur ne peut pas vous obliger quitter l’entreprise pour une retraite avant vos 70 ans, lisez la fiche 18.
      C’est vous qui décidez de votre date de départ en retraite, pas votre employeur.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 21 mars à 16:17

    Bonjour,
    je suis en Retraite Progressive depuis juillet 2023.
    J’avais un contrat de travail à temps partiel (14h par semaine) avec une société qui vient d’être liquidée. J’effectue également quelques vacations d’enseignant (90 heures cette année scolaire). Le liquidateur m’a informé de mon licenciement économique par un courrier daté de mi-mars. Je n’ai pas opté pour le CSP et suis donc dispensé de mon préavis de 3 mois qui se termine mi-juin. Dans cette première année de Retraite Progressive, j’aurais bien respecté la fourchette de temps partiel (entre 40% et 80% du temps de travail). J’aurai travaillé en tout 735 heures d’ici fin juin.

    Je souhaite continuer à bénéficier de la Retraite Progressive jusqu’en avril 26, aussi je mène une intense recherche de nouveaux contrats de travail.
    Les employeurs (sociétés ou agences d’intérim) intéressées par ma candidature me demandent quelle forme de contrat de travail je peux accepter à partir de mi-juin.
     quelle est l’unité de temps maximum pour vérification/calcul de la quotité de 40% minimum de temps de travail ?
     est-ce que je peux accepter un travail saisonnier en CDD à temps plein cet été et le rapporter à une période d’une année et être alors dans la fenêtre de 40/80% ?
     est-ce que je peux mener des contrats en intérim et effectuer entre 40% et 80% d’un temps de travail mensuel de 151 heures
     est-ce-que mon/mes contrats de travail doivent mentionner le principe de la Retraite Progressive ?

    Merci

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 22:37

      Vous devez respecter le taux du temps de travail indiqué lors de votre demande de retraite à temps partiel. le non respect risque de donner lieu à demande de remboursement de la retraite à temps partiel au cas où les vacations ne faisaient pas partie de la demande au départ.
      Votre compte retraite enregistre tout, employeur, salaire, heures de travail.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 21 mars à 10:39

    Bonjour,
    je suis actuellement dans le privé a temps plein depuis 2000 avant j’étais aide soignante régime CNRACL, j’ai fait ma demande retraite progressive en ligne auprès de la CARSAT. et de AGIRCARCCO pour départ 01 juillet 2024 a 60ans et 9 mois avec un taux plein actuel de 170 tr et 154 cotisés .
    la CARSAT doit-elle transmettre auprès du régime public CNRACL afin que celui-ci verse aussi un pourcentage pour ma retraite progressive, car j’ai envoyé un mail a chacun pour connaitre la démarche et il se renvoie la balle.
    cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 21 mars à 22:21

      Comme expliqué fiche 46, les fonctionnaires ont aussi droit depuis septembre 2023 à la retraite progressive. Elle s’applique donc dans tous les régimes de retraite.
      En application de l’article R161-19-8 du code de la sécurité sociale le dernier régime d’affiliation, qualifié de « régime instructeur », est chargé d’instruire la demande unique de retraite progressive (réception de la demande, contrôle de sa recevabilité, fixation de la date d’effet et du pourcentage de sa fraction de
      pension). La Carsat devra transmettre la demande dans le cadre de la coordination gérée par le GIP Info Retraite.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 20 mars à 18:45

    Bonjour j’envisage de demander une retraite progressive, j’ai deux enfants à charge est ce que la majoration argic/arrco de 10% sera appliquée dans le calcul du montant de ma retraite progressive ?

    Merci

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 19 mars à 13:31

    Bonjour,
    J’étais en retraite progressive depuis mai 2021 avec cotisations à temps complet pris en charge par l’employeur. Je signale d’abord que nous sommes considérés comme retraités et nous n’avons plus accès aux relevés de carrière de la CARSAT et de l’ARRCO AGIRC. Environ un mois avant ma retraite définitive, j’ai eu accès à mon relevé de carrière et j’ai constaté que seul le salaire à temps partiel était retenu alors que l’employeur a bien cotisé sur un temps complet et que les cotisations figurent sur la fiche de paye.
    J’ai donc appelé la CARSAT qui m’ont informé qu’ils prenaient en compte la ligne de cotisation salariale à 6,9%, donc ils ne retenaient pas la cotisation sur le salaire fictif puisqu’elle était payée par l’employeur, ils ont donc refusé de rectifier, j’ai donc envoyé un recommandé au Président de la commission de recours amiable.

    Est-ce que c’est normal ? Que faut-il faire pour faire valoir ses droits ?

    Merci d’avance

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 18 mars à 15:18

    BONJOUR, je passe en retraite progressive au 1 er avril 2024, comment vont être regularisés mes conges acquis du 1er juin 2023 au 31 mars 2024 soit jours sur travail en temps complet

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 18 mars à 10:37

    retraite progressive ; Bonjour , comment dois je justifier de la durée de mon activité temps partiel , tous les ans à compter de la date de la retraite progressive ?... et quel sont les documments à fournir à l’employeur et la Carsat ? Merci d’avance . cordialement . Mme Morel Nathalie

    Répondre à ce message

    • Le 18 mars à 23:31

      Vous le justifiez lors de la demande uniquement. Vous êtes censée conserver la même durée de travail à temps partiel. Ce contrat est régi par le code du travail.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 17 mars à 18:31

    Je suis en retraite progressive depuis avril 2022. Avec l’ancienne Loi je devais s partir en retraite au 1mars 2024. La loi s’applique t elle à moi

    Merci pour la reponse

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 16 mars à 08:27

    Bonjour,
    J’ai une question concernant le versement des cotisations patronales et salariales à taux plein en retraite progressive.
    En effet, après avoir lu mon bulletin de salaire de février 2024 (1er mois de ma retraite progressive à 80%), j’ai des doutes sur la prise en compte de ce versement à 100% de ces cotisations par la CARSAT et l’ARRCO au moment de la liquidation de ma retraite.
    Avant de vous détailler les éléments de ma feuille de paie qui me posent question, pouvez vous me dire si ce sujet figure parmi les thèmes que vous traitez ?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse,
    Bien cordialement,

    Répondre à ce message

    • Le 16 mars à 17:59

      Pour la retraite Agirc-Arrco, les taux de cotisations sont indiqués fiche 34.
      Pour la retraite de base allez dans le site de l’Urssaf.
      C’est l’employeur qui cotise, c’est le mieux placé pour vous répondre.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 16 mars à 08:19

    Bonjour
    Enseignante dans l’enseignement privé du premier degré(en Loire atlantique)et en fin de carrière ,j’envisage d’opter pour une retraite progressive ANNUALISEE. Dans l’idéal je souhaiterais finir ma carrière en travaillant une mi année.Par exemple de septembre à janvier _février . Est-ce possible ?
    Vous remerciant ,bien à vous
    Patricia D-T

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 12 mars à 22:16

    Bonjour,

    Née en 1963, j’ai demandé à bénéficier de la retraite progressive dès 60 ans et 9 mois, c’est-à-dire en juin 2024.
    J’ai cotisé 164 trimestres fin 2023 et j’ai 2 enfants.
    La CARSAT a validé mon dossier et m’annonce un montant de retraite progressive basé sur 164 trimestres et donc un taux de 46,25%. Une décote est donc appliquée alors que j’attendais un taux plein.
    Est-ce normal que les trimestres pour enfant ne comptent pas ? quid du premier trimestre 2024 ?

    D’avance merci.

    Répondre à ce message

    • Le 12 mars à 22:17

      Ils comptent mais il faut les déclarer à votre Carsat.

      Répondre à ce message

      • Le 13 mars à 10:08

        Bonjour,

        Les enfants ont bien été déclarés. Me confirmez-vous que le taux plein me serait applicable ? J’ai appelé la CARSAT qui me demande d’adresser un courrier. Je m’étonne car mon cas est très simple.

        D’avance merci, bien cordialement

        Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 12 mars à 23:34

    Bonjour
    Je suis fonctionnaire. Née en 1967. Ayant commencé à travailler à l’âge de 18 ans. Je suis donc en carrière longue. J’aurai mes 172 trimestres à 61 ans et 9 mois. Pourrai-je demander une retraite progressive deux ans avant, c’est à dire à 59 ans et 9 mois ? .

    Répondre à ce message

    • Le 13 mars à 22:01

      J’ai déjà souvent répondu :
       cette fiche ne concerne pas les fonctionnaires, allez fiche 46 ;
       c’est deux ans avant l’âge légal et non avant une retraite anticipée.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 11 janvier 2023 à 19:49

    Bonjour,
    Je suis actuellement Salariée en retraite progressive.
    J’ai eu un arrêt de travail maladie de 11 jours en mai 2022 et j’ai repris mon travail.
    Depuis le 26 août 2022 je suis en arrêt de travail maladie et arrêtée jusqu’au 03 février 2023. Mon état de santé ne me permet pas de reprendre mon poste.

    L’Assurance Maladie m’informe que pour une situation de cumul emploi-retraite le versement des indemnités journalières maladie est limité à 60 jours, hors carence.
    Elle ne veut me payer que 60 jours soit : les 11 jours du mois de mai 22 et 49 jours du 29/08/22 au 16/10/2022.

    Je suis Salariée en retraite progressive et non en cumul emploi-retraite. Y-a-t-il un article de loi qui précise qu’il ne faut pas confondre ces 2 situations ?
    Je dois contester cette décision, pouvez-vous m’aider a obtenir la totalité des mes indemnités journalières du 26 août 2022 au 3 février 2023 (-3jours de carence) ?
    je vous remercie par avance de bien vouloir me renseigner par retour si possible
    Bien cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 11 janvier 2023 à 23:06

      J’ai déjà répondu à cette question.
      Il y a un problème en cas d’arrêt maladie longue durée depuis 2021.
      Depuis janvier 2021, la règle de cumul des indemnités journalières maladie et d’une pension de vieillesse est modifiée. L’assuré en situation de cumul emploi-retraite peut bénéficier des indemnités journalières maladie au titre de son activité reprise dans la nouvelle limite de 60 jours (au lieu de six mois) pour l’ensemble de la période pendant laquelle il perçoit cet avantage vieillesse. Mais l’assurance maladie ne fait pas de distinction entre le cumul emploi-retraite et la retraite progressive.
      Le législateur a considéré que le cumul des indemnités journalières d’assurance maladie avec un avantage vieillesse devait être limité dans la durée. Cette règle ne devrait pas être applicable aux assurés en retraite progressive. Ils sont salariés et ont réduit la durée du travail et, en contrepartie, bénéficient d’une fraction d’une pension liquidée à titre provisoire.
      La loi et le décret limitant à 60 jours le délai de cumul des indemnités journalières avec un allocation vieillesse va à rebours des buts recherchés par la retraite progressive.
      Quelles sont les conséquences :
      1. Elle prive les bénéficiaires de manière brutale d’une partie des ressources que constituent les indemnités journalières.
      2. Incidemment, le contrat de prévoyance lié au contrat de travail cesse le versement du complément de revenu car il est conditionné par l’attribution d’une prestation de l’assurance maladie.
      A noter que la reprise du travail à temps plein s’avère impossible en raison de l’incapacité temporaire de travail et d’une vraisemblable décision d’inaptitude temporaire du médecin du travail.
      Par l’application de la LFSS, l’assurance maladie met les assurés dans une situation insupportable sur le plan financier par l’enchainement de faits et de formalités.
      Nous pensons que l’article L323-2 du Code de la sécurité sociale relatif au cumul des indemnités journalières et d’une allocation vieillesse est-il pas applicable aux assurés salariés en situation de retraite progressive.
      Nous avons vu qu’un sénateur a posé une question écrite au ministre mais il n’a pas encore eu de réponse.
      Si vous pouvez, demandez à votre employeur de vous remettre à temps plein et arrêtez votre retraite progressive avant l’arrêt maladie.

      Répondre à ce message

      • Le 13 janvier 2023 à 17:05

        Bonjour, je suis dans le même cas ; à part demander à l’employeur de nous remettre à temps plein , n’y a t’il pas un autre moyen de faire valoir ses droits aux indemnités journalières au delà de 60 jours lorsqu’on est en retraite progressive ?
        Le médiateur de la sécurité sociale m’a appelé en disant qu’il n’y avait aucune solution tant que la loi ne changeait pas .
        merci

        Répondre à ce message

      • Le 17 janvier 2023 à 19:22

        Bonjour,

        Je suis en retraite progressive à temps partiel depuis le 01 avril 22 et j’ai été en arrêt de travail du 29 mars 22 au 26 août 22. Les indemnités journalières ont été suspendues au bout de 60 jours, soient le 30 mai 22 et donc je n’ai plus perçu de salaire pendant 3 mois. La commission de recours amiable de la CPAM a rejeté ma demande et je me pourvois devant le tribunal judiciaire, pôle social début février 2023. Quelles sont les réponses des personnes qui se sont présentées au Tribunal en 2022 ? Y-a-t-il une jurisprudence concernant cette situation ubuesque ?

        Merci pour votre réponse

        Répondre à ce message

        • Le 17 janvier 2023 à 19:34

          Il y a un problème en cas d’arrêt maladie longue durée depuis 2021.
          Depuis janvier 2021, la règle de cumul des indemnités journalières maladie et d’une pension de vieillesse est modifiée. L’assuré en situation de cumul emploi-retraite peut bénéficier des indemnités journalières maladie au titre de son activité reprise dans la nouvelle limite de 60 jours (au lieu de six mois) pour l’ensemble de la période pendant laquelle il perçoit cet avantage vieillesse. Mais l’assurance maladie ne fait pas de distinction entre le cumul emploi-retraite et la retraite progressive.
          Le législateur a considéré que le cumul des indemnités journalières d’assurance maladie avec un avantage vieillesse devait être limité dans la durée.
          La loi et le décret limitant à 60 jours le délai de cumul des indemnités journalières avec un allocation vieillesse va à rebours des buts recherchés par la retraite progressive. Quelles sont les conséquences :
          1. Elle prive les bénéficiaires de manière brutale d’une partie des ressources que constituent les indemnités journalières.
          2. Incidemment, le contrat de prévoyance lié au contrat de travail cesse le versement du complément de revenu car il est conditionné par l’attribution d’une prestation de l’assurance maladie.
          A noter que la reprise du travail à temps plein s’avère impossible en raison de l’incapacité temporaire de travail et d’une vraisemblable décision d’inaptitude temporaire du médecin du travail.
          Par l’application de la LFSS, l’assurance maladie met les assurés dans une situation insupportable sur le plan financier par l’enchainement de faits et de formalités.
          Nous pensons que l’article L323-2 du Code de la sécurité sociale relatif au cumul des indemnités journalières et d’une allocation vieillesse ne devrait pas être applicable aux assurés salariés en situation de retraite progressive.
          Nous avons vu qu’un sénateur a posé une question écrite au ministre. Le ministre vient de répondre que les CPAM appliquaient les textes car la retraite progressive est une retraite (même si ce n’est qu’une fraction) : voir Question écrite n° 00837 de Mme Florence Lassarade (Gironde - Les Républicains).
          Le même ministre vient d’annoncer que dans la réforme des retraites ce décret ne s’appliquerait plus aux retraites progressives. Mais il faut attendre le vote de la loi.
          C’est donc trop tard pour vous, je le regrette.

          Répondre à ce message

        • Le 28 janvier 2023 à 19:06

          Bonjour
          Avez-vous des informations concernant les personnes ayant constitué un dossier au Tribunal judiciaire, pôle social concernant le non versement des IJSS au bout de 60 jours d"arrêt maladie dans le cas d’une retraite progressive.
          Merci pour votre réponse

          Répondre à ce message

          • Le 29 janvier 2023 à 09:30

            Non, aucun retour. Mais le ministre a répondu aux députés et sénateurs l’ayant interrogé par écrit que c’était et conforme à la loi. Toutefois, le projet de loi sur les retraites modifie les textes on exonérant les retraites progressives de cette limitation d’IJ. Mais cela ne règle pas le problème entre 2021 et septembre 2023.

            Répondre à ce message

          • Le 15 février 2023 à 16:50

            Bonjour,
            Pour information, je me suis présentée au Tribunal judiciaire, pôle social pour faire valoir les IJ non versées au-delà de 60 jours dans le cadre de la retraite progressive. Le délibéré est prévu le 04 avril. Serait-il possible d’être en contact avec d’autres personnes ayant fait la démarche judiciaire ?
            Merci pour votre réponse

            Répondre à ce message

            • Le 13 mars 2023 à 18:35

              Bonjour, mon épouse est toujours dans ce cas depuis février 2022 et nous attendons d’être convoqué par le Tribunal judiciaire. De plus, nous venons de recevoir par la CPAM de la Manche le rejet par la commission de recours amiable (soit près d’1 an après nos recours) ; avec paiement immédiat d’un indu (trop versé par la CPAM). Il faut relever aussi que cette commission c’est tenue en février 2023 alors que nous avons adressé un recours auprès du Tribunal ; SAISINE DU POLE SOCIAL JUDICIAIRE DE COUTANCES SUITE A LA CONTESTATION DE LA DECISION DE REJET IMPLICITE DE LA COMMISSION DE REQUETE AMIALBLE DE LA CPAM DE LA MANCHE le 16 mai 2022. En attendant le Tribunal, que pouvons-nous faire (tous les documents fournis le 16 mai ont été aussi été fournis à la CPAM de la Manche par greffe du Tribunal en date du 19 mai 2022..

              Répondre à ce message

              • Le 15 mars 2023 à 10:43

                La procédure devant le tribunal peut duré plusieurs mois avant la fixation de l’audience. L’assurance maladie va certainement répliquer à votre demande. Vous même pourrez argumenter en vous appuyant sur des textes légaux. L’issue reste aléatoire. Il est conseillé de vous faire aider par un conseil juridique.

                Répondre à ce message

                • Le 4 avril 2023 à 09:45

                  Bonjour, nous avons décidé avec mon épouse de négocier avec la CPAM - désistement du recours - nous avons échelonné les échéances. Après avoir transmis notre décision après du Tribunal, la magistrate nous a envoyé une première convocation à l’audience pour le mois de juin. Suite à notre contact avec la greffière, celle-ci ma confirmé que la magistrate a planifié une date (suite à la réception de notre désistement) et nous laisse un certain temps pour bien réfléchir à notre décision. Voilà où nous en sommes en ce moment ; nous sommes encore dans l’expectative..

                  Répondre à ce message

                  • Le 4 avril 2023 à 10:01

                    Ce différend fait l’objet d’une modification prévue par le projet de loi de la réforme. Cette créance est certes injuste mais conforme à la loi et la loi n’est pas rétroactive. Cependant, on peut s’interroger sur une question d’équité et d’égalité entre les assurés sur ce différend. Quel sera la position du juge ? Il ne vous en coutera rien de laisser se poursuivre l’action en justice. A l’audience vous pourrez faire valoir vos arguments et vous « en remettre à la sagesse du tribunal »

                    Répondre à ce message

                    • Le 17 avril 2023 à 09:43

                      Bonjour, après réflexion nous avons décidé avec mon épouse de continuer la procédure. Malgré l’accord passé entre nous et la CPAM de la Manche (échéancier du remboursement d’un indu de 5601e et de 4 mois sans indemnité journalière de maladie) nous continuons notre recours auprès du Tribunal Judiciaire de Coutances (déposé le 19 mai 2022) dont la 1ère convocation à l’audience aura lieu le 21 juin à Coutances. Nous pouvons aussi nous interroger sur la réponse de la commission de recours amiable reçu en mars 2023 pour un dossier datant de février 2022...affaire à suivre donc et merci pour vos précieuses remarques et informations qui nous aident à avancer dans cette affaire

                      Répondre à ce message

                      • Le 16 juin 2023 à 10:29

                        Bonjour, Pour faire suite aux échanges et informer aussi les personnes dans le même cas que nous ; je vous fait suivre les nouveaux échanges avec la CPAM (je rappels que nous avons notre 1er audience le mercredi 21 juin 2023). La CPAM à suspendue l’échéancier mis en place pour le remboursement de l’indu aux termes de la médiatrice CPAM "Je vous confirme que la CPAM de la Manche a, comme plusieurs autres caisses primaires, fait remonter à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), les difficultés que les assurés rencontraient concernant le texte de loi qui prévoyait de limiter les indemnités journalières (à 60 jours) aux assurés qui bénéficient de la retraite progressive" ; ce courrier fait suite a notre échange téléphonique avec la médiatrice de la CPAM et à m’a demande de mail pour confirmer nos propos "Suite à votre appel téléphonique du 02 mai 2023 m’informant de la suspension par votre service comptable des mensualités de 800, 15 euros (pour "rembourser" l’indu de 5601 euros).
                        En effet, vous m’avez informer que le législateur reconnaît avoir fait une erreur au niveau des retraites progressives et qu’une demande de la CPAM est faite auprès du ministère pour lever l’indu."

                        Notre dernier courrier envoyé au greffe du Tribunal "Dès lors, l’indu de 5601 euros ainsi que les indemnités journalières de maladie (non versés par la CPAM) et qui ne sont pas concerné par ce nouveau dispositif sont malgré tout une reconnaissance "implicite" de cette affaire ; or, l’égalité est un principe à valeur constitutionnelle "la loi doit être la même pour tous" et les personnes dans la même situation doivent être traitées de manière identique"
                        Depuis l’envoi de notre dernier mail, la CPAM demande au Tribunal qu’il prononce un sursis à statuer de ce dossier... nous sommes donc en attente du report éventuel de l’audience ou une décision autre du Tribunal de la Manche ... affaire à suivre...

                        Répondre à ce message

                        • Le 17 juin 2023 à 18:38

                          Merci pour cette information.

                          Répondre à ce message

                          • Le 21 juin 2023 à 17:27

                            Bonjour,
                            Suite à notre 1ère audience ce jour, le Président du Tribunal à fait savoir que le dossier continuait et que la réponse du ministre était attendu suite la saisine déposée par la CPAM (ce ne sont pas exactement les termes employés, mais compris par moi).
                            Rappel du courrier de la CPAM Comme indiqué dans le mail de la médiatrice de la CPAM de la Manche du 16 mai 2023, transféré au tribunal par la demanderesse, une saisine des services de médiation est actuellement en cours, s’agissant de l’application de ces dispositions aux assurés en situation de retraite progressive (suppression des indus demandés au ministre des affaires sociales),
                            Dès lors, dans l’attente de l’issue de cette saisine, la CPAM de la Manche sollicitera du Tribunal qu’il prononce un sursis à statuer dans ce dossier.

                            Et nous de rappeler que le ministre avait déjà rejeté la rétro-activité du texte de loi qui prévoyait de limiter les indemnités journalières (à 60 jours) aux assurés qui bénéficient de la retraite progressive malgré la suppression de celui-ci dans la nouvelle loi pour les retraites.
                            Donc attente à nouveau mais avec la possibilité pour nous ; si le ministre rejette la saisine, nous serons obligé de continuer à rembourser l’indu mais nous auront toujours la possibilité de continuer la procédure (le dossier reste "ouvert") et c’est ce que nous ferons.

                            Répondre à ce message

                            • Le 12 mars à 18:45

                              Bonjour, Suite et fin concernant la retraite progressive et le cumul emploi/retraite nous concernant. En février 2024, a défaut de réponse du ministre, la CPAM a décidé avec d’autres caisses de la CPAM de mettre fin aux litiges nous concernant et notamment de lever l’indu réclamé pour versement de IJJ supérieur à 60J (5600 e) et à cette fin de m’engager à me désister de l’instance et de toutes actions en cours près du Tribunal de Coutances. Voilà ce qui met fin à 2 années d’attente. Merci à Claude et ses collègues pour les informations pertinentes qui nous ont permis d’avancer et de nous soutenir dans cette affaire. Cordialement

                              Répondre à ce message

                              • Le 12 mars à 22:29

                                C’était une grave injustice qui nous a outrés. Gilbert (CFDT Retraités) notre spécialiste des recours en justice, a aidé une personne à rédiger son mémoire. Elle a gagné dans un tribunal judiciaire. Nous avons fait connaitre cette décision de justice qui est devenu une jurisprudence et, à mon avis, cela a conduit les CPAM à abandonner les indus.
                                En conclusion, on est très contents pour vous.

                                Les renseignements contenus dans nos messages et ceux donnés par notre site sont permis par le bénévolat des militants et les cotisations des adhérents. Vous appréciez, rejoignez-nous !

                                Répondre à ce message

        • Le 18 avril 2023 à 15:19

          Bonjour,
          Au sujet de la retraite progressive et de la cessation de paiement des indemnités journalières au-delà de 60 jours d’arrêt maladie, je vous informe que je suis déboutée du recours que j’ai effectué auprès du pôle social du tribunal judiciaire.
          Bon courage à tous les retraités progressifs.

          Répondre à ce message

          • Le 20 avril 2023 à 18:48

            Merci pour l’information. Depuis la réponse officielle du ministre fin 2022, cette bataille en droit est perdue. Mais les multiples actions juridiques, les interventions auprès du ministre l’on amené à annoncer la suppression de cette injustice (à notre avis) par décret mais seulement pour les nouveaux concernés à partie du 1er septembre 2023.

            Répondre à ce message

        • Le 25 avril 2023 à 12:05

          Bonjour Flavie,
          Je me trouve dans la même situation que vous.
          Je suis en retraite progressive depuis novembre 2021.
          J’ai eu des arrêts de travail et la Sécurité Sociale ne m’a payé que 60 jours d’indemnités journalières.
          J’ai contesté cette décision et la Commission de recours amiable
          a rejeté ma demande le 13 avril 2023.
          J’aimerais savoir si vous avez pris un avocat ? Quels sont les arguments à formuler dans la saisine que je dois déposer dans les 2 mois ? Y a t il des frais de justice à payer et de combien ?
          Avez-vous pu obtenir gain de cause auprès du Tribunal judiciaire compétent (pôle social) ?
          Le problème c’est l’article L323-2 du Code de la Sécurité Sociale : la situation de retraite progressive est considérée comme une situation en cumul emploi retraite ! Les revenus ne sont pas du tout les mêmes !
          Je vous remercie par avance de votre retour,
          Bien cordialement
          RM

          Répondre à ce message

          • Le 26 avril 2023 à 15:20

            Bonjour,
            Les deux recours se sont enchaînés rapidement, contrairement à certaines personnes du forum : demande de recours à la CPAM en août 22 avec réponse en novembre 22, puis demande de recours au tribunal en décembre 22, avec une convocation en février 23 et décision début avril 23.
            Pour le recours au Tribunal, j’ai apporté d’autres justificatifs de ma situation personnelle et je me suis présentée sans avocat en audience publique, accompagnée par une référente juridique CFDT. Je n’ai pas eu de frais d’avocat.
            J’ai un mois pour faire appel de la décision judiciaire supposant que je dois être assistée par un avocat ; je ne le ferai pas car l’investissement financier sera trop important pour moi, sans compter qu’il n’y a pas la volonté de relever cette injustice générée par le décret de 2021. Donc, je suis amenée à reporter mon départ à la retraite d’un trimestre supplémentaire pour limiter la diminution des cotisations vieillesse engendrée l’année dernière par l’arrêt des indemnités journalières. Cela va à l’encontre de l’esprit du dispositif de la retraite progressive et vient souligner l’absence de considération des seniors entre 60 et 64 ans travaillant encore en entreprise !!
            J’ai considéré que le recours au tribunal était une étape nécessaire pour moi pour venir témoigner de cette injustice que j’ai subie sans avoir jamais été informée en amont dans ma démarche de retraite progressive.
            J’espère encore bénéficier d’une jurisprudence à tous ceux qui ont été piégés entre avril 2021 et septembre 23 où le décret serait susceptible d’être modifié...
            Cdlt

            Répondre à ce message

            • Le 26 avril 2023 à 19:40

              Les juristes professionnels de la CFDT ont considéré après étude des textes qu’il fallait agir auprès du ministre, car la justice ne nous donnerais pas raison. Le ministre a répondu à un député et à un sénateur fin 2022 en affirmant que c’était bien l’intention du décret de priver d’indemnités journalières les retraites progressives en arrêt maladie de plus de 60 jours. Et pour fermer la porte à toute contestation, la loi de financement de la sécurité sociale réformant les retraites du 14 avril change les textes en plaçant la retraite progressive dans les retraites anticipées. Mais le ministre a changé la règle.
              Dans notre article sur la réforme, nous avons écrit ce qui change : « le refus de l’employeur est justifié par l’incompatibilité de la durée souhaitée par le salarié avec l’activité économique de l’entreprise » ; le contrat de travail à temps partiel exigé pourra avoir une durée inférieure à 24h ; en cas d’arrêt maladie, le plafond de 60 jours d’indemnités journalières imposés aux retraités ne leur sera plus applicable. C’était notre objectif. Mais dernier point s’applique à partir du 1er septembre seulement, sans effet rétroactif, vous laissant avec ce que nous considérons à la CFDT comme une injustice.

              Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 12 mars à 22:10

    bonjour,

    je prépare mon plan de fin de carrière
    j’ai 132 trimestres dans le régime général
    et 40 trimestres dans le régime des IEG
    je suis né en 1964 j’aurai 60 ans en juillet 2024 j’aimerai travailler jusqu’à 63 ans a plein temps et ensuite passer en retraite progressive à 40% chez mon employeur et 60% en retraite pour 2 ans et ainsi atteindre mes 15 ans dans les IEG pour avoir une retraite un peu meilleure.
    pensez vous que ce soit possible
    Cordialement,
    Denis

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 12 mars à 17:14

    Bonjour,
    J’ai la proposition d’une nouvelle entreprise avec un nouveau contrat, à temps partiel avec 24 heures hebdomadaire pour un montant brut mensuel de 2500€ dans l’ameublement ce qui représenterait 70% d’un temps complet…
    Le montant du salaire a t’il un incidence ???
    ou il suffit d’être à temps partiel pour les calculs de la retraite progressive ???
    Bien évidemment je suis éligible…
    merci de votre retour

    Répondre à ce message

    • Le 12 mars à 22:17

      Oui, il suffit d’être à temps partiel avec le même taux (% de travail).
      Votre fraction de retraite est calculée selon vos 25 meilleures années passées comme expliqué fiche 21.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 11 mars à 12:25

    Bonjour,

    Je viens de demander ma retraite progressive à 80% à mon employeur ; pour pouvoir m’occuper de ma mère atteinte d’Alzheimer, j’aurai 62 ans en mai prochain. Etant employée protégée (CSE) peut t’il refuser ma demande ?

    J’ai déjà tenté d’en parler mais j’ai bien peur qu’il ne soit pas d’accord. Y a t’il un autre moyen en sachant que je suis un aidant ?

    Merci pour votre retour !

    Bien cordialement,

    Répondre à ce message

    • Le 11 mars à 22:10

      Renseignez vous auprès du Clic ou du CCAS pour connaitre les aides possibles.
      J’ai retenu des échanges internes dans la CFDT Retraités qu’une personne seule ne s’en sortait pas avec une autre atteinte de cette maladie. Les établissements avec une section spécialisée pour ces malades me semblent la solution.
      Je vous invite à lire cette fiche de notre autre guide : 35 Les proches aidants
      Enfin, si l’employeur peut toujours refuser un temps partiel, il doit le justifier dans le cas d’une retraite progressive, comme indiqué dans cette fiche.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 9 mars à 08:56

    Bonjour
    Je souhaite prendre ma retraite progressive mais avant cela j’aimerai connaitre la durée obligatoire minimum de celle-ci . Je m’explique. J’ai lu que celle formule de retraite est servie au minimum un an. Cela signifie t il que je ne peux pas arrêter (pour des raisons diverses, santé, famille etc ) avant un an ( à partir de la date d’acceptation) ?? ou bien puis je décider quand bon me semble de prendre ma retraite définitive.
    J’espère que ma question n’est pas trop confuse, car moi même je le suis un peu, suite à toutes mes lectures concernant ce sujet
    Bien cordialement
    M P Gernigon

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 7 mars à 11:44

    Bonjour,
    J’ai actuellement 2 employeurs à temps partiel un pour lequel je travaille 86.67 heures par mois et un autre pour qui je fais 24.92 heures par mois. je souhaite bénéficier de la retraite progressive e supprimant un employeurs (24.92 heures) en totalité. Est ce possible ? Merci par avance. Bien cordialement. Dominique

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 10 février à 02:27

    Peut on prendre une retraite progressive a 58 ans si notre age de départ a la retraite taux plein(172 trimestre)est a 60 ans pour carriére longue ?

    Répondre à ce message

    • Le 10 février à 08:53

      Non, le droit s’ouvre deux ans avant l’âge légal qui est entre 62 et 64 ans selon l’année de naissance. L’âge de la retraite anticipée dépend des conditions remplies par l’assuré social.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 2 mars à 14:12

    Bonjour à vous et merci par avance de votre éclairage.
    Je souhaiterais partir en retraite progressive au 1 janvier 2025 (j’aurai 61 ans la veille, étant né le 31 décembre 1963).
    J’aurai validé 173 trimestres au 1 janvier 2025.
    Mon nouvel âge légal de départ au taux plein est à 62 ans et 9 mois, suite à la dernière réforme. Soit le 1 octobre 2026. J’aurai alors validé 180 trimestres.
    Je voulais savoir si le calcul de ma retraite progressive se basera sur les 170 trimestres (que je vais acquérir au 1 avril prochain) que je dois valider suite à la réforme, s’il se basera sur les 173 trimestres que j’aurai validé au 1 janvier 2025 (date à laquelle je veux prendre la retraite progressive) ou (mais cela me paraît exclu à priori) s’il se basera sur les 180 trimestres que j’aurai acquis à l’âge légal du taux plein, au 1 octobre 2026. Par ailleurs, je voudrais la confirmation que je ne vais pas subir de décôte et de coefficient de minoration, ayant validé mes 170 trimestres requis au 1 avril.
    Désolé de ne pas avoir réussi à faire plus court...
    Merci par avance de vos réponses.
    Bien cordialement.

    Philippe

    Répondre à ce message

    • Le 2 mars à 16:36

      Le calcul de la fraction de retraite sera effectué en fonction des trimestres validés à la veille de la date d’effet de votre retraite progressive.
      Lors de retraite définitive, votre nouvelle retraite sera recalculée en fonction des droits obtenus à la veuille de votre départ en retraite définitif. Donc avec une surcote éventuelle si vous continuez après votre âge légal (voir fiche 20).

      Répondre à ce message

      • Le 2 mars à 17:21

        Je vous remercie infiniment pour cette réponse claire, nette et précise !

        Je vous souhaite un excellent week-end.
        Bien à vous.

        Philippe

        Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 1er mars à 15:06

    Bonjour,
    Une adhérente en retraite progressive a travaillé 4 heures par semaine (garde d’enfants) entre le 4/09/2018 et 19/10/2018 pour un salaire total de 274 € net. La caisse de retraite (MSA) lui a suspendu sa retraite progressive et lui demande le remboursement des sommes perçues. Les recours en CRA et devant le Pole social du TJ ont été faits sans succès. Sur quel texte s’appuie cette interdiction formelle de travailler pendant la retraite progressive et quelle démarche peut-elle encore tenter pour éviter d’avoir à rembourser les sommes demandées (environ 2000 €) ? D’avance merci.

    Répondre à ce message

    • Le 1er mars à 18:07

      Pour une assistante maternelle, la retraite progressive suppose de travailler un % correspondant à l’engagement de départ. Par exemple, si elle s’est engagée pour une temps partiel de 60% de 45h, elle doit travailler 18 h par semaine. Si elle travaille moins, elle ne respecte pas son engagement et donc perd le droit à la fraction de retraite appelée retraite progressive.
      Merci de lire le dernier paragraphe du point 3.

      Répondre à ce message

      • Le 2 mars à 08:57

        Merci Claude de la réponse. La salariée n’était pas assistante maternelle mais employée administrative à la MSA. Celle-ci se montre particulièrement rigoureuse avec ses salarié.e.s qui enfreignent par ignorance la régle sur la retraite progressive (j’ai connaissance d’un second cas du même genre).

        Répondre à ce message

        • Le 2 mars à 09:37

          Tu as bien écrit qu’elle était garde d’enfants !
          La retraite progressive suppose une réduction de son activité conforme au formulaire de demande. Elle s’est engagé à une durée de travail à temps partiel qui doit être respectée. Si elle a reprise un deuxième emploi, elle ne ne respecte plus son engagement. C’est la première fois que j’ai écho de ce genre de cumul.

          Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 26 février à 17:22

    Bonjour,

    Je commence ma retraite progressive le mois prochain ( 4/5 ème ).
    Est-ce que je peux modifier ce rythme et passer en 2/5 ème ensuite et si oui à partir de quand ?
    Merci,

    Répondre à ce message

    • Le 26 février à 22:25

      La retraite progressive repose sur un contrat de travail à temps partiel compris entre 40 et 80% d’un temps plein dans votre entreprise ou branche. Vous devrez attendre un an avant de changer la durée de départ.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 26 février à 12:12

    Bonjour.

    je m’intéresse a une éventuelle retraite progressive mais plusieurs points me "chiffonnent".
    Je suis né en avril 1963 et j’ai 163 trimestres cotisés au 01/01/2024 .
    Il est donc possible pour moi de partir le 01/02/2026.
    Pendant une retraite progressive a 80% comment sont comptabilisés les 20 % manquants de cotisation retraite ?
    Cela fait il baisser du coup significativement le montant de ma retraite finale au 01/02/2026 ou faut il cotiser plus longtemps pour avoir la même chose que pour une retraite " normale" ?
    Cordialement

    Répondre à ce message

    • Le 26 février à 21:50

      Le montant de votre retraite repose sur vos 25 meilleures années comme expliqué fiche 21.
      Et sur le nombre de points Agirc-Arrco puisque vous cotisez moins. Il suffit de cotiser un peu plus longtemps pour compenser les points.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 24 février à 16:45

    La circulaire Agirc-Arrco de 2024 ici mentionnée a été supprimée et elle est remplacée par une du 11/01/2024 réf.2023-16-DRJ
    Syndicalement

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 22 février à 22:58

    Bonjour,
    Je suis née en juillet 1961. Je suis actuellement en retraite progressive dans l’enseignement privé en collège. Je pense partir définitivement en retraite en octobre 2025. J’aurai alors 168 trimestres et 64 ans et 2 mois. Est ce que le malus agircc arrco de -10% pendant 3 ans s’applique toujours ou bien cela a-t-il été supprimé pour tout le monde ?
    Merci pour votre réponse.

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 19 février à 07:56

    Bonjour,

    J’envisage de demander une retraite progressive mais je me pose deux questions :
    1- Je suis actuellement au forfait jour avec des RTT si je travaillais 4 jours par semaine soit à 80% je perdrai mes RTT (de par la convention Syntec) mais du coup cela voudrait dire que je ne serai pas à 80% des 218 jours mais à 83%, est ce que cela m’empêchera d’avoir ma retraite progressive ?
    2- j’ai deux enfants à charge est ce que j’aurai droit à la majoration de 5% par enfant ?

    Merci
    Nicolas

    Répondre à ce message

    • Le 19 février à 21:38

      Le temps partiel ne s’exprime pas en jours mais en % par rapport à la durée de travail. Votre employeur devra indiqué au plus 80% sur le formulaire.
      La surcote parentale est expliqué fiche 20.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 19 février à 11:16

    Bonjour,
    Je suis enseignante dans un établissement privé sous contrat. Je suis née en 1962. Je souhaite faire une demande de retraite progressive pour la rentrée 2024.
    D’après la simulateur du site de l’assurance retraite, je suis éligible à la retraite progressive avec une date d’effet au 01/10/2024.
    Est-il possible d’avancer la date d’effet de la retraite progressive à la rentrée 2024, c’est-à-dire en septembre ? Si oui, quelles en seront les conséquences ?
    Merci d’avance pour votre retour.

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 14 février à 18:46

    Bonjour,
    je suis née en 1969,je peut partir a la retraite a 61 ans et 9 mois en carrière longue.
    je pourrais prétendre a la retraite progressive a partir de 60ans ?
    Merci pour vos réponses.

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 15 février à 19:29

    Bonsoir,
    J’ai 2 employeurs le premier à 30% le second à 70%. Je peux prendre une retraite progressive. Mon employeur à 30% peut-il me demander de démissionner ou de prendre ma retraite sur les 30% ? Est-ce que cela a des conséquences sur la possibilité de retraite progressive sur les 70% ? Est-ce que je dois diminuer proportionnellement de chacun de mes emplois ? Merci de votre réponse

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 15 février à 19:48

    Bonjour,
    j’ai 63 ans et je souhaite faire une demande de retraite progressive à partir du 1er avril 2024. Mon employeur est d’accord mais vu ce délai très court et les 4 à 6 mois nécessaire à la CARSAT pour travailler le dossier et calculer mes indemnités, je ne les recevrai pas avant 4 à 6 mois. Est ce que je peux tout de même commencer mon temps partiel dès les mois d’avril ? est ce que le paiement des indemnités est alors rétroactif ? Je vous remercie de votre réponse.

    Répondre à ce message

    • Le 15 février à 22:44

      Oui, vous pouvez effectuer votre demande maintenant. Si vous remplissez les conditions, vous aurez un rappel de votre fraction de retraite.
      Copiez tous les renseignements figurant dans votre compte retraite car quand votre retraite progressive sera effective vous n’y aurez plus accès.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 14 février à 21:53

    Bonjour.
    Je travaille dans une société de transport urbain depuis 35 ans.
    Je suis né le 28/01/1964 et pense prendre ma retraite progressive à 61 ans soit en février 2025.
    Je dispose d’un CET avec 1900 heures et je souhaite partir sur une base de 50% de retraite et 50% de travail (non effectué car pris dans mon CET).
    La personne qui s’occupe des retraite dans mon entreprise m’indique que je ne peux être en retraite progressive que deux ans au maximum ?
    Est il possible d’être en retraite progressive avec ce montage jusqu’à épuisement de toutes les heures de mon CET soit environ deux ans et demi ?
    Cordialement.

    Répondre à ce message

    • Le 14 février à 22:26

      Il n’y a pas de durée limite à la retraite progressive. Mais il y a un âge minimum, soit deux ans avant votre âge légal de 63 ans pour la génération 1964.
      Vous devrez avoir un contrat de travail à temps partiel. Même en CET vous restez salarié de l’entreprise jusqu’à la retraite définitive.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 7 février à 16:35

    bonjour la retraite progressive pour les assistantes maternelles comment cela peut etre calculé par rapport à nos contrats années complétes et incomplétes pour faire la part activité et retraite quelle formule de cacul doit ’on appliquer avec plusieurs contrats avec des nombres d’heures hebdo différentes merci pour les info

    Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 5 février à 17:17

    Bonjour. J’ai la possibilité de prendre ma retraite au 30 juin 2024 a taux plein avec mes trimestres et envisage de prendre une retraire partielle de 60 40 .

    J’ai quelques petites questions :

    Pourquoi je ne peux prendre cette retraite qu’a partir du 01/10 ?
    Comment est calcule la prime de départ a la retraite du fait de salaire inferieures partie inferieures de 40 % pris en charge par la retraite ?
    Est ce que le montant d’un revenu variable est pris au prorata dans les 40 %

    merci beaucoup pour votre réponse

    Lionel

    Répondre à ce message

    • Le 5 février à 21:45

      la retraite progressive est d’abord un contrat de travail à temps partiel confirme au code du travail. Son contenu se discute avec votre employeur.
      Les conditions du droit à cette fraction de retraite sont indiquées dans cette fiche. C’est elle qui vous permettent de savoir pourquoi c’est le 1er octobre pour vous.
      Le calcul l’indemnité de départ en retraite pour un emploi à temps partiel est expliqué fiche 18.
      Sommaire Guide des pensions de retraite

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 5 février à 14:22

    Bonjour,
    Né le 15/09/1964, je travaille à 80 %, je pense demander une retraite progressive à compter du 01/10/2025 (à mes 61 ans) avec un départ définitif au 01/10/2027.
    Si je comprend bien je vais pouvoir percevoir 80 de mon salaire par mon employeur et environ 20 % par la retraite.
    A la liquidation définitive de ma retraite, celle ci sera calculer sur mon salaire à 80 % travaillé, ne va t-on pas me retenir les 20 % de retraite au fil du temps.
    Cordialement.

    Répondre à ce message

    • Le 5 février à 16:19

      Si le droit à la retraite progressive est ouvert deux avant votre âge légal (63 ans pour les 1964), il n’y a pas d’âge limite.
      Si votre employeur vous versera un salaire au prorata de votre temps de travail, la retraite sera calculée comme une retraite normale, vous aurez donc moins que 20% de votre salaire. Lisez d’abord la fiche 21 sur le calcul de la retraite. Mais votre retraite définitive sera recalculée en prenant en compte les droits acquis pendant le travail à temps partiel.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 4 février à 13:45

    Bonjour,
    Je suis contractuel dans un lycée professionnel privé. Récemment, j’ai consulté mon relevé de carrière et la la fin, j’au vu que je pouvais prétendre à une retraite progressive.
    J’ai 66 ans. Dans normalement en janvier 2025. Je peux prendre ma retraite à taux plein avec mes 67 ans. Est il judicieux tout de même de demander une retraite progressive dans ce cas là. Si oui pourquoi ? Et si non pourquoi ?
    Merci de votre aide !

    Répondre à ce message

    • Le 4 février à 22:04

      La limite d’âge du secteur public s’applique aussi aux contractuels (voir fiche 47).
      Votre retraite de base sera calculée comme expliqué fiche 21 et votre complémentaire Ircantec fiche 38. En travaillant à temps partiel vous aurez 4 trimestres par an. Mais si cette année aurait pu partie des 25 meilleures cela peut avoir un effet (voir tableau fiche 21 pour faire vous même le calcul). Pour l’Ircantec, mois de salaires, moins de cotisations, moins de points, même si c’est peu sur une année car la retraite se construit sur 41 années.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 3 février à 18:05

    Bonjour,
    je suis fonctionnaire, ne en 1962 et ai demandé la retraite progressive depuis la date où elle est devenue possible pour les fonctionnaires, soit au 01/09/2023.
    Ma date de départ en retraite est conditionné par mon âge soit 62 ans et 6 mois, cad au 01/02/2025.
    A cette date, j’aurais au total 172 Trimestres.
    Est ce que je peux rester en retraite progressive quelques temps de plus pour profiter d’une majoration de pension, soit 1 ou 2 trimestres de plus.
    Merci.

    Répondre à ce message

    • Le 4 février à 19:18

      Pour les fonctionnaires c’est fiche 46. Il n’y pas de limites à la durée en retraite progressive. Vous pouvez y rester jusqu’à votre limite d’âge de 67 ans.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 1er février à 19:43

    bonjour,
    avec mon droit à la retraite anticipée , ma date de départ en retraite est repoussée ?
    sans retraite progressive, je peux partir au 1/11/25,
    avec retraite progressive départ au 1/5/26 cela veut dire que je dois travailler de novembre à mai soit 6 mois de plus ??
    comment mesurer l’impact de la retraite progressive sur le montant de la retraite définitive ?
    Merci pour vos réponses

    Répondre à ce message

    • Le 2 février à 09:33

      Non, la retraite progressive ne change pas votre date d’ouverture du droit à la retraite. Le simulateur n’est pas encore bien réglé avec toutes les retraites anticipées. Pour la retraite anticipe carrière longue lisez la fiche 13.

      Répondre à ce message

  • 25 La retraite progressive Le 31 janvier à 18:32

    Bonjour. J’ai un cdd de 24h hebdomadaires qui se terminera le 29 février 2024. Je perçois en parallèle une retraite progressive depuis le 1 er janvier 2023. Mon employeur actuel envisagerait de me proposer un nouveau contrat en cdd sur la base de 14h hebdomadaires à compter du 1 er mars 2024.
    Est ce que ma retraite progressive sera proportionnelle à ce nouveau temps de travail sachant que la retraite progressive est normalement actualisée une fois par an et que j’ai commencé à la percevoir à partir du 1 er janvier 2023 ? Cordialement

    Répondre à ce message